La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « cryptomeria »

Cryptomeria

Définitions de « cryptomeria »

Trésor de la Langue Française informatisé

CRYPTOMÉRIA, CRYPTOMÈRE,(CRYPTOMERIA, CRYPTOMÉRIA) subst. masc.,CRYPTOMÉRIE, subst. fém.

Arbre (famille des Conifères) généralement de grande taille, à fût droit et élancé, à beau feuillage vert, originaire du Japon et cultivé en Europe pour le reboisement des forêts ou l'ornementation des jardins. Une palette des verts, allant des verts noirs aux verts tendres, en passant par les verts bleuâtres des genévriers, les verts mordorés des cryptomerias (E. de Goncourt, Mais. artiste,1881, p. 374).Des arbres gigantesques, les cryptomérias sacrés, étendent comme un dôme leurs branches noires (Loti, MmeChrys.,1887, p. 167).Petits conifères (première grandeur) Cryptomérie élégante (cryptomeria elegans) (Gressent, Créat. parcs et jardins,1891, p. 230):
Le cryptomère ressort à la famille des pins, et les Japonais le nomment sengui. C'est un arbre très haut dont le fût, pur de toute inflexion et de tout nœud, garde une inviolable rectitude. On ne lui voit point de rameaux, mais çà et là ses feuillages, qui, selon le mode des pins, s'indiquent non par la masse et le relief, mais par la tache et le contour, flottent comme des lambeaux de noire vapeur autour du pilier mystique, et à une même hauteur, la forêt de ces troncs rectilignes se perd dans la voûte confuse et les ténèbres d'une inextricable frondaison. Claudel, Connaissance de l'Est,1907, p. 82.
P. méton., rare. Nuance de vert évoquant la couleur du feuillage du cryptoméria. Une Normandie qui serait un immense parc anglais, à la fragrance de ses hautes futaies à la Lawrence, au velours cryptomeria dans leur bordure porcelainée d'hortensias roses de ses pelouses naturelles, (...) une Normandie qui serait absolument insoupçonnée des Parisiens en vacances (Proust, Le Temps retr.,1922, p. 713).
Étymol. et Hist. 1. 1845 cryptomérie (Besch.); 2. 1890-1905 cryptomeria paléont. (Gde Encyclop.). Lat. sc. cryptomeria [japonica] [cupressus Japonica de Linné] (D. Don, Trans. Linn. Soc. xviii [1821], 167 d'apr. Index Kewensis plantarum phanerogamarum), composé du gr. κ ρ υ π τ ο ́ ς (crypto*) et de μ ε ́ ρ ο ς « partie » (les graines de ces plantes étant renfermées dans des écailles). Fréq. abs. littér. Cryptomeria : 4. Cryptomère : 2.

Wiktionnaire

Nom commun - français

cryptomeria \kʁip.tɔ.me.ʁja\ masculin

  1. Variante orthographique de cryptoméria.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cryptomeria »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cryptomeria kriptɔmœrja

Évolution historique de l’usage du mot « cryptomeria »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cryptomeria »

