La langue française

Convulsionnaire

Sommaire

  • Définitions du mot convulsionnaire
  • Étymologie de « convulsionnaire »
  • Phonétique de « convulsionnaire »
  • Évolution historique de l’usage du mot « convulsionnaire »
  • Citations contenant le mot « convulsionnaire »
  • Traductions du mot « convulsionnaire »
  • Synonymes de « convulsionnaire »

Définitions du mot convulsionnaire

Trésor de la Langue Française informatisé

CONVULSIONNAIRE, adj.

A.− Qui est fréquemment affecté de convulsions de tout le corps, généralement d'origine psychique. Malade convulsionnaire.
P. méton. Caractéristique des personnes convulsionnaires. Danser une danse convulsionnaire (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 463).
Emploi subst. Malade convulsionnaire, personne affectée de convulsions. Un artiste est, à peu de chose près, une sorte de convulsionnaire (Gobineau, Pléiades,1874, p. 60):
La petite bossue devenait terrible (...) son corps difforme secoué de tremblements spasmodiques (...) Celle-là était une véritable convulsionnaire, car l'hystérie ne distingue pas entre les cultes... A. Daudet, L'Évangéliste,1883, p. 205.
HIST. Les convulsionnaires de Saint-Médard (cf. étymol.). Il est secoué, il tressaute, comme les convulsionnaires étendus sur le tombeau de Pâris (Montherl., Songe,1922, p. 169).
P. métaph. Les frères Dorst, ces clowns, non, ces convulsionnaires (Mallarmé, Dern. mode,1875, p. 773).
B.− Littér. [En parlant de collectivités] Synon. expressif de convulsé, convulsif.Notre monde convulsionnaire (Duhamel, Notaire Havre, 1933, p. 128).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃vylsjɔnε:ʀ]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1. 1735 adj. (Hecquet, Le Naturalisme des convulsions dans les maladies de l'épidémie convulsionnaire, [titre de l'un de ses ouvrages] ds R. Hist. litt. Fr., t. 8, p. 494); 1736 subst. (Id., Lettre sur la convulsionnaire en extase, ou la vaporeuse en rêve, [id.], ibid.); 2. 1754 subst. masc. plur. « nom donné à une secte de jansénistes fanatiques qui étaient pris de convulsions sur la tombe du diacre Pâris [✝ 1727] au cimetière de Saint-Médard à Paris » (Encyclop. t. 4). Dér. de convulsion*; suff. -aire*. Fréq. abs. littér. : 33.

Wiktionnaire

Adjectif

convulsionnaire \kɔ̃.vyl.sjɔ.nɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui a des convulsions.
    • Tout d’abord, les adjointes ont essayé d’arrêter le tumulte, elles se sont précipitées dans le tas et ont saisi au hasard quelques enfants pour les calmer, mais ils se sont débattus, trépignants, écumants, convulsionnaires, et clamant cette explication : « La ribouldingue ! La ribouldingue ! » pour signifier : « Laissez-moi ! Il faut ! Il faut ! » — (Léon Frapié, La ribouldingue, dans Les contes de la maternelle, éditions Self, 1945, page 47)

Nom commun

convulsionnaire \kɔ̃.vyl.sjɔ.nɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Se disait au XVIIIe siècle de certains fanatiques auxquels l’exaltation religieuse causait des convulsions.
    • Lorsqu’une fois le fanatisme a gangréné un cerveau, la maladie est presque incurable. J'ai vu des convulsionnaires qui, en parlant des miracles de saint [François de] Pâris, s’échauffaient par degrés malgré eux : leurs yeux s’enflammaient, leurs membres tremblaient, la fureur défigurait leur visage, et ils auraient tué quiconque les eût contredits. — (Voltaire, « Fanatisme », in Dictionnaire philosophique, 1764)
    • Le médecin Hecquet, dans son Traité sur les convulsions, a consacré un paragraphe entier aux erreurs ou fourberies des mélangistes.
      Les
      discernants étaient les voyants, les prophètes du parti, et débitaient, dans l’accès de leur délire, des paroles dépourvues de sens.
      Les
      margoullistes. J’ai trouvé leur dénomination dans les ouvrages composés sur cette matière ; mais je n’ai pu rien découvrir sur leurs opinions ou leurs fonctions particulières.
      Les
      figuristes étaient des personnes qui, pendant leurs convulsions, représentaient les différentes scènes de la Passion de Notre-Seigneur ou du martyre des saints.
      Les
      secouristes, espèce de frères servants, administraient aux convulsionnaires en scène les petits et les grands secours.
      Les
      petits secours consistaient, lors de l’agitation des convulsionnaires, à prévenir leur chute, les dangers auxquels les exposaient leurs mouvements violents, et à ranger leurs vêtements très souvent en désordre.
      Les
      grands secours ou secours meurtriers s’administraient en frappant rudement les convulsionnaires, en les foulant aux pieds, en les martyrisant, etc. — (J.-A. Dulaure, Jules-Léonard Belin, Histoire physique, civile et morale de Paris, tome sixième, Furne et Cie, Libraires-Éditeurs, Paris, 1857, sixième édition)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONVULSIONNAIRE. adj. des deux genres
. Qui a des convulsions. Il s'est dit comme nom au XVIIIe siècle de Certains fanatiques auxquels l'exaltation religieuse causait des convulsions. Les convulsionnaires de Saint-Médard.

