La langue française

Déchristianiser

Définitions du mot « déchristianiser »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉCHRISTIANISER, verbe trans.

A.− Emploi trans. Détourner (quelqu'un) du christianisme, faire perdre (à quelqu'un) le caractère, la qualité de chrétien. Marx a réintroduit dans le monde déchristianisé la faute et le châtiment, mais en face de l'histoire (Camus, Homme rév.,1951, p. 297):
1. Pourquoi ne pas faire des concessions plus larges à l'Italie par la peur de déchristianiser la France? Proust, Le Temps retrouvé,1922, p. 761.
Emploi abs. Entre les maîtres de la Pologne russe et les maîtres de la Pologne germaine existera aussi ce jeu : à qui déchristianisera le plus vite (Mauriac, Journal,1940, p. 284).
B.− Emploi pronom. Se détourner du christianisme, perdre le caractère de chrétien.
Au sens passif :
2. Vous dites que le pays continue de se déchristianiser? ... il est vrai que les habitudes chrétiennes, les mœurs chrétiennes n'apparaissent presque plus dans ce stupide monde motorisé... Mauriac, Bloc-notes,1958, p. 268.
Au sens réfl. Renoncer à la foi chrétienne, à la pratique de la religion chrétienne. Il veut se déchristianiser le plus tôt possible (Lar. 20e). P. ext. Cesser de mériter la qualité de chrétien. Tout homme qui fait constamment le mal se déchristianise (Boiste ds Besch.1845).
Prononc. : [dekʀistjanize]. Étymol. et Hist. [1174 descristianer (G. de Pont-Sainte-Maxence, Vie de saint Thomas Becket, éd. E. Walberg, 1272), attest. isolée]; 1792 déchristianiser (Profession de foi de Ch. Alex. Moy auteur anonyme ds Brunot t. 9, pp. 896-897). Dér. du rad. sav. christian- de chrétien*; préf. dé-*; suff. -iser*. Fréq. abs. littér. : 6.
DÉR. 1.
Déchristianisateur, trice, subst. et adj.,rare. (Personne) qui s'adonne à la déchristianisation. Parmi les députés favorables aux déchristianisateurs, on en apercevait qui, suspects d'agiotage, (...) ou de modérantisme, (...) menaient au même moment l'assaut contre le Comité dans la Convention (Lefebvre, Révol. fr.,1963, p. 378). 1reattest. 1907 (Nouv. Lar. ill. Suppl.); de déchristianiser, suff. -(at)eur2*.
2.
Déchristianisation, subst. fém.Action de (se) déchristianiser, état résultant de cette action. Le lent mouvement de déchristianisation qui naquit dans la haute bourgeoisie voltairienne et prit un siècle pour s'étendre à toutes les couches de la société (Sartre, Mots,1964, p. 79). [dekʀistjanizasjɔ ̃]. 1reattest. 1876 (F. Dupanloup, Où allons-nous? p. 33 ds Littré); de déchristianiser, suff. -(at)ion*. Fréq. abs. littér. : 4.
BBG. − Ac. Fr. Dict. de l'Ac. Banque Mots. 1973, no5, p. 100.

Wiktionnaire

Verbe

déchristianiser \de.kʁis.tja.ni.ze\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se déchristianiser)

  1. (Christianisme) Faire perdre son caractère chrétien (à quelqu’un ou quelque chose).
    • C'est pourquoi je travaille à la réhébraïser, à la déchristianiser, à la déshelléniser et à la délatiniser. — (site www.pileface.com)
    • En tout cas, quelque persuadés qu’ils pussent être d'un pays qui se « déchristianise » est tout près de s’abimer dans la décadence, ils n’auraient pas dû faire l’éloge de ces sombres perspectives devant des jeunes hommes qu’ils morfondaient, …. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • En un siècle la micro-toponymie de l’Anatolie a été totalement dénomadisée, déchristianisée, dégrécisée, désarménisée, dékurdisée mais aussi parfois désislamisée. — (Samim Akgönül, De la nomination en turc actuel : appartenances, perceptions, croyances, 2006)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

DÉCHRISTIANISER (dé-kri-sti-a-ni-zé) v. a.
  • Faire cesser d'être chrétien.

    Se déchristianiser, v. réfl. Perdre le caractère de chrétien.

HISTORIQUE

XIIe s. Ce que Deus a sacré ne puet nuls dessacrer, Ne nul cristien humme nuls descristianer, St Thom. 31.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DÉCHRISTIANISER. Ajoutez : On ne saurait nier que la franc-maçonnerie, le positivisme et le radicalisme font en ce moment les derniers efforts pour déchristianiser la France, Dupanloup, Où allons-nous ? Paris, 1876, p. 34.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « déchristianiser »

De christianiser, avec le préfixe dé-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dé… préfixe, et chrétien.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « déchristianiser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
déchristianiser dekristjanize

Évolution historique de l’usage du mot « déchristianiser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « déchristianiser »

