La langue française

Cognatique

Sommaire

  • Définitions du mot cognatique
  • Étymologie de « cognatique »
  • Phonétique de « cognatique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « cognatique »
  • Citations contenant le mot « cognatique »
  • Traductions du mot « cognatique »

Définitions du mot cognatique

Wiktionnaire

Adjectif

cognatique \kɔɡ.na.tik\ masculin et féminin identiques

  1. (Sciences humaines) (Généalogie) Se dit d’un mode de descendance ou filiation passant aussi bien et indifféremment par les hommes que par les femmes.
    • Dans la société occidentale, elle [la filiation] est dite « bilatérale » ou « cognatique », en ce sens que nous sommes apparentés de la même manière à nos pères et nos mères, à nos quatre grands-parents, à nos huit arrière-grands-parents, etc., et que nous avons les mêmes droits régulés par la loi et des statuts identiques dans toutes ces lignes, pour peu que l'histoire de vie individuelle le permette. — (Françoise Héritier, Masculin/Féminin 1, La pensée de la différence, 1996)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

COGNATIQUE (kog-na-ti-k') adj.
  • Terme d'ancienne jurisprudence. Succession cognatique, succession dévolue aux cognats à défaut de parents en ligne masculine.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

COGNATIQUE, succession linéale, (Droit polit.) sorte de succession à la couronne.

Il y a deux principales sortes de successions linéales à la couronne, savoir, la cognatique & l’agnatique ; ces noms viennent des mots latins cognati & agnati, qui dans le droit Romain signifient, le premier, les parens du côté des femmes ; l’autre, ceux qui sont du côté des mâles.

La succession linéale cognatique est celle qui n’exclut point les femmes de la succession à la couronne, mais qui les appelle seulement après les mâles dans la même ligne ; ensorte que lorsqu’il ne reste que des femmes, on ne passe pas pour cette raison à une autre ligne, mais on retourne à elles, lorsque les mâles les plus proches, ou d’ailleurs égaux, viennent à manquer avec toute leur descendance. Il résulte de-là, que la fille du fils du dernier roi est préférée au fils de la fille du même prince, & la fille d’un de ses freres au fils d’une de ses sœurs.

On appelle aussi cette sorte de succession castillanne, parce qu’elle avoit lieu dans le royaume de Castille. Pour savoir si on doit suivre cette sorte de succession au défaut de loi & d’exemple, on peut voir quel ordre s’observe dans la succession des corps ou conseils publics dont les places sont héréditaires.

Le fondement de cette succession, en tant qu’elle est différente de la succession purement héréditaire, c’est que les peuples ont cru que ceux qui esperent le plus justement de parvenir à la couronne, tels que sont les enfans dont les peres auroient succédé s’ils eussent vêcu, seront le mieux élevés.

La succession linéale agnatique, est celle dans laquelle il n’y a que des mâles issus des mâles qui succedent, ensorte que les femmes, & tous ceux qui sortent d’elles, sont exclus à perpétuité.

Elle s’appelle aussi Françoise, parce qu’elle est en usage dans notre royaume. Cette exclusion des femmes & de leurs descendans a été établie principalement pour empêcher que la couronne ne parvienne à une race étrangere, par les mariages des princesses du sang royal.

Ainsi selon ce principe, n’eût-il pas été plus avantageux dans la derniere révolution des Provinces-Unies, de borner la succession du Stathouderat à la ligne agnatique ? Et n’est-il pas à craindre que la république l’ayant étendue à la ligne cognatique, le gouvernement ne puisse tomber dans la suite à une race étrangere, dont les intérêts seroient bien différens de ceux qui conviennent au bien de cet état ?

Je renvoie le lecteur aux ouvrages des célebres jurisconsultes, d’Hottoman, de Tiraqueau, de Grotius, &c. pour la décision d’un grand nombre de questions qu’on peut faire sur cette importante matiere, & je me contenterai de ne traiter ici que la principale.

On demande si dans un royaume indivisible, un fils né avant que son pere parvienne à la couronne, doit être préféré à celui qui est né depuis, quelle que soit la succession établie cognatique ou agnatique. Grotius décide avec raison pour l’affirmative, parce que, dit-il, du moment que quelqu’un a acquis la couronne dans la succession linéale, les enfans nés auparavant ont quelque esperance d’y parvenir ; car supposé qu’il ne nâquît plus d’enfans à leur pere, personne n’oseroit dire que ceux qui étoient nés déjà doivent être exclus de la succession. Or, dans ce cas, pour avoir droit de succéder, il suffit qu’on en ait eu l’esperance, & ce droit ne se perd point par quelque chose arrivée depuis ; tout ce qu’il y a, c’est que dans la succession cognatique, l’acquisition prochaine en est suspendue par le privilége du sexe, ou en ce qu’il peut naître des enfans mâles.

