La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « brassicacée »

Brassicacée

Définitions de « brassicacée »

Wiktionnaire

Nom commun - français

brassicacée \bʁa.si.ka.se\ féminin

  1. (Botanique) Plante dicotylédones de l’ordre des brassicales.
    • La ravenelle (Raphanus raphanistrum), une cousine sauvage du radis, est une brassicacée caractéristique, avec sa fleur à quatre pétales en forme de croix.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « brassicacée »

Du latin brassica avec le suffixe -acée, calque du latin scientifique Brassicaceae (1835).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « brassicacée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
brassicacée brasikase

Citations contenant le mot « brassicacée »

  • Cette famille est bien connue pour ses valeurs nutritives et gustatives. En effet, la moutarde, les choux, les radis, le colza et bien d’autres Brassicacées sont cultivées/utilisées depuis plusieurs millénaires. Tela Botanica, Nouvelle Mission flore : à la recherche du Bunias d’Orient – Tela Botanica
  • La propension de certains végétaux à emmagasiner des métaux est connue depuis près de quarante ans. Mais la valorisation de ces plantes, dites hyperaccumulatrices en filière courte, est très récente. Incubé par le Laboratoire Réactions et Génie des Procédés, unité mixte du CNRS et de l'université de Lorraine, Econick a démontré, à l'échelle du pilote, qu'il est possible d'obtenir une quantité significative de nickel à partir de l'alyssum, une brassicacée proche du colza. Depuis trois ans, la start-up cultive, en Albanie, cette plante qui révèle une concentration de nickel de 20 % dans la cendre de biomasse, soit dix fois la teneur du minerai extrait d'une mine. Les Echos, Econick puise le nickel grâce aux plantes | Les Echos
  • Les glucosinolates et leurs dérivés sont responsables du goût prononcé des légumes de la famille des brassicacée: choux, radis, navet… Des études mettent en évidence un lien entre leur consommation régulière et un moindre risque de développer certains cancers, notamment de l’estomac. En laboratoire, les glucosinolates apparaissent capables de protéger l’ADN cellulaire et de neutraliser des cancérogènes - dont les amines hétérocycliques, formées lors de la cuisson des viandes à forte température, en cause dans le cancer du côlon - et de bloquer la prolifération de cellules cancéreuses. ­ Notretemps.com, Les superpouvoirs des végétaux

Brassicacée

Retour au sommaire ➦

Partager