La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « caraïte »

Caraïte

Définitions de « caraïte »

Trésor de la Langue Française informatisé

CARAÏTE, subst. masc.

Membre d'une secte de Juifs, opposée à la tradition des talmudistes, qui ne s'attache qu'à la lettre de l'Écriture :
Le littéralisme intransigeant et buté de la loi écrite, professé par les sadducéens d'il y a deux mille ans, par les Caraïtes d'il y a mille ans, le littéralisme sans souplesse de tels orthodoxes de la tradition, rigides ennemis de la culture générale, est sans avenir. Weill, Le Judaïsme,1931, p. 230.
Prononc. et Orth. : [kaʀait]. Ds Ac. 1835 et 1878. Étymol. et Hist. 1681 (M. [Richard] Simon ds Trév. 1704); 1704 (Trév. : Caraïtes. Nom de Sectaires parmi les Juifs). Dér. de l'hébreu kara'im, ixes. (Benjamin b. Moses ds Encyclopaedia Judaica, Jérusalem, 1971, col. 767) lui-même dér. du verbe qara « lire », qui rend compte du fait que les Caraïtes n'acceptaient comme fondement de foi que ce qui se lit effectivement dans la Bible. Fréq. abs. littér. : 1.
DÉR.
Caraïsme, subst. masc.Doctrine des caraïtes (cf. Weill, op. cit., p. 229). Dernière transcr. ds Littré : ka-ra-i-sm'. 1reattest. 1752 (Trév. Suppl.); de caraïte, suff. -isme*.

Wiktionnaire

Nom commun - français

caraïte \ka.ʁa.it\ masculin et féminin identiques

  1. (Judaïsme) Juif qui s’attache aux écritures de la Bible pour renforcer sa foi et rejette le Talmud comme faisant office de loi orale.
    • Peringer dit que les Caraïtes de Lithuanie sont fort différens, & pour le langage & pour les mœurs, des Rabbinistes dont ce pays est plein; […]. — (L’Encyclopédie)
    • Les Rabbanistes, ou Traditionnaires, ont une si grande aversion des Caraïtes, qu'ils ne veulent point s'allier, ni même converser avec eux. — (Augustin Calmet, Bible, 1730)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

CARAÏTE (ka-ra-i-t') s. m.
  • Secte de Juifs qui, attachée au texte de l'Écriture sainte, et n'admettant que les livres de l'ancien canon, rejette la cabale, les traditions et le talmud.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « caraïte »

Hébreu, qara, lire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Transcription de l’hébreu קָרָאִי kara'í.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « caraïte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
caraïte karait

Évolution historique de l’usage du mot « caraïte »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « caraïte »

  • La première fois qu’il a entendu des vocables hébraïques rouler dans la bouche des vendeurs du khan Al-Khalili, le Pr Rozenbaum a décidé de creuser ce phénomène en profondeur et découvert tout un univers. L’origine du code parmi les bijoutiers remonte au Moyen Age, quand la plupart d’entre eux étaient des juifs caraïtes [un courant du judaïsme qui rejette le Talmud]. Courrier international, ÉGYPTE. L’hébreu, langue secrète des boutiquiers
  • §. – Importance capitale des rabbins français du Moyen Âge : depuis huit cents ans, dans le monde, on étudie le Talmud avec des commentaires français. Mais le Talmud va être attaqué et notamment en France. Il va se passer des choses bizarres… Du pas net… Du flou… On a l’impression (ce n’est pas qu’une impression) que la chrétienté n’a jamais entendu parler de la Loi orale du judaïsme. Ce n’est qu’au XIIIe siècle que le pape reçoit, en bonne et due forme, une dénonciation du Talmud disant que les juifs ne se contentent plus de leur ancienne Loi, mais qu’il leur en faut une nouvelle, complètement différente, qui est le Talmud ! Et que cette Loi est très (très) dommageable à la chrétienté parce que dans le Talmud, il y aurait des injures à l’encontre de la religion chrétienne et ses fondateurs. Un procès s’ouvre. Le plus important a lieu à Paris. Sur une initiative (sur une dénonciation) du caraïte Nicolas Donin (nous sommes en 1236). Nicolas Donin, outré par les interprétations talmudiques, s’est converti au christianisme. Il faut dire que les caraïtes étaient violemment contre le Talmud. Il y a eu un procès : Donin contre quatre rabbins. Des rabbins très éminents, très spécialisés, très spécialistes. Le tribunal n’était pas forcément très objectif. Pourtant, la reine Blanche de Castille intervient souvent, et dans des conditions qui sont à son honneur. Elle dit qu’il faut laisser aux rabbins le soin de parler comme ils l’entendent. Qu’il faut leur permettre de ne pas prêter serment. Comme ils le demandent. Elle intervient souvent pour prouver que les arguments des rabbins sont de bons arguments. Mais le Talmud est finalement condamné. Parce que, de toute façon, le pape l’avait ordonné ainsi. , « Apprenti-juif » : l’apologie du judaïsme par Yann Moix en 2007 | Telavivre

Traductions du mot « caraïte »

Langue Traduction
Anglais karaite
Source : Google Translate API

Caraïte

Retour au sommaire ➦

Partager