La langue française

Contemporanéiste

Définitions du mot « contemporanéiste »

Wiktionnaire

Nom commun

contemporanéiste \kɔ̃.tɑ̃.pɔ.ʁa.ne.ist\ masculin et féminin identiques

  1. (Histoire) Spécialiste de l'histoire contemporaine (Depuis 1789 en France)
    • Dans ce cadre, le numéro propose huit textes écrits par six médiévistes, un moderniste et un contemporanéiste. — (Siècles: cahiers du Centre d’histoire des entreprises et des communautés, Numéros 21 à 22, 2005)
    • Les spécialistes de l’époque moderne sont presque absents et seules quelques monographies de bâtiments ou de personnages historiques leur confèrent quelque existence. Quant aux contemporanéistes, les documents foisonnent mais l’histoire du présent voire au présent est difficile à démêler de l’actualité. — (Joseph Morsel avec la collaboration de Christine Ducourtieux, L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat…, 2007)


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « contemporanéiste »

De contemporain avec le suffixe -iste.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « contemporanéiste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
contemporanéiste kɔ̃tɑ̃pɔraneist

Évolution historique de l’usage du mot « contemporanéiste »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « contemporanéiste »

  • La principale association d'historiens contemporanéistes de France, l'Association des archivistes français, l'Association Josette et Maurice Audin, ainsi que de nombreux historiens réclament dans cette tribune l'abrogation des dispositions de l'IGI 1300, qui posent selon eux "des limites inacceptables au libre examen de notre histoire récente". lejdd.fr, TRIBUNE. "Ouvrez les archives" : l'appel d'archivistes, juristes et historiens à Edouard Philippe
  • L'Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche, l'Association des archivistes français et l'Association Josette et Maurice Audin ont déposé auprès du Premier ministre une demande formelle d’abrogation de l’article 63 de l’Instruction générale interministérielle n°1300 (IGI 1300) sur la protection du secret de la défense nationale. Ils sont rejoints par un collectif d’historiens signataires d’une tribune sur ce sujet, publiée dans le journal Le Monde du 14 février 2020, ainsi que des juristes, des archivistes et des usagers des services d’archives. La revue française de Généalogie, Historiens et archivistes demandent à abroger le Secret Défense 1940-1970
  • (1) Société botanique de France, Société française de biologie du développement, Société française de bioinformatique, Société des neurosciences, Société française d’astronomie et d’astrophysique, Association française de sociologie, Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche, Association française d’histoire des mondes du travail, Société des anglicistes de l’enseignement supérieur, Société française d’écologie et d’évolution, Alliance des universités de recherche et de formation, Société française de génétique. {Sciences²}, Antoine Petit contesté au CNRS – {Sciences²}
  • Les contemporanéistes sont bien sûr les premiers concerné·e·s – la majorité des historien·ne·s travaillant souvent sur des périodes bien antérieures au Web – et notamment les spécialistes des périodes très contemporaines (depuis les années 1990) dans le cadre d’une histoire du temps présent. Pour qui s’intéresse à l’analyse du phénomène mémoriel, il s’agit de comprendre quelle relation les sociétés entretiennent avec leur passé, à l’image du travail emblématique d’Henri Rousso dans le Syndrome de Vichy. Dans le sillon de Pierre Nora, ces « historiens de la mémoire » mobilisent un large éventail de sources : textes, films, discours présidentiels, télévisions, dispositifs commémoratifs et patrimoniaux, ou encore reconstitutions historiques. The Conversation, Archiver le Web, un défi historique