Littré (1872-1877)

CONVULSIONNAIRE (kon-vul-sio-nê-r') s. m.
  • Celui, celle qui avait les convulsions, sorte de maladie nerveuse épidémique née sous l'influence d'émotions religieuses, particulièrement jansénistes. Les convulsionnaires de Saint-Médard. On assure que, dès le lendemain de l'expulsion des jésuites, les convulsionnaires ont commencé à la prédire ; c'est ainsi qu'ils ont toujours prophétisé, D'Alembert, Destr. des jésuites, Œuvres, t. V, p. 137, dans POUGENS.

    Adjectivement. La singularité des phénomènes convulsionnaires.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « convulsionnaire »

Convulsion.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) De convulsion » et du suffixe -aire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « convulsionnaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
convulsionnaire kɔ̃vylsjɔnɛr

Évolution historique de l’usage du mot « convulsionnaire »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « convulsionnaire »

  • Le livre de Serge Maury est issu d’une thèse soutenue en 2015, sous la direction de Yves Krumenacker, et nombre de passage sont directement pris dans le texte initial complété par de nouvelles recherches. Il traite de deux épisodes connus de l’histoire des jansénistes convulsionnaires : la constitution d’une « secte » janséniste à Fareins (Ain) autour des frères Bonjour et les prophéties de la « sœur » Elisée à Paris. L’unité entre les deux tient à l’appartenance initiale de la prophétesse au groupe conduit par les Bonjour. Club de Mediapart, Hétérodoxie, déviations populaires, Révolution et sacré, à propos de deux livres | Le Club de Mediapart
  • Les phénomènes d'hystérie collective : sous cette appellation sont regroupés des comportements qui laissent le médecin désemparé. L'historien, lui, note qu'ils surgissent régulièrement à des époques et des lieux divers, et qu'ils sont de nature fort variées : la possession (diabolique ?),  l'hystérie et ses convulsions, le tarentisme italien et ses musiciens, le spiritisme africain, cubain, brésilien ou le vaudou, et jusqu'aux transes chamaniques de Laponie. L'auteur commence par distinguer toutes ces formes d'hystérie collective pour en discerner les symptômes typiques, leurs conditions d'apparition, de transmission et d'évolution. Il expose les différents diagnostics avancés,  examine les conditions de vie, les traditions, les croyances du milieu social et religieux dans lequel évoluent ces hommes, femmes, enfants, capables d'entrer en transe. Certaines manifestations sont célèbres : les possédées de Loudun, d'Auxonne ou de Louviers (au XVIIe) ou encore les convulsionnaires de St Médard à Paris (au XVIIIe).  D'autres sont moins connues : les crises de possession suite aux piqures de Tarentule ou le chamanisme nordique. D'autres enfin, bien que populaires, méritent d'être analysées en profondeur, tels le vaudou ou même les Gnaouas marocains. On pénètre ici dans des zones mal déchiffrables, à la frontière entre la maladie, la sorcellerie, la psychiatrie, et l'auteur avance en historien prudemment jusqu'aux années 1860, c'est-à-dire avant Charcot ou Freud. Atlantico.fr, "Esprits et Démons, histoire des phénomènes d'hystérie collective" de Yves-Marie Bercé : style concis, ton objectif, histoires surprenantes, tout est réuni pour une lecture de qualité | Atlantico.fr
  • Les cimetières du royaume de France sont hantés par les convulsionnaires, ces êtres pris de crises de dévotion. Louis XV se doit de réagir. Sept, Les convulsionnaires du cimetière Saint-Médard
  • J’ai longtemps été libraire près de l’église Saint Médard dans le cinquième arrondissement et si je ne suis pas devenu convulsionnaire — c’est là-bas que le jansénisme a connu ses ultimes soubresauts, le chaînon manquant entre les extases divines et les crises d’hystérie de la Salpêtrière —  il m’en est resté deux passions : une pour les drapés de Zurbaran, dont l’église possède un grand Saint Joseph, et une autre pour la stéréotomie, dont le chœur de l’église constitue l’un des plus évidents chef-d’œuvre. France Culture, Le hameau de la Reine

Traductions du mot « convulsionnaire »

Langue Traduction
Anglais convulsive
Espagnol convulsivo
Italien convulso
Allemand krampfhaft
Chinois 抽搐的
Arabe متشنج
Portugais convulsivo
Russe судорожный
Japonais けいれん
Basque aztoratu
Corse convulse
Source : Google Translate API

Synonymes de « convulsionnaire »

Source : synonymes de convulsionnaire sur lebonsynonyme.fr
Partager