La langue française

Cholécystokinine

Phonétique du mot « cholécystokinine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cholécystokinine ʃɔlesiztɔkɛ̃in

Évolution historique de l’usage du mot « cholécystokinine »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cholécystokinine »

  • La vésicule biliaire, petit sac oblong logé dans l’abdomen, sous le foie, est un des composants du système digestif. Elle sert de voie de passage à la bile produite par le foie qui s’y accumule entre les repas. Ensuite, lorsque nous mangeons, l’intestin produit une hormone (la cholécystokinine, ou CCK), qui «contracte la vésicule biliaire. Cela a pour effet d’en chasser la bile qui, par l’intermédiaire des voies biliaires –le canal cystique et le cholédoque– aboutit dans l’intestin grêle», explique le gastro-entérologue. La vésicule biliaire, un «petit sac» dont on pourrait se passer - Planete sante, La vésicule biliaire, un «petit sac» dont on pourrait se passer - Planete sante
  • Les chercheurs constatent une activité élevée des endocannabinoïdes au niveau des récepteurs CB1 des cannabinoïdes dans l'intestin, chez des souris nourries avec un régime alimentaire riche en sucres. Ils constatent également que cette hyperactivité endocannabinoïde empêche la sécrétion -normalement induite par les aliments- d’un peptide de satiété, la cholécystokinine, un acide aminé à chaîne courte dont le rôle est d'inhiber l'apport alimentaire. Les souris mangent alors en excès. Ces résultats viennent confirmer ceux de précédentes études qui suggéraient -également chez la souris- que l'exposition aux graisses alimentaires stimule la production d'endocannabinoïdes dans l'intestin, ce qui induit une consommation répétée d'aliments riches en graisses et finalement un cercle vicieux de suralimentation. santé log, OBÉSITÉ : Freiner l’impulsion endocannabinoïde pour contrôler son alimentation | santé log
  • L’équipe de chercheurs s’est intéressée à un sous-groupe de cellules entéroendocrines de la souris, marquées par l’expression de 2 protéines précurseurs de neuropeptides, la cholécystokinine et le peptide YY, qui sont clivés pour produire des hormones contrôlant la faim. Les auteurs montrent que ces cellules entéroendocrines ont des caractéristiques anatomiques de cellules présynaptiques et qu’elles forment des collections synaptiques directes avec les neurones sensitifs du vague et du nerf spinal in vivo. De plus, en perfusant du sucrose ou du sucre dans l’intestin, elles activent le nerf vague de manière dépendante des cellules entéroendocrines in vivo. En utilisant un modèle in vitro de cellules entéroendocrines et de neurones sensitifs, ils montrent que la stimulation des cellules entéroendocrines par du glucose déclenche des courants ioniques excitatifs et des potentiels d’action dans les neurones associés, et cela en quelques dizaines ou centaines de millisecondes, une vitesse typique de la transmission synaptique plus que de la signalisation d’un neuropeptide. Le D-glucose stimule la libération de glutamate à partir des cellules entéroendocrines. En bloquant les canaux ioniques dépendants du glutamate, ils abolissent les courants induits par le glucose dans le nerf vague in vitro. Des canaux ioniques dépendants du glutamate sont nécessaires pour une réponse rapide du nerf vague à des sucres alimentaires alors que les récepteurs des neuropeptides sont responsables de l’activité du vague sur une échelle de temps supérieure. Les cellules entéroendocrines sont donc réellement des cellules chimio-sensibles capables d’activer les neurones sensitifs du nerf vague via la libération de glutamate, en plus d’être capables de produire des neuropeptides dans la circulation, capables eux-aussi de stimuler le SNC egora.fr, Les cellules entéroendocrines de l’intestin transmettent les informations au cerveau non seulement par voie hormonale mais aussi par voie nerveuse | egora.fr
  • De plus, certaines de ces hormones – particulièrement la cholécystokinine – peuvent stimuler la production de neurotransmetteurs, tels que la sérotonine et mélatonine, pour nous donner une grande envie de dormir. OhChouette! - Actualité scientifique et dernières découvertes, Le Coma alimentaire est réel. Voici pourquoi vous avez sommeil après avoir mangé – OhChouette!