  • Les médias s’interrogent sur la survie d’un « franquisme sociologique » et le traquent dans les manifestations d’extrême-droite. Les historiens déplorent la schématisation du débat et sa dégradation en slogans. Depuis plusieurs années, les historiens contemporanéistes ont établi les faits et les données qui permettent à la fois de comprendre la Guerre Civile et la nature du régime franquiste. Ils ont montré que la répression qui s’abattit sur l’Espagne entre 1939 et 1948 fut de grande ampleur et d’une violence voulue et déterminée par Franco (on estime à 50 000 morts le nombre des victimes de la répression sous régime « légal » franquiste entre ces deux dates). Telos, L’Espagne normalisée? - Telos
  • Nous sommes tous des antiquisants, des médiévistes, des modernistes, des contemporanéistes. SenePlus, HORREUR ET FECONDITE (4) | SenePlus
  • Hamadi Redissi, politiste, président de l’OTTD, Asma Nouira, politiste, ancienne présidente de l’OTTD  et directrice du département de science politique à la Faculté de droit de Tunis, Hafedh Chekir, démographe, ancien directeur régional Fonds des Nations Unies pour la Population pour le Monde arabe, Chafiq Sarsar, juriste, ancien président de l’ISIE, primé en 2016 de la Joe Baxter Award for improvements to election Administration Practices, Hafidha Chekir, juriste, membre du Bureau directeur de l'ATFD et vice-présidente de la Fédération internationale des Droits de l'Homme (depuis 2016), Sonia Mbarek, musicienne et politiste, ancienne Ministre de la Culture et de la sauvegarde du patrimoine, Tarek ben Chaabane, sociologue des médias et critique de cinéma,  Abdelkrim Allagui, historien contemporanéiste, ancien vice-président de la LTDH, Sahbi Khakfaoui, politiste, enseignant chercheur à la Faculté de sciences juridiques, économiques et de gestion de Jendouba,  Fatma Ellafi, juriste,  enseignante chercheure à la Faculté de Droit et des Sciences Politiques de Tunis, Cheyma M’barki, médecin de la santé publique, ancienne responsable dans le cadre du projet Marsad Baladia à Bawsala, Cyrine Ben Said, médecin résidente en psychiatrie, association Activistes Tunisiens pour la Santé Mentale, Hatem Chakroun, politiste, secrétaire général de l’OTTD et coordinateur pédagogique du programme OpenGov Academic à la Faculté de Droit et des Sciences Politiques. www.businessnews.com.tn, La Tunisie face à la pandémie Covid-19 : Penser ensemble, agir de concert
  • L’historien Pierre Milza est mort ce mercredi, à l’âge de 85 ans. Professeur à Sciences-Po Paris, ce contemporanéiste fut aussi membre du conseil scientifique de l’Institut François-Mitterrand, directeur du Centre d’histoire de l’Europe au XXe siècle (CHEVS) à la Fondation nationale des sciences politiques et président du Comité franco-italien d’études historiques. Il est connu par des générations d’étudiants pour ses manuels d’histoire de la France et du monde au XXe siècle, ou encore de relations internationales, souvent écrits avec son collègue Serge Berstein. Son Histoire du XXe siècle en trois, puis quatre tomes, fait figure de référence incontournable dans les premiers cycles universitaires.  Libération.fr, Pierre Milza, une histoire qui a marqué plusieurs générations - Libération
  • A l’heure de la globalisation et d’internet se pose la question de l’influence de l’Histoire française dans un monde anglo-saxon. L’historien contemporanéiste Jean-François Sirinelli, dans son court essai L’Histoire est-elle encore française, sonne le tocsin (pour éviter le glas) et dresse un constat inquiétant de l’historiographie française, menacée tant par l‘affaiblissement de la francophonie que par les nouvelles technologies et une évaluation des travaux historiens aux effets pervers. , L’Histoire est-elle encore française ? (J-F. Sirinelli)
