Dédit : définition de dédit


Dédit : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉDIT, subst. masc.

A.− DROIT
1. Clause par laquelle un contractant se réserve le droit de ne pas exécuter un contrat moyennant une somme convenue :
1. carcassonne. − Et moi, je déchire l'engagement (...) mais vous n'oublierez pas qu'un dédit avait été stipulé. michu. − Voulez-vous être payé en tableaux? (...) Prenez ce que vous voudrez. Meilhac, Halévy, La Cigale,1877, III, 13, p. 144.
2. Montant de l'indemnité convenue en cas de dédit. Il y a un dédit si « le Vicaire » n'est pas imprimé au mois de novembre (Balzac, Corresp.,t. 1, 1822, p. 200).Non! Non, je ne partirai pas comme ça; monsieur peut être tranquille. Je paierai les trois cents francs de dédit s'il le faut (Gide, Journal,1914, p. 450).
B.− P. ext., lang. commune. Action de se dédire, de revenir sur ce qu'on avait dit ou promis auparavant :
2. J'ai à peine écrit quelques pages de cette lettre dont le travail avait d'abord tant d'attraits. Qui sait quand je la terminerai? Mais j'y mettrai le dernier mot assurément; je ne veux pas accepter le dédit cent fois offert par l'esprit le plus inconstant et le plus prompt au dégoût qui fut jamais. M. de Guérin, Correspondance,1838, p. 354.
Avoir son dit et son dédit. ,,Être sujet à se dédire, à se rétracter, à changer aisément d'avis`` (Ac. 1835-1932); (attesté également ds Littré, Guérin 1892, DG; noté comme ,,fam.`` ds Ac. 1798-1878).
Rem. On rencontre en Suisse romande la forme dédite, subst. fém. Cet administrateur, auquel l'on reproche de n'avoir pas honoré la promesse d'achat (...), ni les frais de dédite (Feuille d'avis de Neuchâtel, 4 avril 1977).
Prononc. et Orth. : [dedi]. Ds Ac. 1694 et 1718 s.v. desdit; ds Ac. 1740-1932 sous la forme moderne. Homon. formes du verbe dédier. Étymol. et Hist. 1. Ca 1165 « action de se dédire » senz desdit (B. de Ste-Maure, Troie, 14779 ds T.-L.); 2. 1remoitié xives. « amende encourue pour la rupture d'un accord » (Roisin, Coutumes Lille, éd. Brun-Lavainne, 25, 9). Part. passé substantivé de dédire*. Fréq. abs. littér. : 37.

Dédit : définition du Wiktionnaire

Nom commun

dédit \de.di\ masculin

  1. Révocation d’une parole donnée.
    • Allez, mademoiselle, en fait de mariage, une fille a son dit et son dédit. — (Brueys, Grondeur, II, 3.)
  2. Somme stipulée et due par celui qui ne remplit pas les termes d’une convention.
    • Mais songez au dédit, il faut surtout le mettre. — (Hauteroche, Bourg. de qual. IV, 5.)
    • Un dédit est le plus souvent une somme à payer.
    • Stipuler un dédit; Convenir d’un dédit; 'Payer le dédit.
    • Il y a dix mille francs de dédit.
    • Rose, par son traité, avait à payer un dédit de dix mille francs, si elle se retirait. — (Émile Zola, Nana, 1881)
  3. (Par extension) Acte qui garantit cette stipulation, indemnité encourue par celui ou celle qui se dédira.
    • Le dédit fut déposé chez un notaire.
    • Le notaire qui avait rédigé le dédit en demeura dépositaire.
    • Les deux parties s’étant arrangées, on déclara le dédit.
    • Qu’avec un grand plaisir, dédit, je te déchire. — (Charles Dufresny, Le Dédit, 1719, acte I, scène 11)
    • Le « faux dédit » est aussi très en vogue : dès publication d’une annonce immobilière d’un bien très surévalué, un acheteur se présente et signe sans discuter une promesse de vente, en versant, à titre de garantie, 10 % du prix sur un compte de notaire. Dix jours après, il se désiste et abandonne les 10 % au vendeur, en réalité un complice dont le gain en argent louche est ainsi recyclé. — (Isabelle Rey-Lefebvre, Blanchiment d’argent : les agents immobiliers font-ils preuve de complaisance ?, Le Monde. Mis en ligne le 29 décembre 2017)

Forme de verbe

dédit \de.di\

  1. Participe passé masculin singulier de dédire.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de dédire.
  3. Troisième personne du singulier du passé simple de dédire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dédit : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉDIRE. (Il se conjugue comme DIRE, excepté à la seconde personne du pluriel du présent de l'indicatif et de l'impératif, Vous dédisez, Dédisez.) v. tr.
Désavouer quelqu'un de ce qu'il a dit ou fait en notre nom. Je ne vous en dédirai pas. N'allez pas me dédire.

