La langue française

Clausewitzien

Définitions du mot « clausewitzien »

Wiktionnaire

Adjectif

clausewitzien

  1. Qui concerne Carl von Clausewitz.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « clausewitzien »

Dérivé de Carl von Clausewitz avec le suffixe -ien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « clausewitzien »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
clausewitzien klosœwitzjɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « clausewitzien »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « clausewitzien »

  • Sur le plan méthodologique, Colson suit pas à pas le parcours de Carl von Clausewitz, inscrivant la structure sensible de son ouvrage dans la ligne patiemment reconstruite d’une vie complexe et heurtée. Après une introduction qui fait utilement le point sur les recherches clausewitziennes récentes, le biographe chemine avec son héros, renvoyant aux textes de ce dernier, se nourrissant des remarques de ses contemporains, ou empruntant aux notations les plus pertinentes des précédents biographes du Prussien. En permanence, il nous ramène aux faits têtus des archives et des sources primaires. En cela, cette biographie recoupe, vérifie, valide et souvent corrige : il s’agit donc avant tout d’un très beau travail d’historien. Il faut aussi souligner l’écriture sans apprêts de Bruno Colson : attentive à synthétiser une matière extrêmement riche, elle ne cherche ni l’effet, si l’artifice. De temps à autre, avec une modestie sans doute excessive compte tenu de la masse de travail dissimulée par cette synthèse, le biographe fait entendre sa propre voix. La notation est alors éclairante, comme dans ce passage où il commente un portrait de Clausewitz peint par la femme de celui-ci, Marie von Brühl : « Le regard n’est pas dénué d’une certaine froideur (…) mais il est surtout lucide, sans concession. Il a vu des événements terribles et il a compris leur implication mieux que personne. On se dit aussi qu’un tel personnage ne doit se confier qu’à un petit nombre de proches. Ce qu’il a compris de la guerre interminable qui secoue l’Europe, il ne pourra vraiment l’expliquer qu’en se livrant à l’écriture. Son regard témoigne enfin d’une fierté incontestable, d’un sens élevé du devoir compatible avec une forme d’ambition, d’un idéalisme farouche mais aussi, en fin de compte, d’un certain humanisme nourri de l’expérience vécue, des souffrances partagées et de la méditation sur la condition humaine [23]. » En quelques mots, les deux pôles du parcours clausewitzien, ceux du devoir et de la méditation, se trouvent dégagés. Il ne reste plus à Bruno Colson qu’à en préciser l’articulation, afin de nous permettre de comprendre mieux et plus profondément le lien essentiel entre une vie et une œuvre qui ont changé la conception que nous nous faisons de la guerre. , Culture stratégique: mieux connaître l'oeuvre de Carl von Clausewitz, général prussien du 19e s
  • C’est ce double défi à la perspective clausewitzienne de l’action guerrière qui constituait l’innovation conceptuelle gaullienne, qui du point de vue de l’agresseur pourrait se résumer par l’adage populaire « le jeu n’en vaut pas la chandelle » : d’un côté en cas d’action violente contre la France sur son sol, je m’expose à des représailles considérables, de l’autre je ne suis en tout état de cause même pas sûr d’être en situation d’atteindre mon objectif. Derrière cet édifice c’est tout le concept clausewitzien de la « bataille décisive » qui était en réalité visé. The Conversation, Face au terrorisme : résilience des organisations et stratégie de défense
  • L'enchaînement décrit par Grant Newsham est-il réaliste ? Allez savoir... "On peut considérer que le pouvoir chinois a besoin d'une guerre pour asseoir sa domination ou, au contraire, que Pékin, dans un calcul très 'clausewitzien', préfère monter en puissance sans prendre un tel risque", résume Robert Dujarric, directeur de l'Institut d'études asiatiques contemporaines à l'université Temple, à Tokyo.   LExpress.fr, En Mer de Chine, un jeu dangereux entre Pékin et Tokyo - L'Express
  • Shipton a noté le rôle pernicieux joué par la presse officielle: «Le centre de gravité, pour utiliser un terme clausewitzien, du savoir, c'est les médias de masse. Ils contrôlent ce que nous pensons et la façon dont nous interprétons les événements, de sorte que notre première attaque vise les médias de masse, à travers les médias alternatifs, les blogues, les forums et un peu de Twitter mais pas Facebook.» , Le père d'Assange s'adresse au WSWS: «La détermination de Julian est farouche» - World Socialist Web Site