Par la même raison, dans la succession cognatique le fils de l’aîné doit l’emporter sans aucun égard à l’âge, & la fille même de l’aîné a la préférence, parce que l’âge ni le sexe n’autorisent pas à passer d’une ligne à l’autre. Ainsi en Angleterre, où la succession est linéale cognatique, Richard II. petit-fils d’Edouard III. monta sur le trône âgé de 12 ans, en 1377, & l’emporta sur ses trois oncles.

Convenons cependant que la succession linéale, tant cognatique qu’agnatique, a souffert dans plusieurs états les changemens & les vicissitudes de ce monde : & pour n’en citer qu’un exemple ; en Espagne où la succession linéale cognatique a lieu, les rois, qui plus d’un siecle avant Richard II. roi d’Angleterre, avoient possédé la couronne de Castille, étoient descendus d’un prince qui l’avoit obtenue au préjudice de ses neveux, fils de son frere aîné. Par M. le Chevalier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cognatique »

De cognat et du suffixe -ique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Cognat.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « cognatique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cognatique kɔnjatik

Évolution historique de l’usage du mot « cognatique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cognatique »

  • Le nom de cette loi est la primogéniture cognatique à préférence masculine. Un nom très compliqué pour un principe très simple et injuste : si un garçon et une fille sont au même rang dans la succession du trône, c'est le garçon qui en héritera. amomama.fr, Albert de Monaco a hérité du trône, bien qu'il ne soit pas l'aîné des enfants de la famille
  • Cette règle de la primogéniture cognatique à préférence masculine, article 10 de la Constitution de Monaco, va encore avoir un rôle très important à jouer, dans les prochaines années. En effet, le prince Albert II est papa de deux enfants légitimes : Jacques et Gabriella. Le frère et sa s...ur n'ont pas à se battre pour savoir qui est le plus âgé des deux puisque, selon la loi monégasque, cette question n'a pas lieu d'être : Jacques, en tant qu'homme, a la priorité sur sa s...ur jumelle. news.sen360.sn, Caroline de Monaco: pourquoi Albert a hérité du trône alors qu'il n'était pas l'aîné? | SEN360.SN
  • A noter toutefois que concernant le trône de Monaco, c'est bien le sexe qui prévaut sur l'âge, et ce grâce à la primogéniture cognatique à préférence masculine. Ainsi, si Maximilian est né en 2018, il se trouve juste devant sa soeur India dans l'ordre de succession. Il en est de même pour Gabriella, qui se place juste après son frère jumeau Jacques, mais aussi pour Caroline de Monaco, aînée des Grimaldi qui n'a pas hérité du trône. Une règle qui n'est appliquée désormais qu'à Monaco et en Espagne, et que le Royaume-Uni a abandonné en 2013, bouleversant ainsi l'ordre de succession au trône. Closermag.fr, Andrea Casiraghi fête ses 36 ans : quelle place le fils de Caroline de Monaco occupe-t-il dans l'ordre de succession au trône ? - Closer
  • Dans notre exigence actuelle de défense de la filiation cognatique, on s'insurge devant l'idée du doublement : deux pères ou deux mères. Mais les enfants auront aussi quatre grands-parents comme les autres et leur vécu intime de leur situation la leur fait juger tout aussi naturelle et même évidente, même si elle est différente, que celle d'enfants nés d'unions hétérosexués. Surtout, je voudrais rappeler que nous avons admis des siècles durant et sans problèmes ni de conscience ni de justice, qu'une fille de ferme, une servante, soient engrossées et qu'une "fille-mère" mette au monde des "bâtards", sans père reconnu. On ne criait pas à l'injustice en proclamant qu'il fallait qu'un enfant ait un père et une mère pour l'élever, ou qu'il lui fallait connaître les deux images de la tendresse et de l'autorité pour se construire ! Si l'on a pu si longtemps juger concevable qu'un enfant ne dispose que d'une seule lignée, on devrait mentalement pouvoir admettre qu'il en ait deux, fondées sur l'identité sexuée et non sur la différence. Quant aux images parentales, elles ne sont pas non plus dictées par le sexe, mais par la constitution individuelle et par la répartition au sein du couple, y compris dans les unions hétérosexuées. C'est donc, encore une fois, une histoire de convention et d'acceptation commune d'un changement vers une situation tout aussi pensable et légitime que celles qui ont été actualisées. Vous dites que vous vous arrêtez à la gestation pour autrui ? Pourquoi ? Pour une raison fondamentale, de principe et cette objection concerne aussi bien la GPA pour les couples hétérosexués qu'homosexués. Elle ne touche d'ailleurs que la GPA marchande : le don altruiste doit toujours être possible et pourrait être reconnu dans la loi française qui interdit la commercialisation du corps humain et de ses organes. Il nous faut réfléchir dans ce cadre, qui est sain (car autoriser la commercialisation, c'est aussi, peu ou prou, légitimer