La langue française

Craniologie

Définitions du mot « craniologie »

Trésor de la Langue Française informatisé

CRAN(I)OLOGIE,(CRANOLOGIE, CRANIOLOGIE) subst. fém.

A.− Vx. Recherche qui se proposait de déterminer les caractères morphologiques d'un individu à partir de la configuration de son crâne. Cf. cranioscopie, s.v. cranio-.
B.− Mod. Partie de l'anthropologie qui a pour objet l'étude des crânes des différentes races, humaines et fossiles. Le crâne de Vidocq serait une véritable bonne fortune pour les partisans du système de la crânologie (Raban, Marco Saint-Hilaire, Mém. forçat,t. 1, 1828-29, p. 344):
Une des plus grandes sciences de l'Antiquité, le magnétisme animal, est sortie des sciences occultes, comme la chimie est sortie des fourneaux des alchimistes. La crânologie, la physiognomonie, la névrologie, en sont également issues; ... Balzac, Le Cousin Pons,1847, p. 123.
Rem. La forme mod. empl. dans le lang. sc. est craniologie.
Prononc. et Orth. : [kʀ ɑn(j)ɔlɔ ʒi] ou [kʀa-]. [ɑ] post. ds Fél. 1851, Littré, Passy 1914 et Barbeau-Rodhe 1930; [a] ant. ds Pt Rob., Pt Lar. 1968, Lar. Lang. fr. et déjà ds DG. Attesté, s.v. cranologie ds Ac. 1835 et 1878; cf. aussi Land. 1834 (qui écrit crânologie, orth. que l'on retrouve ds Besch. 1845). Attesté, s.v. craniologie ds Ac. 1932; cf. aussi Besch. 1845, Lar. 19e, Lar. 20e-Lar. Lang. fr., Rob. On rencontre les 2 var. ds Littré, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., DG et Quillet 1965. Noter que pour Lar. Lang. fr., cranologie est vieilli. Pour la prononc. et l'orth. de ce mot, cf. crâne1. Étymol. et Hist. 1810 cranologie (Cormont, Nouv. dict. ds Quem.); 1819 craniologie (Boiste, s.v. cranologie). Dér. de crâne1* (d'apr. le gr. κ ρ α ν ι ́ ο ν pour la forme cranio-); suff. -logie*. Fréq. abs. littér. : 1.
DÉR.
Cran(i)ologique.(Cranologique, Craniologique) adj.Qui concerne la cran(i)ologie. L'organisation cranologique de Napoléon, une vraie merveille, selon Gall (Las Cases, Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 916).Biographie cranologique (Goncourt, Journal,1856, p. 305). Seule transcr. ds Littré : krâ-ni-o-lo-ji-k' avec [ɑ] post., mais cf. cran(i)ologie. Écrit craniologique ds Besch. 1845 (avec un accent circonflexe), Lar. 19e-20e, Littré, Lar. encyclop. Les 2 var. (crano- ou cranio-) sont admises ds Guérin 1892, Nouv. Lar. ill. et Quillet 1965. 1reattest. 1838 (Ac. Compl. 1842); de cran(i)ologie, suff. -ique*. − Fréq. abs. littér. : 3.

Wiktionnaire

Nom commun

craniologie \kʁa.njɔ.lɔ.ʒi\ féminin

  1. (Physiologie) Étude des protubérances ou bosses que présente le crâne et des indices que certains anatomistes en tirent pour déterminer les dispositions morales, les penchants des individus.
    • Une des premières préoccupations de la craniologie consiste à rechercher si un crâne est normal, asymétrique ou véritablement déformé. — (Arthur Chervin, Georges Créqui-Montfort, E. Sénéchal de la Grange, Anthropologie bolivienne: Volume 3, 1908)
    • Aucune des mesures de crânes effectuées par Paul Broca, au demeurant bon républicain, et par ses disciples, n’a jamais rien donné. [...] Dans les années 1960, la craniologie était encore enseignée et pratiquée dans les Facultés de médecine françaises. — (André Burguière sur Mediapart du 23/11/2014, Le mythe des indo-européens ou l’obstination dans l’erreur)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CRANIOLOGIE. n. f.
T. de Physiologie. Étude des protubérances ou bosses que présente le crâne et des indices que certains anatomistes en tirent pour déterminer les dispositions morales, les penchants des individus.

