La langue française

Dédorer

Définitions du mot « dédorer »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉDORER, verbe trans.

A.− Enlever, faire perdre sa dorure à quelque chose. À force de toucher ce cadre(-là), vous le dédorez (Ac.1798-1932).Les cuillers de vermeil que l'usage dédore (Balzac, Comédiens,1846, p. 313):
1. On sentait que la faim d'Adèle, jamais contentée, torchait, jusqu'à dédorer les plats, les rares fonds de sauce laissés par les maîtres. Zola, Pot-Bouille,1882, p. 27.
Emploi pronom. à sens passif. Cette vaisselle (de vermeil) commence à se dédorer (Ac.1835-1932).
P. métaph. Une escadrille de pigeons appareille et son vol (...) intercepte le soleil et dédore (...) l'eau du baquet qui la reflète (Arnoux, Calendr. Fl.,1946, p. 215).
Emploi pronom. à sens passif. Un nuage tout noir d'un côté, qui se dédorait et qui s'écaillait (Ramuz, A. Pache,1911, p. 230).
B.− Au fig. Déprécier (quelque chose) matériellement ou symboliquement. On veut donc toujours avoir quelque chose à proscrire! Dédorer la couronne de Louis XIV, gratter l'écusson d'Henri IV (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 744).Sans cesse reviennent les : « si vous saviez », qui dédorent à mes yeux la vie conventuelle (Green, Journal,1946, p. 53).
Emploi pronom. à sens passif. Sous son influence, la légende dorée elle-même se dédorera (Morand, Excurs. immob.,1944, p. 38):
2. Alors, c'est le repli sans fifre et sans tambour! Berlin qui doute! C'est Ludendorff qui se dédore, et Hindenbourg Qui se décloute! Rostand, Le Vol de la Marseillaise,1918, p. 349.
Rem. 1. La docum. et Besch. 1845 attestent l'expr. dédorer la pilule. Dire les choses sans ménagement (cf. dorer la pilule). Ma chère amie, vous avez une façon bien à vous de dédorer la pilule (Toulet, J. fille verte, 1918, p. 281). 2. La docum. atteste dédorure, subst. fém. en emploi métaph., au sens de « valeur en déclin ». Tous ces romans de l'école réaliste (...) participent d'un ciel bas et brumeux, ou de la chute du jour, après la dédorure crépusculaire (L. Daudet, Stup. XIXes., 1922, p. 122).
Prononc. et Orth. : [dedɔ ʀe], (je) dédore [dedɔ:ʀ]. Ds Ac. 1740 sous l'anc. forme desdorer; ds Ac. 1762-1932 sous la forme moderne. Étymol. et Hist. [Ca 1300 ds Bl.-W.1-5]; 1418 part. passé desdorée (L. C. Douët d'Arcq, Choix de pièces inédites relatives au règne de Charles VI, II, 372 ds IGLF); 1558 fig. malheur qui votre aage dédore (Du Bellay, Les Antiquités de Rome, éd. H. Chamard, 19). Dér. de dorer*; préf. dé-*. Fréq. abs. littér. : 8. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 241.

Wiktionnaire

Verbe

dédorer \de.dɔ.ʁe\ 1er groupe (voir la conjugaison) transitif (pronominal : se dédorer)

  1. Dégarnir de dorure en tout ou en partie.
    • À force de toucher à ce cadre, vous le dédorez.
  2. (Pronominal) Perdre de sa dorure peu à peu.
    • Cette vaisselle commence à se dédorer.
    • […] l’allégorie de la pendule, — Vénus cueillant une rose d’où s’envole un Amour dédoré. — (Alphonse Daudet, Le petit Chose, 1868, réédition Le Livre de Poche, page 200)
    • Il fut introduit dans le salon sombre. Les cadres dédorés brillaient vaguement sur les murs. Mais déjà on ne voyait plus les portraits qu’ils encerclaient. — (Pierre Benoit, Mademoiselle de la Ferté, Albin Michel, 1923, Cercle du Bibliophile, page 17.)
    • Harry Dickson avait ouvert sa garde-robe et considérait d'un œil critique les nombreux costumes qui la remplissaient : un complet de grosse laine bleue, une casquette avec deux doigts de galon dédoré, un tricot ad hoc, deux petits anneaux d'or dans les lobes de l'oreille et une barbe en collier. — (Jean Ray, Harry Dickson, Les Yeux de la lune, 1934)
    • Faudrait-il changer le cadre ? Il datait un peu avec sa couleur dédorée, sa forme surtout, cette courbure replète, satisfaite, bourgeoisie surannée. — (Philippe Delerm, La bulle de Tiepolo, Gallimard, 2005, collection Folio, page 32.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉDORER. v. tr.
Dégarnir de dorure en tout ou en partie. À force de toucher à ce cadre, vous le dédorez.

SE DÉDORER signifie Perdre de sa dorure peu à peu. Cette vaisselle commence à se dédorer.

Littré (1872-1877)

DÉDORER (dé-do-ré) v. a.
  • Enlever la dorure.

    Se dédorer, v. réfl. Perdre sa dorure.

HISTORIQUE

XVIe s. Si l'or eust esté aussi nutritif que vous le publiez, Mydas se fust bien engardé de requerir d'estre dedoré, Cholières, dans le Dict. de DOCHEZ. Tout le malheur qui nostre age dedore, Du Bellay, J. VI, 57, recto.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dédorer »

 Dérivé de dorer avec le préfixe dé-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dé… préfixe, et dorer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « dédorer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dédorer dedɔre

Évolution historique de l’usage du mot « dédorer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « dédorer »

Langue Traduction
Anglais to dedicate
Espagnol dedicar
Italien dedicare
Allemand widmen
Chinois 奉献
Arabe لتكريس
Portugais dedicar
Russe посвятить
Japonais 捧げる
Basque dedikatzeko
Corse cunsacra
Source : Google Translate API

Dédorer

Retour au sommaire ➦

Partager