  • [61] Basil Liddell Hart, « The value of amphibious flexibility », Journal of the Royal United Service Institution 105, nov. 1960, p. 492. L’existence et la pertinence d’un « style stratégique britannique », qui reposerait sur l’exploitation de la domination navale en vue d’acquérir un bénéfice maximum à partir de ressources militaires limitées, le tout à un coût bien inférieur à ce qu’aurait coûté une campagne continentale, ont été illustrées avec mesure et pertinence avant Liddell Hart par le stratégiste britannique – et clausewitzien raisonné - Julian Corbett, conseiller du First Lord of the Sea John Fischer. Son approche et sa démonstration, qui plaident pour une interopérabilité renforcées entre forces navales et terrestres, ont eu une grande influence sur la stratégie maritime britannique, en distinguant cette dernière des conceptions plus unilatérales de l’Américain Mahan (Voir Joseph Henrotin, Julian Corbett, Penser la stratégie maritime, Paris, Argos, 2013). Par ailleurs, Liddell Hart avait déjà repris Corbett mais aussi Richmond dans The British Way in Warfare en 1932. , Biographie. Liddell Hart : les paradoxes d’une carrière stratégique
  • Du point de vue occidental, plutôt que de s’interroger sur la victoire décisive, en termes clausewitziens, il importe de comprendre que l’essentiel consiste à tenir. Il faut simultanément raisonner sur un monde contre-factuel : que se serait-il passé si nous n’étions pas intervenus ? En vérité, nous avons des exemples de non-intervention, par prudence, désintérêt ou négligence. Que l’on songe à l’Afghanistan du début des années 1990 : les différentes factions se disputent le contrôle de Kaboul sans que les Occidentaux s’en mêlent (ce serait peine perdue !). Puis les Talibans prennent le pouvoir, mais l’on s’en accommode (ce ne sont pas quelques enturbannés qui vont perturber le cours de l’Histoire universelle !). Enfin, se produit l’attaque des Twin Towers (au moins trente fois le Bataclan et une dimension symbolique bien plus forte, ces tours figurant la Babel moderne, centre de tous les pouvoirs). Il a bien fallu y aller… Que se produirait-il si les Etats-Unis et l’OTAN s’en allaient ? L’Afghanistan redeviendrait l’un des centres nerveux du djihadisme global et du terrorisme islamique. Quant à la demi-intervention en Libye ? Si Kadhafi avait eu les mains libres pour mener sa guerre, la situation eût été bien pire encore, avec une possible extension à la Tunisie et au Maghreb d’une part, à l’Egypte de l’autre, fragilisés au même moment par le « printemps arabe ». Et la Syrie ? Pas d’intervention occidentale et un soutien très limité à l’Armée Syrienne Libre. Résultat : un conflit régional avec des ramifications internationales, le champ de bataille syro-irakien devenant l’un des théâtres d’une nouvelle guerre froide. L’Afrique sahélo-saharienne ? Si l’on se désengageait, la région finirait par sombrer, avec des graves contrecoups géopolitiques jusqu’en Europe (déplacements démographiques et grandes migrations, faillite de différents Etats, terrorisme, violentes réactions politiques en Europe et subversion des régimes libéraux). Atlantico.fr, Pourquoi les États-Unis ont perdu toutes les guerres qu’ils ont déclenchées depuis plus de 50 ans | Atlantico.fr
  • Aujourd'hui, l'une des différences fondamentales qui nous séparent des conflits d'hier tient précisément à cette rupture avec une logique de type "clausewitzien" qui fait que les conflits s'autonomisent par rapport aux choix politiques étatiques, s'apparentent davantage à des violences profondément enracinées dans les sociétés concernées et se trouvent gérés par des milices, des entrepreneurs de violences de toute nature, des seigneurs de la guerre, bref, des acteurs qui n'ont ni un réel intérêt à la négociation ni véritablement besoin que la guerre s'arrête. Au contraire, le retour à la paix risquerait pour beaucoup d'entre eux de les marginaliser et de marquer la revanche de formes institutionnelles sur lesquelles ils avaient pris l'avantage. Le Monde.fr, Bertrand Badie : "Nous sommes entrés dans l'ère des relations intersociales"

Traductions du mot « clausewitzien »

Langue Traduction
Anglais clausewitzien
Espagnol clausewitzien
Italien clausewitzien
Allemand clausewitzien
Chinois 子句
Arabe clausewitzien
Portugais clausewitzien
Russe clausewitzien
Japonais
Basque clausewitzien
Corse clausewitzien
Source : Google Translate API

Clausewitzien

Retour au sommaire ➦

Partager