  • Faudrait-il baptiser différemment ce qui fut d’abord qualifié d’art contemporain, considérant qu’on identifie suffisamment de concepts, de mouvements et de courants semblables pour nommer le tout différemment, ou simplement relier plus fortement certains courants plus anciens à l’art moderne et les sortir du contemporain ? Au sens défini par l’historiographie française, le contemporain a-t-il été dépassé au point qu’il faudrait lui trouver un successeur ? La notion d’"art actuel" a émergé depuis quelques années. À l’échelle de l’histoire, tout reste à discuter, mais le mot "actuel", trop inscrit dans une temporalité, peut paraître réducteur, à tout le moins à un courant ou à un concept. Qu’adviendra-t-il après "l’actuel" ? L’ultra-présent ? Ou le post-actuel, comme la "post-vérité", est-il devenu le mot de l’année 2016 ? Les historiens contemporanéistes français sont bien placés pour mettre en garde face à cette supposée usure du mot "contemporain". Baptiser différemment un sujet et tout ce qui l’incarne c’est d’abord en comprendre pleinement les fondements. Les Echos, Opinion | Comment définir une raison d'être ? L'enjeu du "contemporain" | Les Echos
  • Les candidats bacheliers de la section S ont eu à se pencher cette année sur un sujet qui a interpellé ceux qui ne sont pas à jour des dérives ultra-contemporanéistes de nos programmes scolaires: «La gouvernance européenne depuis le traité de Maastricht». , Bac d’histoire: «Lycéens, répétez après moi, la construction européenne c’est le progrès !» - Décryptage - Actualité - Liberté Politique
  • Historien contemporanéiste spécialiste de l'histoire politique française et de celle de l'Eglise catholique au tournant du XXe siècle, Jean-Marie Mayeur est mort des suites d'une hémorragie cérébrale le mardi 8 octobre à son domicile parisien à l'âge de 80 ans. Le Monde.fr, Jean-Marie Mayeur, historien du religieux et du laïque
  • Considérer le rap dans le sillage croisé de la performance poétique et de la tradition orale simplifie immédiatement le rapport des études littéraires avec cette forme poétique. Apparue dans les années 1970, cette poésie performée est désormais démultipliée par les nombreux courants, ramifications et vedettes qui ont contribué à sa popularité actuelle. Analysée depuis longtemps par les sociologues comme une expression culturelle à part entière, le rap, malgré des études et des articles, reste marginal dans les études littéraires contemporanéistes en France. Le slam, en revanche, grâce aux travaux de Camille Vorger notamment, profite d’une meilleure reconnaissance. , Le rap, une poésie de performances (revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures)
  • Jean Stengers, un de nos plus grands historiens contemporanéistes, avait confié qu’il n’avait jamais voulu aller à Argenteuil, de peur d’y tomber lui aussi sous le charme de la princesse Lilian. Un de ses nombreux disciples, Olivier Defrance formé à l’ULB, avait lui franchi le pas parce qu’il avait eu la chance de pouvoir la rencontrer. Dieu ou Grand Architecte merci, il a bien fait car sa visite sur place avec l’ancien recteur Jaumotte à la mi-avril 2000 l’a, à coup sûr et après coup, déterminé à relever un des défis les plus audacieux pour les membres de sa corporation : écrire une biographie scientifique sur la seconde épouse du roi Léopold III. C’est que jusque-là, si on faisait abstraction des recherches des Prs Dumoulin, Dujardin et Van den Wijngaert à l’occasion du centenaire de la naissance de Léopold III, il n’y avait guère de références totalement objectives sur celle qui devint l’épouse du Roi au moment le plus délicat entre tous, à savoir pendant la Seconde Guerre mondiale. Entre-temps, il y a eu aussi des écrits de la princesse Esméralda qui, on se doit de le souligner, montra que la journaliste en elle l’emportait quand il le fallait sur la piété filiale pour dresser un portrait objectif d’une femme extraordinaire dans tous les sens du terme. , Une biographie critique sort la princesse Lilian de l’ombre - La Libre
