La langue française

Défibreuse

Phonétique du mot « défibreuse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
défibreuse defibrœs

Évolution historique de l’usage du mot « défibreuse »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « défibreuse »

  • En 2009, il n’y avait plus aucune parcelle de culture de chanvre en Belgique. Pourtant, c’est une plante indigène, qui pousse donc dans nos régions depuis toujours et qui s’y porte, logiquement, fort bien. Elle est tellement adaptée à nos contrées qu’elle est particulièrement durable: elle ne nécessite ni pesticides, ni insecticides, et pousse à grande vitesse avec très peu d’eau (contrairement à son frère ennemi le coton). Sa culture s’était progressivement éteinte après l’arrivée massive d’autres fibres comme le coton, et puis à cause de l’interdiction de cultiver du chanvre du fait de la présence de molécules de THC. Si bien que le savoir-faire de cette culture a été complètement perdu! Mais depuis une petite dizaine d’années, une poignée de passionnés redécouvre pas à pas cette tradition. «Aujourd’hui, nous avons environ 100 hectares de cultures, quasi exclusivement en Wallonie. La Flandre est plus sur la culture du lin, qui est intéressante également mais qui est moins durable car le lin nécessite de lourds traitements phytosanitaires», explique Thierry Joie, président de l’asbl Chanvre Wallon, qui précise que la pierre d’angle de cette renaissance, c’est l’ouverture d’une usine de traitement du chanvre. «Une usine a ouvert en 2016 à Marloie et avec sa ‘défibreuse’, on peut à nouveau séparer la ‘paille’ que l’on utilise dans la construction par exemple, de la fibre, que l’on utilise dans le textile». Metro, Le grand retour du chanvre belge
  • Imaginez à la Montagne un domaine s'étendant sur 150 ha entre la Grande Ravine et la Vigie dominant Saint-Denis. Dans son ouvrage, Moulins kader, Michèle Marimoutou Oberlé retrace l'histoire du domaine. « Freddy Commins, de mère réunionnaise, est né en 1897 à Maurice ou il épouse, en 1925, Édith Pelte née également à Maurice en 1909. En 1926, après avoir dirigé l'usine de Trianon à Rose Hill, Freddy Commins arrive à La Réunion, avec son épouse, comme ingénieur mécanicien. Ils s'installent à La Montagne sur les 150 hectares issus de l'ancienne propriété d'Oscar de Jouvancourt rachetés par le père d'Édith à M. Piat. Ce dernier continuait l'exploitation du choka commencée au XIX siècle par M. de Jouvancourt. Freddy Commins arrive de Maurice avec la connaissance et la maîtrise du processus d'extraction des fibres de Fourcroya qui est cultivé là-bas et que l'île exporte vers l'Europe. À La Montagne, il récupère des pièces de machines dans différentes usines de l'île, dont un moteur de voiture à essence pour faire tourner la défibreuse", canalise une des sources à l'aide de canaux de bambou et exploite les chokas qui poussent à l'état sauvage sur sa propriété. L'usine fonctionne dès 1927. Si la production démarre bien, très vite, le cours mondial des étoupes s'effondrant en 1927-1928, l'usine s'arrête de fonctionner en 1929. Freddy Commins obtient alors un contrat à l'usine sucrière de Bois-Rouge pour monter les nouvelles machines commandées par la société Adrien Bellier. Toute la famille déménage à Saint-André. II démissionne et s'installe de nouveau à La Montagne, en 1934 dans la vieille maison de la propriété, alors en très mauvais état, et redémarre l'activité du moulin « kader » en le modernisant. Avec son épouse, ils s'inspirent du modèle de l'usine des Avirons qui est en train de cesser ses activités. Édith Commins y séjourne pour apprendre ce nouveau métier " et ramène avec elle un certain nombre de colons dont des anciens ouvriers spécialisés dans l'extraction des fibres et la fabrication des cordes. Cette fois, c'est un vieux moteur à gaz pauvre, abandonné dans la cour de l'usine de Bois-Rouge, et qu'il a racheté, que Freddy Commins installe dans son moulin. Vers 1935, il achète un lot de tuyaux au CFPR pour remplacer la canalisation en bambou. Après quoi, il ouvre un garage à Saint-Denis, laissant à son épouse le soin de s'occuper de la production tout en restant le responsable des machines. Si le moulin et la corderie ont toute leur place dans le paysage industriel de la Seconde Guerre mondiale. La forte augmentation des charges sociales à la départementalisation convainc les Commins d'abandonner une activité devenue non rentable face à la concurrence des pays à main-d'œuvre bon marché et de produits moins chers et plus résistants comme le nylon. L'usine ferme rapidement, pour certains dès 1948, plus probablement dès 1952. Elle aurait employé, au plus fort de son activité, une centaine de personnes. » Clicanoo.re, [Société] Dernier témoin d'un domaine de 150 ha | Clicanoo.re
  • Le premier poste de la ligne de fabrication consiste à débiter les rondins et à les passer dans une défibreuse où ils sont râpés de façon à obtenir des fibres de 2mm de section pour le sapin (panneaux Fibralith avec une densité de 300 kg/m3) ou de 1 mm pour l'épicéa (gamme Organic avec une densité de 400 kg/m3). , Knauf Fibre parie sur les panneaux en laine de bois Made in France

Traductions du mot « défibreuse »

Langue Traduction
Anglais defibrator
Espagnol desfibrador
Italien defibratore
Allemand defibrator
Chinois 除颤器
Arabe مزيل الرجفان
Portugais desfibrador
Russe дефибратор
Japonais 除細動器
Basque defibrator
Corse defibratore
Source : Google Translate API

Défibreuse

Retour au sommaire ➦

Partager