en esprit l'esclavage ou la soumission pour dettes, par exemple). Dans ce cadre, le principe majeur de réflexion doit être le suivant : nul ne peut pour son propre bénéfice, faire du tort à Autrui, dans son corps, sa pensée, sa volonté. Or le recours, pour des raisons de coût moindre, à des femmes vivant dans des pays en voie de développement, mariées et mères de famille et contraintes par la pauvreté, contredit de façon multiple à ce principe de base. Elles sont en effet soumises à une triple domination qui leur fait tort : 1 - Ces femmes, indiennes le plus souvent, ne se prêtent pas à la GPA par altruisme ou de leur pure volonté, mais sur injonction ou décision de leur mari qui voit là une bonne manière de résoudre temporairement le problème de la pauvreté de sa famille. Il s'agit là de la domination masculine. 2 - Elles souscrivent à ce choix par obéissance mais aussi par nécessité économique et se soumettent dans ce cadre à l'économie de marche et au désir des dominants économiques. 3 - Elles se retrouvent parfois (et dans une proportion significative) chargées de l'enfant qu'elles ont porté et dont le couple demandeur ne veut plus pour des raisons diverses, ce qui, on s'en doute, nuit à elles-mêmes, à leur propre famille qui reçoit une charge supplémentaire, et naturellement à l'enfant. Elles sont victimes de la variabilité du désir de l'autre. Ce dernier point me permet d'ailleurs d'objecter à l'idée généralement exprimée que la GPA permet pour le couple demandeur un rapport d'engendrement par le père au moins au nom de la prétendue priorité de la "vérité" biologique ou plutôt génétique. Les abandons montent qu'il ne s'agit pas là d'une vérité contraignante puisqu'elle n'entre pas en ligne de compte pour l'enfant "qui ne convient pas". Seul compte alors un certain type de désir de toute-puissance. Pourtant cela se fait. Que devient alors la filiation des enfants nés de cette manière ? La question est : la loi doit-elle réparer ce qui a été fait en contravention avec elle-même ? Si l'on répond oui, des modalités peuvent être trouvées, que ce soit par l'adoption ou par des droits accordés aux parents "supplémentaires" comme cela est demandé dans le cas des familles recomposées. Qu’est-ce qui pourrait vous choquer dans le projet de loi à venir, si jamais celui-ci est voté ? Rien, à dire vrai. Une loi obéit aux exigences de son époque. Elle est contraignante parce qu'elle correspond à une conscience et à une volonté majoritaires. Son influence est alors bénéfique en ce qu'elle aide à construire et à consolider des habituations mentales qui deviennent un jour des évidences pour tous. Elle doit cependant être soumise à des exigences éthiques fondamentales non contradictoires entre elles : satisfaire au mieux les individus et leurs besoins compte tenu des possibilités tant cognitives que techniques, mais jamais au détriment des autres, fussent-ils éloignés de nos yeux. Marianne, Françoise Héritier : "Oui au mariage des homosexuels, et à l'adoption"
  • Mais concernant la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui? Les deux chercheurs rappellent déjà que nous vivons dans un système cognatique, ce qui veut dire que la filiation se fait du côté des hommes comme des femmes. Le HuffPost, La PMA pour toutes, rupture anthropologique majeure? On a demandé à deux anthropologues | Le HuffPost
  • Il est vrai que le mot « franc » a un lien cognatique avec l’ancienne monnaie ancre « le franc français » qui avait cours légal en France jusqu’au 17 février 2002. Ainsi, l’acronyme « CFA » a beau être retourné dans tous les sens pour mieux le faire accepter, son ancienne dénomination (« Colonies Françaises d’Afrique ») reste une arête coincée dans la gorge de beaucoup de jeunes Africains. Lors d’un récent déplacement à Ouagadougou, le président français Emmanuel Macron, s’estimant non « nominaliste », disait ne pas comprendre la fixation sur l’acronyme « CFA ». Dans le même sillage, le gouverneur de la BCEAO déclarait en octobre 2017… Financial Afrik, Cheickna Bounajim Cissé : "FCFA, Face Cachée de la Finance Africaine" | Financial Afrik
  • La filiation renvoie toujours à une conception anthropologique. Par exemple, la filiation purement patrilinéaire qui ne rattache l’enfant qu’à la lignée de son père, chez les Baruyas de Papouasie-Nouvelle-Guinée, va de pair avec une infériorisation de la femme, quasi démonisée ; alors que chez les peuples d’Europe occidentale, la filiation cognatique qui rattache l’enfant également aux lignées paternelle et maternelle s’accompagne d’une (relative) égalité entre les hommes et les femmes. AgoraVox, PMA pour toutes : lettre à ma députée (et à ses collègues) - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « cognatique »

Langue Traduction
Anglais cognatic
Espagnol cognático
Italien cognatico
Allemand kognatisch
Chinois 白兰地
Arabe معرفي
Portugais cognático
Russe cognatic
Japonais コグナティック
Basque cognatic
Corse cognatico
Source : Google Translate API
Partager