La langue française

Débiffer

Définitions du mot « débiffer »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉBIFFER, verbe trans.

Vx et fam. Mettre en mauvais état.
Rem. Surtout employé au part. passé adj. Un visage débiffé « défait »; un estomac débiffé « détraqué ». Surpris de ma figure débiffée et barbouillée de sang, mon père ne dit pas un mot (Chateaubr., Mém. t. 1, 1848, p. 54). Ces messieurs mingrelins, à l'échine pliante et à l'estomac débiffé (...) [qui] s'abandonnent à tout ce que l'on veut (G. Esparbès, Chevauchée G. S., 1937, p. 12).
Prononc. et Orth. : [debife]. Ds Ac. 1718-1878. Étymol. et Hist. Av. 1386 debeffé (J. Froissart, Poés., éd. A. Scheler, II, 359, 10). Orig. obsc.; une dérivation de biffer* au sens de « détruire, anéantir » fait difficulté du point de vue chronol. Peut-être dér. de biffe1*. Fréq. abs. littér. Débiffé : 2. Bbg. De Poerck (G.). Contribution à l'hist. de la racine biff-. In : [Mél. Roques (M.)]. Paris, 1952, t. 4, pp. 187-213.

Wiktionnaire

Verbe

débiffer \de.bi.fe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Désuet) Affaiblir, donner mauvaise apparence à.
    • Surpris de ma figure débiffée et barbouillée de sang, mon père ne dit pas un mot — (François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, 1841, Première partie/Livre premier)
    • Elle ne ressemble pas à celle de Cadmus ou de Malplaquet, où le prétendu victorieux se trouve plus débiffé & plus éclopé que le vaincu. — (Polybe, Histoire de Polybe, traduction de Vincent Thuillier, volume 5, 1729, page 440)
    • Si un Serin a le flux de ventre, ce qui se voit facilement lorsque, tout débiffé, il remue et serre sa queue, et que sa fiente est liquide, dans ce cas il faut lui déplumer la partie qui avoisine l’anus,et le lui graisser d’huile d’amende douce ou de beurre frais, et ensuite lui donner de la graine de laitue et de melon mondé pendant quatre ou cinq jours. — (François Nicolas Martinet, Histoire des oiseaux, volume 1, 1790, page 19)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

DÉBIFFER (dé-bi-fé) v. a.
  • Terme très familier. Mettre en mauvais état.

HISTORIQUE

XVIe s. Au reste sont plus esgriffées, Plus usées et desbiffées, Que les vieilles chausses d'ung poste, Marot, J. V, 216. En laissant ces deux articles, tout ce qu'on pourra prescher ou disputer de la foy, sera bien maigre et desbifé, voire du tout inutile, Calvin, Instit. 459. Laissant en aller cette armée debiffée à la Charité, où les trouppes se refaisoient, D'Aubigné, Hist. I, 325. L'armée, tormentée des eaux, des mauvais chemins et de la faim, commença à se debifer, D'Aubigné, ib. III, 69. Une armée ainsi desbiffée entreprend de courre après une autre fraische, gaillarde, reposée, D'Aubigné, IV, 26. Les fermiers vous rendront vos maisons debiffées, De Serres, 53. Le charpentier ne joignit pas bien ces ais au commencement ; regardez comment ilz se debiffent maintenant, Palsgrave, p. 552. Je vous trouve depuis peu de jours changé, have, deffait, debiffé, Cholières, Contes, t. I, Matinée 9.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « débiffer »

Dé… préfixe, et biffer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De biffer, avec le préfixe dé-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « débiffer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
débiffer debife

Traductions du mot « débiffer »

Langue Traduction
Anglais debuff
Espagnol debuff
Italien debuff
Allemand debuff
Chinois 减益
Arabe debuff
Portugais debuff
Russe дебафф
Japonais デバフ
Basque debuff
Corse debuff
Source : Google Translate API

Débiffer

Retour au sommaire ➦

Partager