La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « codicologique »

Codicologique

Définitions de « codicologique »

Wiktionnaire

Adjectif - français

codicologique \kɔ.di.kɔ.lɔ.ʒik\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif à la codicologie.
    • À l’époque, les descriptions faites de ces manuscrits ne donnaient pas d’information sur leur mode de fabrication, les matériaux utilisés ou encore les notes de copiste. « Seul le catalogue du British Museum établi au XIXe siècle s’y intéressait, mais cela ne s’était pas développé. » Françoise Briquel-Chatonnet nourrit le projet de développer cette étude codicologique des manuscrits syriaques – une discipline qu’elle parvient à inaugurer en étant recrutée au CNRS, au début des années 1990. — (Fabien Trécourt, Une historienne à la poursuite des manuscrits perdus, 24 octobre 2016, sur lejournal.cnrs.fr)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « codicologique »

(Siècle à préciser) Composé de codicologie et -ique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « codicologique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
codicologique kɔdikɔlɔʒik

Évolution historique de l’usage du mot « codicologique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « codicologique »

  • Si cette analyse minutieuse apparaîtra quand même encore un peu trop technique et fastidieuse à certains lecteurs, gageons que ces derniers se régaleront à la lecture du premier volume (seulement un millier de pages !) qui, comme son titre l’indique, contient une vingtaine d’études toutes plus passionnantes les unes que les autres « sur le contexte et la genèse du Coran ». C’est, en fait, comme le disent à nouveau les deux maîtres d’œuvre, « une monumentale introduction sur le monde qui a vu naître le Coran. Elle vise à présenter tout ce qu’il (sic) se passe en Arabie autour d’elle au moment de l’avènement de Muhammad ». Elle « comprend trois parties ». « La première est consacrée aux contextes historique et géographique du Coran et des débuts de l’islam ». C’est là que se pose, entre autres, la question délicate, sous la plume très affûtée de l’Américain Stephen Shoemaker, de la biographie du prophète fondateur ; non sans prudence ni lucidité, il a mis un pluriel dans son titre : « Les vies de Muhammad »… et l’on trouve cette phrase, plutôt (trop ?) optimiste, dans son dernier paragraphe : « Il semble que le temps soit venu pour un tournant critique dans l’étude des débuts de l’islam »… La partie la plus longue est la deuxième (avec dix contributions, la moitié de l’ensemble), « elle envisage le Coran comme un carrefour de traditions et comme le point de rencontre de plusieurs religions de l’Antiquité tardive ». Bien sûr, le lecteur occidental sera particulièrement intéressé par le chapitre initial, rédigé par Meir Bar-Asher, de l’Université hébraïque de Jérusalem, intitulé « Le judaïsme et le Coran », et qui traite en particulier de la « représentation des Juifs et du judaïsme dans le Coran ». Plus loin, David Hamidovic, actuel doyen de la Faculté de théologie de Lausanne, aborde le sujet spécifique du rapport entre « les écrits apocryphes juifs et le Coran ». Mais c’est au christianisme qu’est réservé la plus grande part, avec un certain nombre de contributions, dont une, assez attendue, détaillant les (nombreuses !) confessions chrétiennes à la naissance de l’islam, et deux, plus originales, respectivement, sur les chrétiens en Iran sassanide et sur le christianisme éthiopien. Et, n’oublions pas la belle petite monographie sur le manichéisme, due à un des grands spécialistes de ce dernier, Michel Tardieu, ancien directeur d’études à l’EPHE. Enfin, la troisième partie « aborde le corpus coranique proprement dit » par divers biais : étude des manuscrits coraniques en Occident, approche codicologique du Coran, approche épigraphique, étude du contexte et de la composition du Coran, histoire de la canonisation de ce dernier, perception shi’ite, enfin, de l’histoire du Coran. La Croix, ISLAM : Une synthèse des recherches scientifiques sur le Coran
  • Le premier volume est une substantielle introduction à l’univers qui a vu naître le Coran : il cherche à présenter ce qui se passe en Arabie et dans ses voisinages lors de l’avènement de Mohamed. Il se subdivise en trois parties. La première est consacrée aux contextes historique et géographique : l’Arabie préislamique, les relations entre Arabes et Persans, ce qu’on peut savoir « ou ne pas savoir » de Mohamed, des grandes conquêtes et de la naissance de l’Empire arabe (4 chapitres). La deuxième étudie le Coran comme « carrefour » de traditions et de religions de l’Antiquité tardive : judaïsme, christianismes divers, judéo-christianisme, manichéisme, sources dites « apocryphes » ou apocalypses notamment syriaques, juives et zoroastriennes, et, nouveauté, l’environnement juridique (10 chapitres). La troisième aborde le Coran par l’histoire de l’étude de ses manuscrits en Occident, par les approches codicologique (la codicologie signifie l’étude des livres en tant qu’objets matériels) et épigraphique, l’étude de son contexte, de sa composition et de sa canonisation, enfin la perception shî‘ite de son histoire (6 chapitres). Une trentaine de remarquables chercheurs de diverses nationalités et académies participent à l’entreprise et font état des plus récentes découvertes archéologiques et autres. L'Orient-Le Jour, Décrypter le Coran - L'Orient-Le Jour

Traductions du mot « codicologique »

Langue Traduction
Anglais codicological
Source : Google Translate API

Codicologique

Retour au sommaire ➦

Partager