La langue française

Chevenne

Définitions du mot « chevenne »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHEVESNE, CHEVAINE, CHEVENNE, subst. masc.

Poisson de la famille des Cyprinidés à corps allongé et à tête massive, vivant dans les rivières aux eaux claires et fraîches. Synon. cabot*, chabot*, chevanne*, meunier*.Chevesne commun, chevesne vandoise ou, absol., vandoise (plus petit, propre au sud de la France). Les chevesnes m'éclaboussaient de leurs bonds lumineux (A. Daudet, Trente ans de Paris,1888, p. 288).
Rem. Chevaine est fém. pour Besch. 1845, Lar. 19e, Littré, Guérin 1892.
Prononc. et Orth. : [ʃ(ə)vεn]. [ə] muet entre parenthèses ds Pt Rob., Warn. 1968 et Lar. Lang. fr. Seule transcr. de chevanne ds Littré et DG : che-vàn'. Seule transcr. de la forme chevin ds Littré : che-vin. Au sujet de s intérieur qui n'est pas prononcé dans chevesne, cf. Kamm. 1964, p. 202 et Mart. Comment prononce 1913, p. 312 : ,,Il y a aussi un mot simple où l's intérieur, muet devant une consonne, a été conservé dans l'écriture, probablement par oubli, tous ceux qui étaient dans le même cas ayant été éliminés : c'est cheve(s)ne, résidu singulier d'une orthographe disparue``; cf. encore Buben 1935, § 124 pour qui s aurait été introduit dans le mot : ,,Il faut signaler enfin le mot chevesne qui a conservé l'ancienne prononciation [ʃ əvεn] malgré l's introduit dans l'orthographe. La forme du mot dont l'origine est incertaine n'est d'ailleurs pas fixée.`` Par ordre de fréq. décroissante : chevaine (Besch. 1845, Lar. 19e, Lar. Lang. fr., Littré, Guérin 1892, Quillet 1965, Rob.), chevesne (Lar. 19e, Lar. Lang. fr., Quillet 1965, Rob.), chevanne (Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e, Littré, DG, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., Quillet 1965), chevenne (Lar. 19e, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., Pt Lar. 1906, Quillet 1965, Rob. et Lar. Lang. fr.), chevêne (DG et Guérin 1892), chavanne (Nouv. Lar. ill. et Lar. 20e), chevin (Lar. 19eet Littré), chevène (Lar. 20e), guène (Guérin 1892). Étymol. et Hist. Ca 1220 chevesne (G. de Coinci, Miracles de Nostre Dame, éd. V. F. Koenig, II, 1262); 1432 chevenne (ap. Mantellier, III, 220 ds Gdf.). Du lat. pop. *capitinem altération par changement de suff. de capitonem « qui a une grosse tête », puis nom de poisson « muge ou chabot » (Caton), peut-être « chevesne » (Ausone). Fréq. abs. littér. Chevesne : 6. Chevaine : 4. Chevenne : 1. Bbg. Jud (J.). − Les Noms des poissons du lac Léman. B. du gloss. des pat. de la Suisse romande. 1912, t. II, no1-2, pp. 29-30.

Wiktionnaire

Nom commun

chevenne \ʃə.vɛn\, \ʃvɛn\ féminin

  1. Variante orthographique de chevesne.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chevenne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chevenne ʃœvɑ̃n

Évolution historique de l’usage du mot « chevenne »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chevenne »

  • Jérôme, qui était parti pécher du côté du village, a eu une grosse surprise. Il pensait attraper une truite, un gardon ou un chevenne, mais c'est un silure qu'il a remonté de la rivière. Un poisson plutôt impressionnant puisqu'il accuse sous la toise 85 cm pour 3,7 kg. Ce n'est toutefois pas un record pour ce genre de poisson, on en connaît qui font 2,20 m pour 100 kg, mais pas (encore) dans nos rivières heureusement. lindependant.fr, Un silure pêché dans l'Agly - lindependant.fr
  • À 85 ans, il pratique toujours, même si c’est moins souvent, dans des coins plus accessibles et jamais plus tout seul. « Je reste autour de l’île d’Esch, près de la tour de Prague », sourit André, « avec mes copains comme Jean-Claude Coinchot et René Movalli et les autres. Mais j’ai encore la carte pour le ruisseau de l’Esch. » Dans ses eaux, il traque le goujon, le vairon ou le petit chevenne pour en faire des vifs et appâter les brochets. Il prend encore une troisième carte, pour le Rupt-de-Mad et la truite. À l’entendre, la pêche, c’est toute sa vie, même si c’est une passion que son épouse Yvonne, disparue en 1998, ne partageait pas mais qu’elle supportait tant bien que mal. Sa retraite, qu’il a prise en 1985, André la voyait comme ça, entre la pêche et son jardin. Un bout de potager qu’il cultive sur l’île d’Esch, au bord du canal… On vous le disait, le doyen de la Gaule mussipontine n’est jamais très loin du bord de l’eau. , Edition Pont à Mousson | Pont-à-Mousson : sa vie est une rivière tranquille
  • Adrien Bibal , 14 ans, et sa famille habitent à Naucelle. Vendredi dernier, ils sont venus passer la journée à Lagarde Viaur. Dans l'après-midi, Adrien déboule chez Thérèse et Pierre Alexis qui habitent l'ancien moulin situé en bordure du Viaur et demande de l'aide. L'adolescent venait de pêcher un «gros poisson» qu'il avait amené sur la rive mais il n'arrivait pas à décrocher l'appât. En ouvrant sa gueule pour récupérer la cuillère, le poisson l'avait mordu. Thèrèse et Pierre, emportant gants, pince et l'appareil photo, bientôt rejoints par la maman et la sœur d'Adrien et quelques curieux, se déplacent sur la berge, côté aveyronnais près du poisson, un brochet de belle taille déposé sur la grève par Adrien qui leur demande d'intervenir. Thérèse : «Mais pourquoi ne l'emportes-tu pas avec l'appât ? Tu pourras le récupérer lors de la préparation pour la cuisson». Adrien : «Mais je ne veux pas le manger, je veux le remettre dans la rivière et il faut faire vite car ça fait bien 10 minutes qu'il est hors de l'eau». Avec précaution, Thérèse maintient la gueule ouverte et la maman d'Adrien réussit à extraire l'hameçon. Adrien prend le poisson et va aussitôt l'immerger dans le Viaur le maintenant avec ses mains. Aucun signe de vie. Il le sort pendant quelques secondes et le remet à l'eau en le tenant par la queue et en le déplaçant à la surface dans un mouvement de va-et-vient et voilà notre ésocidé qui se met à bouger légèrement puis plus vigoureusement. Adrien le lâche, le suit des yeux et se met à sauter dans l'eau, heureux de l'avoir rendu à son milieu naturel. «C'était ma première grosse prise. Je pensais avoir pris un chevenne mais c'était bien plus gros». Notre brochet n'en demandait pas tant. ladepeche.fr, Montirat. Adrien a rendu la liberté au brochet - ladepeche.fr
  • Si la pêche vous démange, vous aurez la bonne idée de pratiquer les rivières du département. Au bord de l'Aveyron par exemple de Montricoux à Laguépie, «des endroits sympas car l'eau y est peu profonde et on voit le fond. Là, vous pourrez pêcher du petit poisson», explique Julien Grosset, garde-pêche. Du poisson blanc, goujon ,ablette, chevenne. Dans le Tarn vers Moissac, vous trouverez probablement du poisson plus gros, de la carpe, de la brême, voire du silure… si vous êtes équipés. La capture de ces monstres pouvant atteindre 2 mètres et un demi quintal, nécessite adresse, patience et force ainsi que le matériel adéquat. Le secteur des Albarèdes à Montauban permettra de concilier la pêche au petit et au gros «mais les plans d'eau et le canal avec son débit constant restent d'excellents spots», poursuit Julien Grosset. Ce technicien souligne aussi la bonne qualité des eaux encore bien oxygénées… Bref, c'est le bon moment de penser à la pêche. Pour les pêcheurs occasionnels, des formules de carte sont adaptées comme la carte Hebdomadaire ou la carte Journalière, parfaite pour les parties de pêche de dernière minute (lire encadré)… Car la carte de pêche, faut-il le rappeler, est obligatoire. ladepeche.fr, Une partie de pêche pour couler un bel été - ladepeche.fr
  • Entre juin et octobre 2011, l'enseignant et ses élèves se sont postés sur le parapet du Pont-Vieux, leurs regards braqués sur l'îlot situé en aval de l'ouvrage. «À raison de séances d'observation de trois heures, nous avons pu filmer une cinquantaine d'attaques», explique Frédéric Santoul. Nous avons aussi constaté poursuit-il, que les plus gros silures ne venaient pas, ni les plus petits, sûrement pour des raisons de manque de profondeur pour les premiers et de territorialité pour les seconds». Ces témoignages visuels demeuraient insuffisants pour le chercheur. Des plongeurs dûment assermentés ont alors effectué des prélèvements «sur les muscles et les nageoires». Les analyses qui ont suivi ont permis, pour la première fois de démontrer que «certains silures se nourrissaient à plus de 80 % de pigeons». Et ces déductions de Frédéric Santoul : «D'ordinaire le silure mange du poisson-chat, du chevenne, de la brème, son caractère opportuniste l'a poussé à trouver de nouvelles proies. En outre, le silure chasse surtout la nuit, ici il est actif le jour, c'est assurément une drôle d'adaptation», conclut l'enseignant qui n'a pas l'intention d'interrompre les recherches «on va suivre le comportement de l'espèce». Quant aux pauvres pigeons, déjà harcelés par les faucons pèlerins de la cathédrale, les voici maintenant attaqués par les silures. Mais où vont-ils donc pouvoir aller roucouler en paix? ladepeche.fr, Albi. Quand les silures du Tarn mangent des pigeons (vidéo) - ladepeche.fr
  • Tout cela est de la blague! Il y a encore quelques petites truites dans la Sioule entre l'Allier et le Puy de Dôme (plus pour longtemps), mais dans la Haute Loire, le paysans balancent tout leur purin et leur fumier dans les cours d'eau, de telle sorte que s'il existe un malheureux chevenne cà et là, c'est un miracle.Dans l'Allier on a un saumon ou deux qui tournent en boucle à la "Maison du Saumon". Les Français ont écumé les rivières, ramassé tout ce qui bouge et les agriculteurs sont les principaux coupables de la pollution. Le Figaro.fr, PCB : les poissons d'eau douce menacés

Images d'illustration du mot « chevenne »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « chevenne »

Langue Traduction
Anglais chub
Source : Google Translate API

Synonymes de « chevenne »

Source : synonymes de chevenne sur lebonsynonyme.fr

Chevenne

Retour au sommaire ➦

Partager