La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « dabbawala »

Dabbawala

Définitions de « dabbawala »

Wiktionnaire

Nom commun - français

dabbawala \da.ba.wa.la\ masculin

  1. Livreur de repas préparé au domicile du client, sur le lieu de travail, à Mumbai en Inde.
    • C’est le plus souvent l’épouse ou la mère qui prépare le repas, avant de le confier à un dabbawala qui, grâce à un système de chiffres, de lettres et de couleurs, le fait parvenir à bon port. — (« Bombay : la course aux déjeuners », Arte.tv, 8 juin 2011)
    • Leur singularité a inspiré des auteurs comme Salman Rushdie qui dans son roman Les versets sataniques met en scène un dabbawala […]. — (Alexandra Quien, Dans les cuisines de Bombay, 2007)
    • Une armée de dabbawalas, les porteurs de gamelles, débarque un chargement de chapatis, riz, mutton korma et autres délices faits maison. — (« Les “dabbawalas”, porteurs de gamelles équilibristes de Bombay », L’Expansion, <lexpansion.lexpress.fr>, 1er mars 2006)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « dabbawala »

De l’anglais dabbawala, lui même du marathe डबेवाला ḍabēvālā ou de l’hindi डब्बावाला ḍabbāvālā, littérallement « personne avec une boite ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dabbawala »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dabbawala dabbawala

Citations contenant le mot « dabbawala »

  • Urjit est l'un des chanceux dabbawalas qui ont encore un emploi. Sur les 250 livreurs de son quartier, près de la gare de train Grant Road dans le Grand Mumbai, il n'en reste plus que 40 à cause de la pandémie. Radio-Canada.ca, Le plus vieux service de livraison de nourriture de l'Inde menacé par la pandémie | Philippe Leblanc en Inde | Radio-Canada.ca
  • Le principe de dabbawala est simple. «Nous n’utilisons aucune technologie. Sinon le dîner ne serait livré que pour le souper», ironise le président. Chaque jour, un réseau de 5000 personnes, les «dabbawalas», collectent 200 000 boîtes repas auprès de la famille qui les a cuisinés. Ils les apportent à leurs clients à midi dans les bureaux à Mumbai, les récoltent vides et les ramènent à la case départ. Six jours par semaine et 51 semaines par an. Avec une discipline, une ponctualité exemplaire et un coût de 8 francs par mois. Le Temps, Comment distribuer 200 000 boîtes repas à l’heure sans ordinateur - Le Temps
  • La reine Maxima des Pays-Bas à la rencontre des dabbawalas à Mumbai, le 30 mai 2018 , La reine Maxima à la rencontre des dabbawalas de Mumbai
  • Un métier mais plusieurs marques. Depuis le rachat de Lacoste Traiteur en 2005, Didier Oudin a cherché à faire croître l'activité et à se diversifier. Il a créé notamment Dabbawala (« porteur de gamelle », en hindi), qui fournit des plateaux-repas dans des packagings recyclés. Puis en 2012, l'entreprise devenue Arom Traiteurs rachète une boulangerie qui lui permet de ramener sa facture annuelle de pain de 200.000 euros à 60.000 euros par an. Surtout, le petit groupe se dote à Eysines, dans la banlieue de Bordeaux, d'un véritable laboratoire de 1.800 mètres carrés qui lui permet de remporter en 2015 le marché de la restauration du nouveau stade Matmut Atlantique. « Cela représente des repas pour 2.500 à 3.800 invités VIP par match. Le stade génère désormais 10 % de notre chiffre d'affaires », précise Jérémie Oudin, qui codirige désormais l'entreprise avec son père. Les Echos, Arom Traiteurs veut ajouter des sauces à sa carte | Les Echos
  • Chaque matin, c'est le même rituel : Ila (Nimrat Kaur) cuisine pour son époux de délicieux petits plats dans sa cuisine de Kandivali, un quartier hindou de Bombay. Avant 9 heures, le dabbawala- le livreur - passe chercher sa lunchbox. Il inscrit en trois symboles l'itinéraire qu'elle doit suivre (gare de départ, gare d'arrivée, adresse du destinataire) et l'embarque pour un parcours sinueux dans la grande ville... Les chercheurs de Harvard l'ont prouvé : l'efficacité du système est telle qu'il n'y a qu'une chance sur un million pour qu'un déjeuner livré par un dabbawala n'atteigne pas son destinataire. Et ce que raconte "The Lunchbox", c'est justement "cette chance sur un million, cet improbable mathématique", explique Ritesh Batra, le réalisateur. Un jour, donc, le déjeuner préparé par Ila n'est pas livré à son mari, mais à un homme dont elle ignore tout, Saajan (Irrfan Khan), comptable qui s'apprête à prendre sa retraite. Saajan, qui reçoit d'ordinaire ses repas d'un restaurant de quartier, est fort surpris par l'excellence du déjeuner. Et attend la prochaine lunchbox, qui arrive... avec un petit mot. Début d'une correspondance exquise et d'une histoire d'amour qui ne l'est pas moins. Le Point, "The Lunchbox", régal à l'indienne - Le Point
  • Le traiteur-restauration eysinais Arom, connu à travers ses marques Lacoste Traiteur, La Grif'Gourmande, Dabbawala, Signatures By… et par son restaurant-vitrine Le Carré du lac (1), vient d'ouvrir sa première boulangerie au Haillan. Ainsi, le groupe né il y a vingt-cinq ans, avec depuis 2005 Didier Oudin à sa tête, poursuit sa croissance et sa diversification. SudOuest.fr, Arom au goût de pain

Dabbawala

Retour au sommaire ➦

Partager