SE DÉDIRE signifie Se rétracter, dire le contraire de ce qu'on a dit, désavouer ce qu'on a dit. Les témoins se sont dédits. Vous avez dit du mal d'un tel, vous êtes obligé de vous dédire. Il signifie aussi Ne pas tenir sa parole, se délier d'un engagement verbal. Il nous avait promis cela, il s'est dédit. Il avait offert mille francs, il s'en est dédit. Fig., Ne pas pouvoir, ne pouvoir plus s'en dédire, Être trop engagé dans une affaire pour ne pas aller jusqu'au bout. On dit de même, Il n'y a plus, il n'y a pas à s'en dédire.

Dédit : définition du Littré (1872-1877)

DÉDIT (dé-di, di-t') part. passé de dédire
  • Qui a été désavoué. Dédit par ceux qui l'avaient chargé de parler. De peur d'en être dédit, il n'osa nommer son successeur, Bossuet, Hist. III, 5.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dédit : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

DÉDIT, s. m. (Commerce.) peine stipulée dans un marché contre celui qui ne veut pas le tenir. C’est ordinairement une somme d’argent convenue, que paye celui qui manque à sa parole. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « dédit »

Étymologie de dédit - Wiktionnaire

(Date à préciser) Participe passé substantivé de dédire. En ancien français desdit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dédit »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dédit dedi play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « dédit »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dédit »

  • En effet, le lieu, qui célèbre cette année son 50e anniversaire, est intimement lié à l’histoire familiale de l’auteur. Celui-ci lui voue encore aujourd’hui un attachement profond. Son père (à qui l’on dédit certains clins d’œil dans le livre) y a d’ailleurs oeuvré à titre de garde du parc, de son ouverture en 1970, jusqu’en 2005. L'Hebdo Journal, Quand le parc national devient la scène d’une BD - L'Hebdo Journal
  • En pratique, la première chose à faire pour aborder la force majeure est de vérifier les clauses contractuelles (« Retard », « Inexécution », « Annulation » et « Force majeure »). Le manquement (par exemple le non-respect du délai) peut être « réparé » sans invoquer le cas de force majeure compte tenu de la rédaction (obligation de moyens ou de résultats par exemple) des documents contractuels (cf. clauses « Retard », « Inexécution », « Annulation », « Résiliation », « Imprévision », etc.). Une clause de dédit peut en outre être à l’œuvre (article 1122 du Code civil). netPME, Coronavirus et force majeure dans les contrats : ce qu’il faut savoir
  • Cochon qui s’en dédit. « Je m’engage à faire un prélèvement important ! » assure M. Barret qui vient de reprendre la présidence de l’association de chasse de Fougerolles. En ce vendredi matin, il fait face à l’exaspération des agriculteurs de Fougerolles, las de constater les dégâts des sangliers sur leurs terres. « Trente hectares de prairie détruits, dix hectares de maïs sur la commune », estime Florent Villemin, du GAEC de la Voge. « Certaines parcelles ont été détruites plusieurs fois », déplore Pascal Grandjean, installé au Grand Fahys, qui est le plus touché sur la commune. Neuf hectares à lui seul. , Economie | Sangliers : de plus en plus de dégâts
  • Les arrhes (de 10 à 20 % du prix total), en revanche, sont un moyen de dédit. Si le client annule sa réservation, il les perd, mais l’hôtelier ne peut rien lui réclamer de plus. Si c’est l’hôtelier qui annule, il doit rembourser au client « le double » de la somme perçue, en vertu de l’article 1590 du code civil, qui énonce : « Si la promesse de vendre a été faite avec des arrhes, chacun des contractants est maître de s’en départir, celui qui les a données, en les perdant, et celui qui les a reçues, en restituant le double. » Le Monde.fr, Comment un client est-il remboursé quand il annule sa réservation ?
  • Mon cher Mahmoud Dicko, le roi du dédit, quand on fait un choix, on l’assume. Et le peuple vous comprendra mieux. , Mahmoud Dicko le Roi du dédit : Le peuple ne vous comprend pas | maliweb.net
  • Lâché par Macron, le premier flic de France se dédit et revient sur sa décision d’abandonner la « clé d’étranglement » comme pratique d’interpellation. Un groupe de travail va travailler à « définir une technique de substitution ». L'Humanité, Christophe Castaner fait « volte-face » et recule devant la grogne policière | L'Humanité
  • Le gouvernement. Il promet sans promettre et se dédit de ses mensonges pour faire semblant de sauver la vérité. De Adolphe Brassard / Racisme meurtrier

Traductions du mot « dédit »

Langue Traduction
Corse perde
Basque uko
Japonais 没収
Russe неустойка
Portugais desistir
Arabe مصادرة
Chinois 丧失
Allemand einbüßen
Italien forfeit
Espagnol perder
Anglais forfeit
Source : Google Translate API

Synonymes de « dédit »

Source : synonymes de dédit sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires