La langue française

Celtomanie

Définitions du mot « celtomanie »

Trésor de la Langue Française informatisé

Celtomanie, subst. fém.Esprit de système qui caractérise les (savants) celtomanes. Attesté ds Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Littré, Lar. 19e, Lar. 20e, et Quillet 1965. 1reattest. 1838 (Ac. Compl. 1842); de celtomane, suff. -ie*.

Wiktionnaire

Nom commun

celtomanie \sɛl.tɔ.ma.ni\ féminin

  1. Erreur de certains linguistes et savants qui pensaient que toutes les langues européennes dérivaient du celte.
    • Dans sa forme la plus extrême, cette négation du Moyen Âge peut être assimilée à certaines formes de celtomanie. — (Isabelle Durand-Le Guern, Images du Moyen âge, 2007)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

CELTOMANIE (sèl-to-ma-nie) s. f.
  • Travers d'une érudition systématique et incomplète qui a voulu voir dans la langue celtique l'origine de toutes les langues.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « celtomanie »

 Dérivé de celtomane avec le suffixe -ie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mot hypothétique ϰελτομανία, de Κέλτης, Celte, et manie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « celtomanie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
celtomanie sɛltɔmani

Évolution historique de l’usage du mot « celtomanie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « celtomanie »

  • Charles Nodier est l'un des principaux promoteurs français de cette celtomanie européenne qui voit dans l'antique Calédonie son épicentre et en Walter Scott le nouveau messie du temps présent. Les innombrables gravures illustrant les oeuvres de Scott ont fait rêver plus d'un romantique. La peinture est une formidable fabrique de l'iconographie romantique. L'Écossais John Knox, brillant paysagiste, témoigne à travers d'audacieuses vues du Ben Lomond de l'expérience qui sera celle de Nodier en 1821 à la cime de ce massif emblématique. Tout comme son Landscape with Tourists at Loch Katrine atteste, suite à la publication de The Lady of the Lake de Walter Scott (1810), du développement touristique dans la région des lacs que visiteront Nodier et tant de ses contemporains. La nature sauvage des Highlands fixe durablement, pour les Européens du continent, un exotisme du Nord typiquement romantique. L'Anglais William Turner, admiré de Nodier, est l'un de ceux ayant su rendre cette poétique des brumes et l'inquiétante atmosphère de la grotte de Fingal (Staffa, Fingal's Cave, 1832), dans l'île de Staffa, visitée par Mendelssohn en 1829 et à l'origine de la pièce symphonique Die Hebriden oder Die Fingalshöhle (Les Hébrides ou la Grotte de Fingal) composée la même année. Rappelons que cette même grotte servira de décor gothique au prologue de l'un des plus grands succès de l'actualité théâtrale française de l'année 1820 : le mélodrame Le Vampire, dans lequel Nodier eut toute sa part. Fingal est le père d'Ossian et la Calédonie est une terre qui a vu naître le fameux barde. Tel Werther, tout poète de la fin du XVIIIe siècle voit dans les poésies galliques son bréviaire et se plaît à les imiter ou à les transposer. C'est le cas d'un illustre représentant de la première génération romantique comme Chateaubriand qui, entre Turgot et Suard (1760), Le Tourneur (1777), Baour-Lormian (1801) et Lacaussade (1842), s'inscrit dans la grande odyssée des traducteurs et adaptateurs français d'Ossian si minutieusement décrite par Paul Van Tieghem (Ossian en France, 1917). Parallèlement à cet engouement littéraire et sur les fondements du néo-classicisme, toute une veine ossianique se développe dans la peinture française (Girodet, le baron Gérard, Ingres, Jean-Auguste Franquelin).       , L'Écosse des romantiques
  • Chateaubriand n'y est pas allé de main morte. L'écrivain a imaginé carrément des druides celtes faisant des sacrifices humains sur des dolmens ! En pleine celtomanie, née au XVIIIe siècle, le romantisme ambiant et l'imaginaire débridé ont composé des tableaux celtes délirants quand on les confronte aux dernières publications des historiens. Non, les Armoricains n'ont pas attendu les Celtes pour dresser leurs menhirs de plusieurs dizaines de tonnes. Et l'historien et archéologue Yannick Lecerf va même jusqu'à affirmer que dans leurs grandes migrations, les Celtes ont probablement évité la Bretagne ! Ah bon ? Le Telegramme, Les Bretons. Celtes mais pas trop ! - Bretagne - Le Télégramme

Traductions du mot « celtomanie »

Langue Traduction
Anglais celtomania
Espagnol celtomanía
Italien celtomania
Allemand celtomania
Chinois 凯尔塔尼亚
Arabe سيلتومانيا
Portugais celtomania
Russe celtomania
Japonais ケルトマニア
Basque celtomania
Corse celtomania
Source : Google Translate API

Celtomanie

Retour au sommaire ➦

Partager