  • C’est vrai que j’aime bien cette période de ma vie, mais je ne suis pas sûr que cela soit encore possible aujourd’hui. En tout cas, je dis toujours à mes étudiants que je suis passé par une maîtrise en histoire contemporaine, tout comme mon maître en histoire médiévale, Jean-Louis Biget, qui avait fait une maîtrise sur la Commune de Paris et adorait le dire. Je suis venu tardivement à l’histoire médiévale, à l’époque de l’agrégation, en écoutant justement Jean-Louis Biget, l’une des voix très fortes qui m’a soulevé d’enthousiasme. Je crois de toute façon, fondamentalement, pour l’avoir expérimenté par une approche philosophique (en lisant par exemple Giorgio Agamben), qu’on est toujours historien du contemporain, qu’il n’y a d’histoire que contemporaine, et qu’être médiéviste c’est une autre façon d’être contemporanéiste. C’est accueillir ce qu’il y a de très profondément enfoui, presque disparu, dans notre contemporanéité. Je veux croire qu’être historien, c’est un seul et même métier, et j’essaye de l’enseigner comme tel à mes étudiants. Je leur dis de faire ce dont ils ont envie, sans avoir peur que cela engage leur vie entière. Mais je sais que c’est à contre-courant d’une évolution que je trouve fâcheuse, qui oblige les gens à se décider trop tôt et trop vite, à faire des choix par défaut. Pourtant, c’est vrai, j’ai aussi fait certains choix par défaut, je n’ai par exemple pas fait d’histoire antique parce que je ne connaissais pas assez le latin et très mal le grec, et ce malgré l’influence d’un autre de mes maîtres, Yvon Thébert, qui m’a donné le goût de l’enseignement par le voyage et les choses concrètes. Ce fut un choix par défaut, et c’est toujours dommage de faire des choix par défaut, même si parfois on ne peut pas faire autrement. , Entretien avec Patrick Boucheron, historien
  • Pourtant, celle-ci continuait à se développer. Dès l’origine, les promotions mêlaient les historiens de l’art et les restaurateurs, nous l’avons dit, mais aussi les universitaires et les conservateurs de musées. Après 1983, les nouveaux courants de la discipline furent enfin représentés avec l’arrivée d’élèves de Louis Marin, d’Hubert Damisch et de Daniel Arasse, comme Philippe Morel ou Georges Didi-Huberman. Dans les mêmes années, la section accueillit aussi ses premiers musicologues. Après avoir été essentiellement tournée vers l’art de la Renaissance au XIXe siècle, elle s’ouvrit aux contemporanéistes. Les pensionnaires continuaient à jouer un rôle très important au sein de l’Académie, en participant notamment aux recherches sur l’édifice extraordinaire dans lequel ils vivaient : ainsi, Philippe Morel, pensionnaire historien de l’art, et Géraldine Albers, pensionnaire restauratrice, mirent au jour la volière peinte à fresque par l’atelier de Jacopo Zucchi dans un pavillon du jardin. Philippe Morel put, une fois devenu chargé de mission pour l’histoire de l’art, porter à son terme la grande monographie sur la Villa conçue par André Chastel. La section et son chargé de mission furent également associés aux divers travaux de restauration entrepris sur le palais et ses jardins, pour lesquels le riche fonds documentaire réuni pour préparer l’ouvrage de Chastel se montra naturellement indispensable. La fin des années 1990 et le début des années 2000 furent assez favorables, avec la création de la revue Studiolo, qui se signala immédiatement par la qualité de ses articles, et celle d’une collection où furent publiés les nombreux colloques organisés par les pensionnaires et le chargé de mission. Grâce à une convention avec l’École française de Rome, des bourses d’un mois furent instituées à destination des étudiants préparant leur doctorat (bourses Arasse). Plus récemment encore, en 2010, une convention avec l’Institut national d’histoire de l’art a créé une bourse André Chastel pour les chercheurs avancés (professeurs des universités, maîtres de conférences...), qui sont également accueillis à la Villa pendant un mois. La Tribune de l'Art, Menaces sur l'histoire de l'art à la Villa Médicis - La Tribune de l'Art