  • Gerhard Pfister, le président du Parti démocrate-chrétien suisse, veut déchristianiser le nom de son parti. Et il a une majorité des membres du PDC avec lui pour mener à bien son projet, explique-t-il dans une interview au Matin Dimanche. A l’exception du Valais. Dans la population, 80% des répondants à un sondage de gfs.bern, mené pour le compte du parti, indiquent que cette formation «n’est pas éligible en raison de sa connotation religieuse». Cela paraît logique dans une société laïcisée comme la nôtre. Et pourtant? Est-ce vraiment la référence chrétienne qui est si problématique? Le Temps, Quel «C» du PDC faut-il retirer? - Le Temps
  • Noël, fête chrétienne qui s'invite parfois dans le débat sur la laïcité. On nous raconte que l'Éducation nationale est en train de déchristianiser les noms des vacances, pourtant la mesure date de 1959. Franceinfo, Laïcité : va-t-on débaptiser les vacances de Noël ?
  • Quand on veut déchristianiser un pays, on crée des lois anticléricales (loi de 1905...), on verse dans la laïcité orientée (anti-chrétienne, pro-musulmane) et on s'arrange pour faire perdre aux fidèles l'habitude de leur religion. On en est là... Valeurs actuelles, Aucune cérémonie religieuse avant le 2 juin : incompréhension de l'archevêque de Rouen | Valeurs actuelles
  • On ne pourrait pas imaginer une approche plus efficace et plus vicelarde, pour atteindre le but (qui est le vrai but caché de cette émission) de déchristianiser définitivement notre société. Le grain de sable, Du lobbyisme religieux dans un monde laïc – Le grain de sable
  • Au lendemain de la Révolution française, les nouveaux dirigeants de la France s’étaient mis à déchristianiser les noms des communes. Nous vous avions proposé un article à ce sujet début juillet. Le 16 octobre 1793, un bon tiers des villes de Charente-Maritime avaient ainsi changé de nom. Par exemple, La Villedieu était devenue… La Carmagnole.Aucun saint, aucune église, aucune croix, aucune chapelle voire aucun château ne devait subsister dans l’appellation d’une ville ou d’un village. Ci-dessous, retrouvez la carte des communes concernées dans le département. Zoomez, puis cliquez sur votre commune pour découvrir son nom révolutionnaire. Certaines en ont plusieurs : SudOuest.fr, Charente-Maritime : quel était le nom révolutionnaire de votre commune ?
  • Quant à Voltaire, il peut être considéré comme le plus virulent représentant de la judéophobie antichrétienne des Lumières. Il a fortement contribué à déchristianiser l’accusation de meurtre rituel en l’inscrivant dans le culte antique de Moloch. Voltaire reprend à son compte l’accusation de molochisme dans l’article  « Topheth » du Dictionnaire philosophique, ouvrant la voie à tous les antijuifs antichrétiens du XIXe siècle :   Atlantico.fr, Pierre-André Taguieff : "La mondialisation s’est accompagnée d'une globalisation des accusations anti-juives" | Atlantico.fr
  • Pour Jules Michelet le surnom « Martel » vient du Dieu nordique Thor dont l’attribut était un marteau. Si elle n’est pas vérifiée, cette hypothèse faite par un des plus célèbres historiens du XIXe siècle nous permet de percevoir l’influence que peut avoir le contexte dans lequel évolue l’historien au moment d’écrire l’histoire. Dans le cas de Michelet, c’est le contexte particulier de la fin du XIXe où l’anticléricalisme l’encourage à déchristianiser l’histoire, en se positionnant notamment contre les penseurs du début du XIXe siècle, et plus particulièrement contre Châteaubriand.  Des années plus tard, dans le Journal de Spirou, ce même Charles Martel, coiffé d’un casque flanqué d’une croix chrétienne, est cette fois-ci figuré en « défenseur de la civilisation chrétienne » à la tête de guerriers francs avançant au cri de « Vive la Bible et vive l’Occident ». Telles furent les fluctuations de la figure de Charles Martel tout au long de l’histoire mais surtout en fonction de ceux qui la disent. Dans leur second ouvrage, William Blanc et Christophe Naudin, « historiens de garde »   , se posent une nouvelle fois en gardiens du passé, luttant contre une forme de retour d’une histoire identitaire mise en scène par des politiques ou des personnalités médiatiques. Les deux auteurs poursuivent leur objectif : la mise en lumière en forme de dénonciation d’une instrumentalisation du passé. Dans leur introduction, ils n’hésitent pas à affirmer leurs objectifs de réévaluation du passé. D’abord, réévaluer le « choc » qu’a pu constituer pour certains la bataille de Poitiers, en insistant sur des travaux récents et en accordant une large place au contexte et au temps long. Deuxième réévaluation : la bataille de Poitiers comme lieu de mémoire. C’est l’historiographie du personnage et de la bataille qui est ici analysée. « Charles Martel n’a pas toujours été acclamé comme un sauveur de la chrétienté »   . Enfin, à partir de la deuxième réévaluation, les auteurs entendent démontrer que Charles Martel n’a pas toujours été une figure de proue du courant nationaliste en France. Cette troisième réévaluation sonne comme une mise en garde face à l’utilisation nouvelle du personnage par des courants réactionnaires. , Charles Martel, le mythe identitaire - Nonfiction.fr le portail des livres et des idées

Traductions du mot « déchristianiser »

Langue Traduction
Anglais dechristianize
Espagnol descristianizar
Italien dechristianize
Allemand entchristianisieren
Chinois 取消基督教
Arabe نزع المسيحية
Portugais descristianizar
Russe dechristianize
Japonais 脱キリスト
Basque dechristianize
Corse dechristianizà
Source : Google Translate API

Déchristianiser

Retour au sommaire ➦

Partager