  • Tout ce qui n’est pas réemployé sera de provenance locale. Le bois de parement sera en cryptomeria, un bois qui pousse dans les forêts de l’île, sans en être endémique. Faire avec le local reste dans le contexte réunionnais très difficile. Six mois plus tard, le cryptomeria s’étant raréfié face à la demande, il était devenu plus cher que le pin d’import. « Le réemploi dans un contexte insulaire a de fait un autre avantage puisqu’il permet de préserver le fragile équilibre de la ressource locale », signale l’architecte, née sur l’île. Chroniques d‘architecture, Chasse aux trésors « pei »* pour le nouveau siège du COARM
  • Conifères à aiguilles squamiformes : cryptomeria, cyprès d'Arizona et araucaria du Chili Futura, Conifères à aiguilles squamiformes : cryptomeria, cyprès d'Arizona et araucaria du Chili | Dossier
  • Les parcelles qui produisent du bois dans l'île occupent environ 5 000 hectares en forêts publiques. L'ONF Réunion commercialise principalement deux essences : le Tamarin des Hauts (acacia heterophylla, feuillu endémique) et le Cryptomeria du Japon (cryptomeria japonica, résineux exotique). Réunion la 1ère, Développement durable : l’ONF et la production de bois à La Réunion (2/5) -
  • Pour l’heure, les arboristes grimpeurs se sont attaqués aux tentacules du cryptomeria japonica sur la partie sud du parc. Un arbre d’environ 80 ans, de 8 mètres de haut dont les troncs entrelacés occupent l’équivalent d’un terrain de tennis. « Nous l’avons aéré en nettoyant les parties mortes afin de lui apporter plus de transparence », indique l’arboriste qui dans cette masse opaque, n’a pas constaté la présence de nids d’oiseaux. Une semaine d’élagage qui s’achèvera par une taille très travaillée en forme de nuages. Le Telegramme, Dinard : bientôt un jardin à l’anglaise au parc des Tourelles - Le Télégramme
  • Que ce soit dans l’espace public ou dans les foyers réunionnais, le traditionnel sapin de Noël a déjà bien pris racine en cette période de fin d’année. Aux modèles synthétiques, plus économiques et réutilisables, leurs homologues en sève et en épine ont le net avantage de l’authenticité qui en fait toujours des achats très prisés. Mais si le Cryptomeria, nom savant du cèdre du Japon connu comme étant le "sapin créole", est bien présent sur notre île pour en recouvrir environ 2 500 hectares, impossible pour chaque case d’égayer son salon avec ce pied de bois péi. Il y a quelques années encore, l’Office national des forêts (ONF) agissait en ce sens en procédant à une distribution au grand public de sapins issus des forêts dont elle assure la gestion. Un cap auquel l’institution a dû se dérober cette année, comme annoncé dans un communiqué. "La raréfaction de la ressource nous oblige à prioriser, dans le cadre de nos disponibilités, les arbres de Noël vers les crèches, hôpitaux, structures caritatives (étude des demandes au cas par cas)", faisait savoir l’ONF, expliquant également qu’il n’existait pas, ou plus, de programme de production spécifique au Cryptomeria sur l’île. "On ne veut en aucun cas faire de la concurrence déloyale aux acteurs privés que sont les pépiniéristes, dont c’est le cœur de métier", abondait le responsable de la communication de l’ONF, Alain Fontaine. Sur la route forestière de Grande Terre, au sein de la forêt du Tévelave, les ouvriers forestiers de l’Office ne rangent donc pas pour autant les tronçonneuses et les tracteurs de troncs. Sur ce site, comme à Mamode Camp ou encore à la Plaine-des-Palmistes, des coupes d’éclaircies sont l’occasion de fournir en Cryptomeria les demandeurs en sapin de Noël qui se rapprochent de l’ONF. "Le chantier a pour but d’abattre certains arbres qui sont en mauvais état afin que les autres aient plus d’espace pour mieux grandir", développe Ludovic Siala-Chamba, technicien forestier dirigeant l’opération en cours depuis un mois et demi. Sur ces 10 hectares, nombreux sont les troncs déjà nus au sol, après que des agents aient découpé la cime des spécimens les plus beaux et surtout les moins abîmés. Car avec une chute d’une vingtaine de mètres, un arbre abattu n’aboutit pas toujours à un sapin légué. "Dans les grandes années, nous étions à 300-350 sapins donnés par Noël. Maintenant, nous visons entre 100 et 120", précise Alain Fontaine.  , Un sapin de Noël venu des Hauts
  • " Tout ce qui est fait pour ce jeu représente un bilan carbone très faible, de sa fabrication à son arrivée chez les clients " explique Michaël Rard, à l’initiative du jeu. Mikabois se veut être un jeu 100% local, d’où le choix du cryptomeria, un arbre local. Pour préserver l’environnement aucun arbre n’est abattu. Le bois utilisé provient de chutes venues de Sciages de Bourbon à Saint Benoît, seul endroit de l’île qui traite cette espèce endémique. Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photos, Local et écolo sur toute la ligne : Les mikabois, un jeu propre et certifié péi | Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photos

Cryptomeria

Retour au sommaire ➦

Partager