  • Et ce alors que Jean-Noël Jeanneney, interviewé le 23 mars 2018 par Emmanuel Laurentin à la Fabrique de l’histoire, sur France Culture, deux jours après l’annonce de la démission de dix des douze membres du Haut comité aux commémorations nationales, a tenu à disculper une fois de plus son collègue Pascal Ory et lui-même – décideurs de cette commémoration contemporanéiste – de toute admiration ou « approbation » de Maurras, et reproché à Mme Nyssen d’avoir « laissé penser » qu’il en allait autrement. L’« émotion » soulevée serait illégitime, et il n’y aurait aucune ambiguïté sur le caractère « anti-républicain » du « personnage », qui avait dit souhaiter « fusiller Léon Blum dans le dos » . , Affaire Maurras : Une mission civique et critique, rééditer les fascistes ? | Investig’Action
  • 8La circulation des idées entre les disciplines a donc eu pour effet de dynamiser les recherches désormais reconnues des « contemporanéistes » : de part et d’autre, on s’est donné les moyens de faire de « l’histoire immédiate », et, comme le rappelle D. Viart, un pas de plus a été accompli quand les littéraires se sont emparés de la très précieuse notion de « régimes d’historicité » forgée par un autre historien, François Hartog, cette notion permettant de mieux cerner les manières qu’ont les sociétés de vivre et d’articuler entre elles les dimensions du temps. Et c’est en s’appuyant sur des travaux d’anthropologie, mais aussi sur la lecture des romanciers que cet historien a nourri sa réflexion. Si quelque chose comme une « historiocritique » est bien appelée à se développer, cela passera donc par le renforcement des échanges entre tous ces chercheurs qui ont en commun de s’affronter à la condition temporelle de la vie des hommes, et qui partent « à la recherche du temps perdu » pour mieux embrasser dans une même lumière le passé et le présent, leurs liens et leurs échos. , Fiction historique & vérité romanesque (Acta Fabula)
  • Les fonds de l’ECPAD sont des trésors pour les chercheurs et un grand défi méthodologique pour les contemporanéistes. Lire et interpréter ces images est une activité exigeante car elle nécessite de rompre avec une adhésion immédiate aux images. Ce que Susan Sontag appelait notre «croyance implicitement magique» en des images «talismans», qui nous promettent «d’entrer en contact avec une autre réalité». Dans son brillant texte On Photography, publié en 1973, l’essayiste affirmait déjà que les images «paralysent» autant qu’elles «anesthésient» la conscience de celui qui les regarde. Libération.fr, Au fort d’Ivry, champs et contrechamps de bataille - Libération
  • Pour les amateurs du Premier Empire on ne présente plus Natalie Petiteau, tous ont au moins un ouvrage d'elle dans leur bibliothèque... Pour les autres, Natalie Petiteau est une historienne contemporanéiste qui exerce à l'Université d'Avignon et qui a écrit plusieurs ouvrages sur l'Histoire et la mémoire de l'Empire et de l'après-Empire : Élites et mobilités. La noblesse d'Empire au XIXe siècle en 1997, Napoléon, de la mythologie à l'histoire en 1999, Lendemains d'Empire. Les soldats de Napoléon dans la France du XIXe siècle en 2003, Les Français et l'Empire en 2008 et Écrire la mémoire. Les mémorialistes de la Révolution et de l'Empire en 2012. Elle participa également avec Jacques-Olivier Boudon et Sylvie Caucanas à un ouvrage sur Les Européens dans les guerres napoléoniennes, paru la même année. Au terme d'un travail de deux ans elle présente cette année une biographie de Napoléon, un genre inédit pour cet auteur. , Napoléon Bonaparte. La Nation incarnée. (N. Petiteau)
  • Historien contemporanéiste de formation, je suis un passionné de jeux vidéos depuis tout petit. J'ai commencé l'aventure vidéoludique sur SEGA Megadrive II avant de basculer chez Sony et sa fameuse PS1. Après avoir suivi sur PS2 et PS3, j'ai décidé en 2013 de me procurer une Xbox One pour explorer un nouvel univers. J'ai enfin eu la chance, par la suite, d'être recruté chez 4WeAreGamers où j'ai pu appréhender les jeux vidéo sous un œil nouveau, celui de la rédaction web. Après 1 an de beaux et loyaux services, j'ai pu rejoindre la rédaction de War Legend et j'essaie de m'améliorer au quotidien pour devenir un acteur à part entière de ce monde merveilleux. Ah oui, j'aime aussi les cookies et les Wookies...parce que ça rime ! WarLegend.net, ASUS Rog Strix GL10CS - Un PC gaming à petit prix ?