Littré (1872-1877)

CRANIOLOGIE (krâ-nio-lo-jie) s. f.
  • Terme de physiologie. Art au moyen duquel on prétend reconnaître l'intelligence et le moral d'un homme, par l'inspection des différents points de la surface de son crâne.

REMARQUE

L'Académie écrit, sans accent circonflexe sur cra, craniologie et cranologie. Cela oblige à l'ôter aussi des autres composés de crâne qui ne sont pas dans le Dictionnaire de l'Académie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « craniologie »

Κρανίον, crâne, et λόγος, théorie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Composé de craniologue (→ voir cranio- et -logue) et du suffixe -ie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « craniologie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
craniologie kranjɔlɔʒi

Évolution historique de l’usage du mot « craniologie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « craniologie »

  • Naturalisé français sous le Front populaire en 1936, il développa une classification des cultures humaines par anthropométrie, adepte depuis plusieurs années de la craniologie. Mesurer des crânes humains dans une époque hantée par l'eugénisme et la "pureté de la race" sur fond de domination coloniale pouvait mener au pire. Et Montandon se fit le zélateur du pire en travaillant activement à l'Institut d'Etude des Questions Juives créé par la propagande allemande en mai 1941. rts.ch, Yves Laplace dénonce le mal à l'œuvre et en nous dans "L'Exécrable" - rts.ch - Livres
  • Les membres de la société d’anthropologie de Bruxelles feront des exposés sur les… trois crânes ramenés du Congo par Storms, explique Michel Bouffioux. C’est que la "craniologie" bat alors son plein. Il s’agissait d’une discipline de l’anthropologie physique consistant à mesurer des crânes, à les comparer et à tirer de tout cela des conclusions sur la supériorité de certaines races ou cultures. , Digne d'un thriller: le crâne d’un chef congolais, tué en 1884, refait surface en Belgique - La Libre
  • Le Dr Houzé, médecin des hôpitaux de Bruxelles, s’était distingué par de nombreux articles et communications à l’Académie en lien avec la craniologie, une "science" définissant les individus d’après leur indice céphalique et la forme de leur crâne. De par ses fonctions en hôpital, le Dr Houzé avait eu la possibilité de prendre de nombreuses mesures craniométriques ou céphalométriques sur des vivants et des morts. , Quand la science expliquait la différence entre votes flamands et wallons par la forme des crânes - La Libre
  • En fait, c’est à la phrénologie qu’on doit cet abus de langage. La phrénologie, c’est cette pseudo-science du XIXe siècle inventée par le médecin allemand Franz Gall qui établissait une relation entre la forme du cerveau et nos capacités intellectuelles. Le docteur en craniologie avait alors identifié le front comme le siège des nombres : de là était née la croyance qu’une bosse des maths existait vraiment et qu’on n’en était pas tous pourvu. Pure affabulation, bien sûr, due à une méconnaissance de notre cerveau. La bosse des maths, n'ayons pas peur de le dire, n’existe pas ! Le Telegramme, Science. D'où vient l'expression "avoir la bosse des maths" ? - LeTelegramme Soir
  • Loin du cimetière des moniales, une cinquantaine de fosses contenant des tombes sont en cours de fouille… Curieusement, ces fosses présentent des sépultures très atypiques. Contrairement à la coutume, certaines sont multiples, contenant deux à cinq individus. La population inhumée correspond majoritairement à des adultes ou de grands adolescents. Cet ensemble présente donc des anomalies tant dans sa gestion, sa population que dans ses pratiques funéraires. De quoi pourrait-il s'agir, sépultures de catastrophes liées à une épidémie, collecte de crânes par quelques collectionneurs, médecins-anthropologues férus de craniologie et de l’école de Paul Broca, fondateur de la Société d'Anthropologie de Paris ? France Culture, Les damnés de la terre
