La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « cantus firmus »

Cantus firmus

Définitions de « cantus firmus »

Wiktionnaire

Locution nominale - français

cantus firmus \kɑ̃.tys fiʁ.mys\ masculin, singulier et pluriel identiques

  1. (Musique) Dans la musique médiévale et celle de la renaissance, le cantus firmus est une mélodie préexistante.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « cantus firmus »

Du latin cantus firmus, signifiant « chanson ferme ».

Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cantus firmus »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cantus firmus kɑ̃ty firmy

Évolution historique de l’usage du mot « cantus firmus »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cantus firmus »

  • Le morceau le plus ambitieux et le plus atmosphérique se trouve sans doute vers la fin de l’album. « Cantus Carminis » commence par une improvisation de Monbet sur un « cantus firmus » chromatique du violoncelle, puis les textures s’épaississent et s’approfondissent inexorablement, l’urgence augmente, le jeu de violon prend des airs de Jean-Luc Ponty et Monbet, en tant que soliste, fait des glissés rapides sur plusieurs cordes et des arpèges qui se croisent, puis, avec l’entrée des cuivres, on a un sentiment de plus en plus triomphant et héroïque d’arriver à destination. C’est vraiment joyeux. La fin « secco » est curieuse, avec le son du piano en retrait et en écho (la pianiste est l’excellente Auxane Cartigny, également conseillée et soutenue par Didier Lockwood). Ce morceau débouche sur une ambiance totalement différente : le calme de la dernière piste « Cerise », un duo intime avec Cartigny. Citizen Jazz, Fiona Monbet - Maelström - chronique sur Citizen Jazz
  • L’œuvre vocale de la soirée est percutante de manière obsessionnelle avec l’onomatopée explosive contenue dans le titre : « boom ». La matière n’est toutefois pas dynamite mais plastique, à commencer par la voix de la jeune soprano d’origine mexicaine, qui intègre avec aisance un parler-chanter trônant sur l’ensemble instrumental, tandis que les percussions en assurent le fondement, le « cantus firmus ». Au milieu, les cordes, munies d’archets qui partagent très souvent les mêmes coups, produisent et font vibrer une matière plastique, étirable à l’envie, au cours de longs et lents glissandi, comme les chants plaintifs de baleines échouées. Olyrix.com, Festival Nouveaux Horizons à Aix-en-Provence : Plastic Boom - Actualités - Ôlyrix
  • En plus du cantus firmus de la Renaissance (chant mélodiquement simple, en valeurs longues, porteur explicite du Texte), Monteverdi explore les différentes textures chorales : le « Dixit Dominus » (« Le Seigneur dit : assieds-toi à ma droite ») est en lignes imitatives fuyantes, et le « Nisi Dominus » (« Si le Seigneur ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent travaillent en vain ») répond avec la majesté d’un double chœur à cinq voix (toujours en surimpression du cantus firmus). Radio France, Claudio Monteverdi : Les Vêpres de la Vierge | Radio France
  • Dès que l’on se met à écrire du grégorien ou des polyphonies, le ténor joue un rôle clé. Dans le plain chant grégorien, il assure le cantus firmus et continue à jouer un rôle clé dans la polyphonie. N’oublions pas que la plupart des compositeurs, à commencer par Desprez et Lassus, étaient aussi de grands chanteurs tout comme les maîtres de la Camerata de’ Bardi, le vivier florentin où a été concocté l’opéra. Et c’est donc naturellement un ténor Francesco Rasi qui se voit confier Orfeo dans l’opéra de Monteverdi. Le mouvement baroque va lui opposer, à partir de l’Italie, les castrats. Très vite, les tessitures se mélangent, bien en dehors de nos distinctions actuelles et c’est ainsi qu’apparaît le baryténor. Dans la France de Lully jusqu’à Gluck en passant par Rameau, le ténor est souverain comme nous l’a montré le très beau disque consacré à Jélyotte par Reinoud Van Mechelen (Alpha). Le Soir, Opéra: 2021, l’année des ténors - Le Soir

Cantus firmus

Retour au sommaire ➦

Partager