  • 8Cette variété est inspirante pour les contemporanéistes et permet de nourrir une réflexion plus globale sur les esthétiques en jeu. Le premier enjeu, poétique, est celui de la nomination de l’objet, « fictions narratives ». On sait combien l’appellation roman a progressivement été battue en brèche par celle de récit depuis la deuxième moitié du xxe siècle, parallèlement à la perception d’un réel comme instable et fragmentaire. Si la première résiste encore en tant qu’étiquette commerciale et paraît connaître un « retour » en force10, c’est en réalité aux côtés de formes narratives diversifiées. Les deux « ingrédients » constitutifs du roman sont également sujets à caution : d’un côté la fiction est évidée par des genres de discours externes au roman, de l’autre le récit est creusé par la voix ; les deux sont remis en cause par le brouillage des instances énonciative et narratoriale. L’alternance entre les appellations de « récits » et de « fictions » dans les ouvrages de critique littéraire contemporaine témoigne de ces creusements et de cette indécision générique11. , Styles, strates énonciatives & stratégies narratives des récits contemporains (Acta Fabula)
  • Comment ne l’aurais-je pas été ? En tant qu’historien contemporanéiste de formation, je sais ce que cela a coûté dans un temps pas trop lointain à notre humanité. RFI, Trois présidents africains s'expriment sur l'élection d'Emmanuel Macron - Invité Afrique
  • FLORIAN MAZEL – À chaque fois, il y a deux objectifs. D’abord, on veut couvrir tout le champ chronologique, parce que les institutions culturelles ont spontanément tendance à privilégier le contemporain, l’actualité sociale et culturelle immédiate, alors que du côté de l’histoire, on cherche plutôt à réintroduire les questions contemporaines dans une durée longue. Dans le programme, on part de la Grèce jusqu’à l’ultra contemporain. Dans la conférence d’ouverture sont réunis une médiéviste et un contemporanéiste pour jouer sur ce grand écart. Le deuxième enjeu est la diversité thématique, l’histoire sociale avec la conférence de Dominique Kalifa sur les bas-fonds, la question de la forme urbaine avec l’histoire des cartes et des plans de Rennes mais aussi l’urbanisme antique, et les aspects culturels, les plaisirs à Rome, les lieux de spectacles, la question de l’embellissement urbain avec une conférence sur les mosaïques du Rennais Isidore Odorico. Unidivers.fr, RENNES. LES RENCONTRES D’HISTOIRE EXPLORENT LA VILLE
  • Il y a en France une lutte des mémoires âpre tout à fait conforme aux règles du jeu capitaliste (volonté de concentration, concurrence pour les subventions, etc.). Les historiens contemporanéistes en sont conscients au moins depuis l’affaire de l’attaque contre Olivier Pétré-Grenouilleau qui provoqua le lancement de la pétition et de l’association Liberté pour l’Histoire. Ceux qui travaillent sur des problématiques sensibles (tel l’auteur de ce commentaire) ont été bien des fois confrontés de visu à cette question. Par ailleurs, chacun est certes libre de penser ce qu’il veut d’un ouvrage. Mais renvoyer Régis Debray à Kémi Seba est, à l’évidence, indigne, et ne constitue qu’une nouvelle formulation de la vieille reductio ad hitlerum. La Règle du Jeu, Raphaël Haddad, Régis Debray, un ami qui vous veut du bien - La Règle du Jeu - Littérature, Philosophie, Politique, Arts

Traductions du mot « contemporanéiste »

Langue Traduction
Anglais contemporaryist
Espagnol contemporánea
Italien contemporaryist
Allemand zeitgenosse
Chinois 当代主义者
Arabe المعاصر
Portugais contemporâneo
Russe contemporaryist
Japonais 現代主義者
Basque contemporaryist
Corse cuntemporanistu
Source : Google Translate API

Contemporanéiste

Retour au sommaire ➦

Partager