La langue française

Catoblépas

Définitions du mot « catoblépas »

Trésor de la Langue Française informatisé

CATOBLÉPAS, subst. masc.

A.− ZOOL. Antilope, gnou.
B.− MYTH. Animal fabuleux des anciens Égyptiens réputé très lourd et dont le regard tourné vers le sol passait pour tuer ceux qu'il rencontrait.
C.− LITT. ,,Buffle noir, avec une tête de porc tombant jusqu'à terre, et rattachée à ses épaules par un cou mince, long et flasque comme un boyau vidé`` (Flaubert, La Tentation de St Antoine, 1874, p. 195).
Animal symbolique de la laideur et de la bêtise dans cette œuvre :
1. Le Catoblépas. − (...) Une fois, je me suis dévoré les pattes sans m'en apercevoir. (...). Antoine. − (...) Sa stupidité m'attire... Flaubert, La Tentation de St Antoine,1874, p. 195-196.
En partic. Animal symbolisant la bêtise. La bêtise du catoblépas (Gide, Voyage au Congo,1927, p. 787):
2. Elle [une femme rencontrée] étalait sur son tablier du pain et des morceaux de viande, qu'elle mangeait en les empoignant à deux mains, et moi, la devinant d'une stupidité divine, je pensais qu'elle allait, comme le Catoblépas, dévorer le bout de ses doigts sans s'en apercevoir. Montherlant, La Petite Infante de Castille,1929, p. 592.
Prononc. et Orth. : [katɔblepɑ:s]. Lar. Lang. fr. transcrit [a] ant. à la finale. Ac. Compl. 1842 rappelle que Rabelais l'appelle catoblèpe. Étymol. et Hist. 1552 plur. catoblepes (Rabelais, Le Quart Livre, ch. 64, éd. Marty-Laveaux); mil. xvies. catoblepas (Duchesne, p. 73 [Sainéan, Rev. du XVIes., III, 235] ds Hug. : le catoblepas est une petite beste qui a fort grosse teste, et qui le regarde, il meurt). Empr. au lat. catoblepas « espèce de taureau d'Afrique » (Mela, 3, 98 ds TLL s.v. 619, 71), du gr. κ α τ ω ϐ λ ε ́ π ο ν « qui regarde en bas », nom d'un animal d'Afrique, Elien, De Natura Animalium, 7, 5. Fréq. abs. littér. : 6.

Wiktionnaire

Nom commun

catoblépas \ka.tɔ.ble.pas\ masculin singulier et pluriel identiques

  1. Animal fabuleux supposé avoir la tête si lourde que celle-ci est toujours inclinée vers le bas. Dans l’Antiquité, son regard passait pour être mortel.
    • Car le budget que vous présentez […] on pourrait aussi bien le comparer à cet animal fabuleux, le catoblépas, qui se dévore lui-même ; il n’a même pas la force de lever la tête, celle-ci traîne à terre, et il dévore ses propres jambes. — (Alain Peyrefitte, Compte rendu intégral, Sénat français. Mis en ligne le 20 novembre 1998)
    • La vie est comme le catoblépas, animal fabuleux qui se nourrit en se dévorant lui-même. — (Edgar Morin, Connaissance, ignorance, mystère, Fayard, 2017, page 77)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « catoblépas »

Du latin catoblepas, issu du grec ancien κατῶβλεψ, katỗbleps, κατωβλέπων, katôblépôn, κατώβλεπον, katốblepon (« qui regarde vers le bas »), de καταβλέπω, katablépô (« regarder vers le bas »), composé de κατά, katá et de βλέπω, blépô. Mentionnée pour la première mention par Pline l’Ancien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « catoblépas »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
catoblépas katɔblepa

Évolution historique de l’usage du mot « catoblépas »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « catoblépas »

  • Sorte de gnou à la tête trop lourde pour son cou chétif, le catoblépas est un animal mythique si stupide, et à l’horizon si borné, qu’il en arrive à se dévorer lui-même. Flaubert en fit, pour cette raison, le symbole d’une forme particulière de bêtise. On croyait la bestiole disparue mais, depuis quelques années, elle semble avoir trouvé une seconde jeunesse. On l’appelle désormais « progressisme », et sa bêtise n’a toujours d’égale que la rage qu’elle met à se dévorer elle-même dans une frénésie ahurissante d’auto-contradiction. Causeur, Le retour du Catoblépas - Causeur
  • Les ressources immenses de son vocabulaire, bien servies par le traducteur, sont mises au service d’une démolition du mythe. Et puisque Noël est inévitable, l’auteur décide de postuler comme «assistant volontaire à la signification du monde», en s’inscrivant à la crèche. Il s’adresse longuement au trop oublié Joseph, s’interroge sur le rôle des anges et des bergers, et s’attarde sur l’âne et le bœuf, le priapique et le castré. La tradition ne parlant que de deux animaux sans préciser, Manganelli en profite pour divaguer sur un bestiaire possible – licornes et guépards, papillons polychromes et jusqu’au catoblépas des mythes grecs et au tortueux frégolin… Le Temps, La Crèche comme image du monde - Le Temps

Traductions du mot « catoblépas »

Langue Traduction
Anglais catoblepas
Espagnol catoblepas
Italien catoblepa
Allemand catoblepas
Chinois 卡特布勒帕斯
Arabe catoblepas
Portugais catoblepas
Russe катоблепас
Japonais catoblepas
Basque catoblepas
Corse catoblepas
Source : Google Translate API

Catoblépas

Retour au sommaire ➦

Partager