La langue française

Conceptualisme

Définitions du mot « conceptualisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

CONCEPTUALISME, subst. masc.

A.− PHILOS. CLASS. Doctrine d'après laquelle le concept est une construction mentale qui exprime la nature essentielle de la pensée, et qui, différente d'un signe ou mot (et s'opposant en ce sens au nominalisme*), est aussi distincte de la perception des objets singuliers (et s'oppose en ce sens au réalisme*); p. ext. doctrine qui professe en outre la conformité du concept à l'essence inhérente aux entités groupées par lui. Cf. les universaux.Tandis qu'à dater environ de l'an 1200, tous les penseurs chrétiens prenaient avec orgueil le nom de réalistes, au fond de leur enseignement avait pénétré le conceptualisme issu des nominaux (Ozanam, Essai sur la philos. de Dante,1838, p. 42):
Le xieet le xiiesiècles sont occupés en entier par la querelle des universaux, longue discussion métaphysique souvent verbale, où les tenants du nominalisme, du conceptualisme et du réalisme s'affrontent en des joutes métaphysiques dont l'objet est de définir la nature et la valeur des idées universelles, ... Hist. de la sc.,1957, p. 1631.
B.− PHILOS. MOD., LING. Construction mentale symbolique de nature verbale, susceptible de s'appliquer à plusieurs objets possédant en commun un certain nombre de propriétés.
P. ext. Autres sciences humaines et langage culturel. Le conceptualisme a perdu du terrain; les sciences biologiques et sociales ne croient plus en l'existence d'entités immuablement fixées (S. de Beauvoir, Le Deuxième sexe,1949, p. 12).L'immense apport des arts orientaux qui voient par grandes masses et purs profils, (...). La « nature » recule désormais au second plan. Elle n'est décidément plus qu'un « dictionnaire », comme le voulait Delacroix. Le conceptualisme renaît (É. Faure, Hist. de l'art,1921, p. 242).
Prononc. : [kɔ ̃sεptɥalism̥]. Étymol. et Hist. 1832 (Raymond). Dér. de conceptuel*; suff. -isme*. Fréq. abs. littér. : 4. Bbg. Dub. Dér. 1962, p. 35.

Wiktionnaire

Nom commun

conceptualisme \kɔ̃.sɛp.tɥa.lism\ masculin

  1. (Philosophie) Doctrine qui considère les idées générales comme le résultat d’une construction de l’esprit.
    • On ne peut plus résoudre le problème fondamental de la Scolastique, celui de l’accord de la raison et de la foi ; ou, si on tente de le résoudre en partant du conceptualisme ou du nominalisme, on sombre dans l’hérésie et l’on encourt les condamnations de l'Église […] — (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique : la Scolastique, 1925, éd. 1966)
    • Le conceptualisme d’Abélard.
      Le conceptualisme de Kant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

CONCEPTUALISME (kon-sè-ptu-a-li-sm') s. m.
  • Terme de philosophie. Doctrine d'Abeilard, qui était une sorte de moyen terme entre le nominalisme et le réalisme, et qui, admettant comme le nominalisme que les idées générales ne sont pas réelles, admettait, comme le réalisme, que, à une idée générale, se joint quelque chose de réel, c'est-à-dire la conception d'un objet particulier appartenant à l'idée générale.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « conceptualisme »

Conceptuel.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIXe siècle) De conceptuel avec le suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « conceptualisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
conceptualisme kɔ̃sɛptµalism

Évolution historique de l’usage du mot « conceptualisme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « conceptualisme »

  • Le devenir-information de l’art était une thématique récurrente dans le siècle dernier (notamment dans l’art conceptuel ou conceptualisme). La démocratisation des ordinateurs, l’apparition d’internet et l’émergence des arts numériques semblent confirmer ce devenir. , L’art dans la société de contrôle (Amiens)
  • Elle ne peut s’imposer que par une mise en place simultanée d’un système de cotation rapide des œuvres à New York. Ces dernières sont acquises en amont de leur exposition publique  par les collectionneurs et musées privés américains, pour circuler ensuite internationalement, grâce à des réseaux de galeries secrètement amies. Leur visibilité est prise en charge par des médias bien traités. Une célébrité se construit désormais en deux ans. Vingt ans plus tard,  à mesure que se créent Foires internationales et Centres d’Art contemporain connectés avec New York, l’Europe n’est plus la référence et l’épicentre du marché. Ainsi, l’exception européenne qui consistait en la présence de tous les courants de l’art, de l’académisme au conceptualisme, de savoirs millénaires, d’amateurs cultivés, ne compte plus face au mécanisme efficace de la cotation financière new-yorkaise. La guerre froide culturelle semble gagnée dès 1975.  Apparaît alors l’appellation « Art contemporain » (AC ou ACI, acronymes permettant de contourner la captation sémantique des mots « Art » et « contemporain ») pour désigner le nouvel art unique international allant dans le  « sens de l’Histoire ». Réalisme socialiste et École de Paris sont déclassés ! Confluences, Les révolutions géopolitiques de l’art contemporain
  • Avant l’ère du conceptualisme, les artistes ne s’embarrassaient pas de parler et encore moins d’écrire. Sauf peut-être pour les manifestes, l’édification d’une théorie ou des mémoires. Matisse lui-même s'est exprimé de façon catégorique sur ce sujet : "Qui veut se donner à la peinture doit commencer par se faire couper la langue". , Saint-Pétersbourg : Matisse célébré à l'Ermitage | Russie Information
  • Pourquoi cette disparité ? Un retour sur l’art et la littérature des six dernières décennies permet ici d’observer les interférences et les cloisonnements d’un domaine à l’autre, les parallélismes et les décalages de leurs temporalités respectives, aussi bien que les ambiguïtés du transfert récent des notions de minimalisme, delittéralité et de conceptualisme du vocabulaire de l’art à celui de la critique littéraire. , P. Mougin, Moderne / contemporain. Art et littérature des années 1960 à nos jours
  • Angela Schilling, directrice de l’Espace Nicolas Schilling, abonde: «Les nouveaux fauves connaissent une résonance mondiale en réaction au conceptualisme des années 1970» et trouvent leur public quand on pensait la peinture instinctive et introspective disparue du champ de l’art. , Neuchâtel: deux expositions pour découvrir le "nouveau...

Images d'illustration du mot « conceptualisme »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « conceptualisme »

Langue Traduction
Anglais conceptualism
Espagnol conceptualismo
Italien concettualismo
Allemand konzeptualismus
Chinois 概念主义
Arabe المفاهيمية
Portugais conceitualismo
Russe концептуализм
Japonais 概念主義
Basque conceptualism
Corse cunceptualisimu
Source : Google Translate API

Conceptualisme

Retour au sommaire ➦

Partager