  • À la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle, les « collecteurs » de restes humains en Afrique centrale étaient souvent des militaires qui, dans le cadre d’expéditions coloniales, travaillaient accessoirement pour la science. Ils collectaient aussi bien des oiseaux exotiques que des plantes tropicales, aussi bien des mollusques et des minéraux que des restes humains. Ce qui a permis à des scientifiques belges qui n’avaient jamais quitté l’Europe de pouvoir se livrer à des analyses, à des comparaisons, à des exposés… Notamment en matière de « craniologie », à une époque où l’anthropologie physique, encore balbutiante, contribua à une légitimation « scientifique » du racisme en considérant que les différences observées entre des crânes témoignaient de l’existence de races inférieures. parismatch.be, Lusinga… Et 300 autres crânes d’Africains conservés à Bruxelles (partie 2) : Le « pauvre diable » de l’ULB
  • Le second, commissaire du gouvernement britannique en Ouganda, se livrera à une identification biologique des Bantous en ayant recours à la « craniologie ». Quant au troisième, il s’efforcera, à travers son ouvrage intitulé La Philosophie bantoue (Présence africaine, 1949), de faire pièce à « l’européocentrisme » et au « mépris avec lequel était traitée en particulier la culture africaine par les colons du Congo belge ». JeuneAfrique.com, Les Bantous existent-ils ? – Jeune Afrique
  • D'ici, nous entendons les défenseurs de la cause anti-raciste arguer du fait que les disciplines scientifiques - évoluant de la craniologie à la biologie des populations, en passant par l'anthropologie physique - se seraient défait depuis longtemps de tout ce qu'il y avait derrière elles de pensées biologisantes sur la race. Mais vouloir conserver une prise sur ces objets, et hériter ainsi de la transformation de dépouille sans sépulture, pour certains des ancêtres homicidés par des Belges, en "objet de science", revient à perpétuer le mythe d'une scientificité neutre pouvant s'offrir le luxe de ne pas situer les protagonistes dans une histoire coloniale, et de ne pas s'y situer. Or, ce geste de transformation en objet de science est ce qui dénie aux Africains le droit de se les approprier comme "ancêtres" et comme traces des violences coloniales et des contestations anticoloniales. Une telle "neutralisation" de l'histoire revient à faire de la colonisation, un "contexte" dont nous serions enfin débarrassé. Or, la question de la restitution est l'une des principales voies pour penser les modalités de fabrication de la race, les exigences de réparation, mais aussi, les conséquences de cette épistémologie coloniale sur les discriminations raciales contemporaines. Site-LeVif-FR, Comment décoloniser nos universités ? - Belgique - LeVif
  • Discipline alors très en vogue, la « craniologie » exigeait une accumulation de crânes, qui permettait de constituer des séries, en vue d’établir des classifications raciales. A Morondava, lieu de résidence du commandant de cercle, Guillaume Grandidier écrivit le 7 mai 1898 à son père : « Hier, on m’a annoncé qu’on avait envoyé au commandant Putz deux têtes d’illustres Sakalaves de la Tsiribihina, peut-on lire dans une lettre que l’on retrouve au Muséum d’histoire naturelle. Je suis allé en parler au commandant, qui m’a autorisé à les prendre, mais en les déterrant, c’était une telle infection que j’ai été obligé de les enterrer précipitamment ailleurs, d’où on les exhumera le mois prochain pour m’envoyer les crânes à Tulear. » Le Monde.fr, Le Muséum d’histoire naturelle abrite-t-il le crâne d’un roi malgache tué par la France au XIXe siècle ?

Traductions du mot « craniologie »

Langue Traduction
Anglais craniology
Espagnol craneología
Italien craniologia
Allemand kraniologie
Chinois 颅骨学
Arabe علم القحف
Portugais craniologia
Russe краниология
Japonais 頭皮学
Basque craniology
Corse craniologia
Source : Google Translate API

Craniologie

Retour au sommaire ➦

Partager