La langue française

Décohabitation

Sommaire

  • Définitions du mot décohabitation
  • Étymologie de « décohabitation »
  • Phonétique de « décohabitation »
  • Évolution historique de l’usage du mot « décohabitation »
  • Citations contenant le mot « décohabitation »
  • Traductions du mot « décohabitation »

Définitions du mot décohabitation

Wiktionnaire

Nom commun

décohabitation \de.kɔ.a.bi.ta.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de cesser de cohabiter au même domicile.
    • La décohabitation des familles polygames est notamment encadrée par une circulaire du ministère de l’intérieur du 19 décembre 2001, qui invite les préfets à créer des structures pour favoriser la séparation des épouses. — (Yasmina Belkaïd, « La polygamie résiste aux efforts de "décohabitation" », Le Monde, 7 mai 2005))
    • La chance de décohabiter est plus forte pour un étudiant issu de ville de province moyenne (entre 100 000 et 300 000 habitants) que pour un étudiant de Paris ou sa région.— (http://www.amue.fr/presentation/articles/article/la-decohabitation-en-chiffres/)
    • 76,9 % des enfants issus de familles d'agriculteurs décohabitent.— (http://www.amue.fr/presentation/articles/article/la-decohabitation-en-chiffres/)


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « décohabitation »

De cohabitation avec le préfixe dé-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « décohabitation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
décohabitation dekɔabitasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « décohabitation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « décohabitation »

  • La quête difficile d’un logement autonome se traduit dans les statistiques nationales. Les 9,2 millions de jeunes entre 18 et 29 ans, soit 13,7 % de la population française, restent plus longtemps chez leurs parents. L’âge de décohabitation a reculé, passant de 21 ans, en 2001, à 23 ans, en 2015, avec, pour un jeune sur cinq, de fréquents allers-retours entre maison familiale, foyer, résidence étudiante ou pour jeunes travailleurs, logement autonome… Le Monde.fr, « J’ai répondu à des dizaines d’annonces pour un logement sans succès » : pour les jeunes, la difficile quête de l’autonomie
  • La décohabitation caractérise le processus par lequel un individu quitte le logement qu’il partageait avec d’autres personnes. Souvent, il s’agit de la décohabitation parentale, c’est-à-dire lorsque les jeunes partent du domicile de leurs parents. Mais la décohabitation peut aussi être la conséquence d’une séparation de couple. On sait d’ailleurs aujourd’hui que, statistiquement, les couples non mariés sont plus fragiles que les couples mariés, sans doute pour des motifs liés à la liberté ou à l’indépendance. Dans un contexte de crise du logement, les parcours résidentiels de ces « décohabitants » sont de plus en plus contrariés par : la pénurie d’offre, le coût du logement et les délais d’obtention d’un logement social. Ainsi, quitter le logement partagé avec un parent, un conjoint ou un enfant peut s’avérer plus complexe qu’il n’y paraît. L’ADIL 75 constate également qu’il y a des couples divorcés qui continuent à vivre ensemble alors que s’ils habitaient en province, ils se seraient séparés depuis longtemps. Des solutions de logement temporaires comme l’hébergement chez des amis ou la sous-location peuvent alors être envisagées. lemoniteur.fr, Décohabitation : un phénomène qui s’amplifie
  • En Ile-de-France, la « décohabitation » est de plus en plus en tardive, surtout en raison des prix de l’immobilier inabordables. Le Monde.fr, « On vit plus longtemps aux crochets de nos parents » : la difficile autonomie des étudiants
  • Sur le plan du marché global de l’offre, je rappelle que nous avons un déficit de 350 000 logements par an que seule la construction neuve peut réduire. Or, déjà en temps normal, ce secteur ne parvient pas à absorber l’augmentation de la démographie auquel s’ajoute la décohabitation, grande créatrice de besoins de logements. En 1984 l’INSEE comptabilisait 2,7 personnes par logement contre 2,1 en 2015. Sans compter qu’il faut également combler le remplacement des logements vétustes et insalubres. Contrepoints, Immobilier : non, le secteur ne va pas s’effondrer | Contrepoints
  • Des loyers trop chers dans le secteur privé. Qu'ils soient étudiants ou jeunes salariés (souvent en CDD), le prix des loyers est le principal obstacle à la décohabitation pour de nombreux jeunes Franciliens. Le coût du logement intervient pour 44,62 % des personnes interrogées. Comme le confirme Jean-Claude Driant, géographe et professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, « des petits logements, il y en a. Pour preuve, les étudiants qui arrivent en région parisienne parviennent bien à se loger (notamment grâce aux cautions parentales ou aux aides octroyées aux étudiants). Le problème, c'est le prix. L'obstacle n'est donc pas tant la quantité que le prix, dans le privé ». , Logement en Ile-de-France : une décohabitation de plus en plus difficile | De Particulier à Particulier - PAP
  • En imposant le repli sur le foyer pour contrer la propagation du virus, le confinement a rendu plus incontournables que jamais certaines relations familiales, fondées pour l’essentiel sur la cohabitation au sein d’un même logement. La gestion de crise a renforcé certains types de relations et de pratiques familiales, mais en a affaibli voire proscrit d’autres : celles qui reposent sur les circulations entre ménages, celles qui échappent à la reconnaissance par le droit et les institutions. La définition dominante de la famille – fondée sur la conjugalité hétérosexuelle, la filiation procréative et la décohabitation entre les générations – se trouve renforcée, aggravant les inégalités qu’elle engendre et marginalisant un peu plus les formes familiales qui lui échappent. Mouvements, Penser la famille aux temps du Covid-19

Traductions du mot « décohabitation »

Langue Traduction
Anglais decohabitation
Espagnol decohabitación
Italien decohabitation
Allemand dekohabitation
Chinois 脱居
Arabe تفكيك
Portugais decohabitação
Russe decohabitation
Japonais 疎開
Basque decohabitation
Corse decorazione
Source : Google Translate API
Partager