  • Les traitements psychotropes les plus prescrits dans cette maladie sont les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS). Dans le cerveau, les neurones échangent des informations grâce aux neurotransmetteurs, qui passent des uns aux autres. C'est le cas de la sérotonine qui aide à réguler certaines émotions. Lorsqu'elle passe d'un neurone à l'autre, l'excédent est recapturé par le neurone qui émet l'information. Les ISRS ont pour rôle d'empêcher ce phénomène, afin que davantage de sérotonine, non recapturée, parvienne au second neurone et prolonge le passage de l'information. Plus de mille types de neurones différents peuvent recevoir de la sérotonine et réagir à sa transmission. Certains s'activent tandis que d'autres s'inhibent, en fonctions de la disposition de leurs récepteurs à leur surface. Les scientifiques ont identifié les récepteurs sur les cellules CCK (cholécystokinine) dans le gyrus denté, une partie du cerveau réceptive à la sérotonine. Ils ont constaté que certains initient l'effet antidépresseur, tandis que d'autres sont chargés de le prolonger. En manipulant les cellules CCK chez des souris, les chercheurs ont réussi à recréer une réponse cérébrale similaire à celle observée après administration d'un antidépresseur ISRS, mais sans le médicament et de manière plus rapide. Topsante.com, Dépression : vers des antidépresseurs à action rapide ? - Top Santé
  • Dans une vidéo, le recteur de l’Université Claude-Bernard Lyon 1, Francois-Noël Gilly, explique comment le Dr Bradwejn a partagé sa vaste expérience avec Lyon 1 et a été au cœur de la mise en place d’une grande variété de collaborations. Il souligne aussi l’expérience du Dr Bradwejn en tant que chercheur en psychiatrie reconnu mondialement, notamment pour ses travaux sur le rôle de la cholécystokinine dans les attaques de panique, une protéine qui excite les neurones du cerveau. Gazette, Le doyen de la Faculté de médecine reçoit un doctorat honorifique | Gazette | Université d'Ottawa
  • Prochaine étape: réussir à réguler la cholécystokinine afin de stopper l’effet nocebo et ainsi réduire la douleur et l’anxiété. Slate.fr, Effet nocebo: connaître les effets secondaires d'un médicament rend malade | Slate.fr
  • Riches en cholécystokinine, les haricots font partie des légumes à privilégier au cours d'un régime, car ils prolongent le sentiment de satiété. En effet, cette hormone digestive ralentit le processus de la digestion et stabilise le taux de sucre sanguin, renforçant ainsi l'impression durable d'être rassasié. De plus, les haricots, tout comme les lentilles qui présentent à peu près les mêmes propriétés, affichent une forte teneur en fibres et en protéines. En plus de favoriser le transit intestinal, ces aliments participent à une absorption nutritionnelle de qualité, réduisent les ballonnements, et accroissent l'oxydation graisseuse. En salade, en accompagnement ou en soupe, ils sont à consommer sans modération. Femme Actuelle, Minceur : 5 légumes efficaces pour couper la faim : Femme Actuelle Le MAG
  • Dans un deuxième temps, ce sont certaines hormones qui voient leur production être augmentée, dont notamment la gastrine et la cholécystokinine, dont le rôle est d’accélérer la digestion. Enfin, dans une dernière étape, le café est un stimulant pour le tissu qui forme l’estomac et le petit intestin, insistant donc sur la poussée de son contenu vers la sortie. Sciencepost, Pourquoi le café a des effets laxatifs ?
  • La cholécystokinine ou CCK est, elle, sécrétée par l'intestin suite à un repas et entraîne une diminution de la faim. Bien d’autres existent et nombre d'entre elles sont chargées d'avertir le cerveau des apports alimentaires et énergétiques afin qu’il puisse lui-même donner l'ordre d'arrêter de manger, grâce aux neuromédiateurs. leplus.nouvelobs.com, Faim ou envie de manger ? Nous confondons souvent les deux. Voici comment y remédier - le Plus
  • Or, chez certains, la sécrétion d’enképhaline s’accompagnerait de la production d’une hormone - la cholécystokinine ou le CCK-8 - qui diminue l’effet analgésique de l’enképhaline. https://www.passeportsante.net/, L’acupuncture aurait un effet analgésique contre la douleur
  • Des chercheurs coréens ont établi qu’en consommant des pignons de pin, notre corps libèrerait de la cholécystokinine. C’est en fait une hormone gastro-intestinale qui vous aide à réguler notre appétit. Runner's World, 6 aliments pour mincir - Runner's World
  • Manger lentement vous met en phase avec vos sensations de faim. En mangeant lentement, vous donnez le temps aux signaux de satiété (comme la sécrétion de l’hormone CCK – cholécystokinine) de faire leur travail. Ce qui fait que vous mangerez moins sans même en avoir conscience. Wider, le magazine outdoor : accueil, Perte de poids : mangez lentement pour bien maigrir ! 
  • Nous savons que les hormones intestinales, les enterogastrones, libérées lorsque nous mangeons, peuvent influencer le flux sanguin. Et que certaines de ces molécules (en particulier celle baptisée cholécystokinine) peuvent nous rendre somnolents de façon très directe, probablement en influençant la production de la sérotonine et de la mélatonine. Nous savons aussi que manger des glucides peut favoriser la libération d’insuline après un repas, ce qui peut stimuler le transport de tryptophane dans le cerveau et jouer sur la libération de la sérotonine. The Conversation, Bon pour la santé : comment être en forme après les repas

Traductions du mot « cholécystokinine »

Langue Traduction
Anglais cholecystokinin
Italien colecistochinina
Allemand cholezystokinin
Source : Google Translate API

Cholécystokinine

Retour au sommaire ➦

Partager