La langue française

Bras-le-corps

Définitions du mot « bras-le-corps »

Trésor de la Langue Française informatisé

BRAS(-)LE(-)CORPS (À),(BRAS LE CORPS , BRAS-LE-CORPS ) loc. adv.

Prendre, saisir, tenir, porter qqn (ou qqc.) à bras(-)le(-) corps. Prendre, saisir, tenir, porter quelqu'un (ou quelque chose) en l'entourant et en le serrant étroitement de ses bras.
Rem. 1. Très rare avec d'autres verbes. Maupassant, Contes et nouvelles, t. 1, L'Héritage, 1884, p. 502, écrit arrêtant à bras-le-corps le grand Maze. 2. En canadien fr., la loc. a pour équivalent : à brasse-corps (cf. Canada 1930, Dul. 1968); de même dans le parler neuchâtelois et suisse romand (cf. Pierreh. 1926).
P. métaph. Prendre à bras-le-corps (une difficulté). S'en occuper sérieusement et de près. Dès que nous pourrons prendre à bras le corps l'Afrique du Nord, il faudra que « quelqu'un » s'en charge (De Gaulle, Mémoires de guerre,1954, p. 291).
PRONONC. ET ORTH. : [abʀalkɔ:ʀ]. Guérin 1892 enregistre encore ,,à brasse corps loc. adv. vieillie et pop.`` Contrairement à l'usage de l'Ac., on peut trouver l'expr. écrite sans trait d'union (cf. De Gaulle, supra).
ÉTYMOL. ET HIST. − A.Ca 1465 a brache de corps (Mathieu d'Escouchy, Chronique, II, 304 dans Gdf.); entre 1456 et 1467 à bras de corps (Les Cent nouvelles nouvelles, éd. F. P. Sweetser, Genève, 1966, XLIV, 215-216) − 1583 Cl. Gauchet dans Hug., s.v. bras. B. − 1755 à brasse-corps (J.-J. Vadé, La Pipe cassée, p. 22) − 1883, A. Daudet, L'Évangéliste, p. 283 dans Thomas; encore d'usage régional : Anjou, Champagne, Normandie, Lorraine, Provence, Suisse, Québec. C. − Fin xviiies. à bras le corps (Beaumarchais dans Lar. 19e, s.v. bras). La forme la plus anc. de cette loc. adv. semble avoir été *a brace de corps (a brache de corps), composée de la prép. à* (= « avec » en a. fr., cf. Sneyd., p. 306), brace « les deux bras » (brasse*), de* (= « quant à, en ce qui concerne » en a. fr., Gam. Synt., p. 265), corps* désignant le corps du partenaire ou des deux vis-à-vis (cf. a. fr. [s']encontrer de cors et de pis dans T.-L., s.v. cors, pp. 903-904). − Une var. de cette loc. est à bras de corps qui est peut-être issu du croisement de deux loc. : (prendre) à bras, « (prendre) avec ses bras » (Roland, éd. J. Bédier, 2552) de corps « par le corps » (cf. a. fr. de corps et de pis « au corps à corps » et la loc. angevine se prendre de corps « avoir une querelle » dans FEW t. 2, 2, p. 1212b, s.v. corpus). La disparition dans l'usage courant de brace au sens de « les deux bras » (brasse*) ainsi que celle de la prép. de au sens de « quant à » a abouti à la transformation de la loc. primitive : brasse a été interprété comme forme verbale (issue de brasser au sens anc. et encore dial. « entourer de ses bras », FEW t. 1, p. 487a, s.v. brachium) et corps comme obj. dir., d'où à brasse-corps, sur le modèle d'expr. du type à tire-larigot, à tue-tête, à brûle-pourpoint. Brasser perdant (sauf dans certains dial., cf. FEW t. 1, p. 488b) le sens de « entourer de ses bras », brasse a été interprété comme bras + se, ce dernier, devenu incompréhensible, étant ,,correctement`` remplacé par l'article le appelé par le subst. corps; l'expr. tout en conservant ainsi son rythme quadrisyllabique, a valeur de syntagme elliptique s'interprétant analytiquement par « prendre qqn [ou qqc.] avec ses bras à soi en lui saisissant le corps », ce qui est conforme pour l'essentiel au sens le plus anc. de l'expression.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 68.

BRAS(-)LE(-)CORPS (À),(BRAS LE CORPS , BRAS-LE-CORPS ) loc. adv.

Prendre, saisir, tenir, porter qqn (ou qqc.) à bras(-)le(-) corps. Prendre, saisir, tenir, porter quelqu'un (ou quelque chose) en l'entourant et en le serrant étroitement de ses bras.
Rem. 1. Très rare avec d'autres verbes. Maupassant, Contes et nouvelles, t. 1, L'Héritage, 1884, p. 502, écrit arrêtant à bras-le-corps le grand Maze. 2. En canadien fr., la loc. a pour équivalent : à brasse-corps (cf. Canada 1930, Dul. 1968); de même dans le parler neuchâtelois et suisse romand (cf. Pierreh. 1926).
P. métaph. Prendre à bras-le-corps (une difficulté). S'en occuper sérieusement et de près. Dès que nous pourrons prendre à bras le corps l'Afrique du Nord, il faudra que « quelqu'un » s'en charge (De Gaulle, Mémoires de guerre,1954, p. 291).
PRONONC. ET ORTH. : [abʀalkɔ:ʀ]. Guérin 1892 enregistre encore ,,à brasse corps loc. adv. vieillie et pop.`` Contrairement à l'usage de l'Ac., on peut trouver l'expr. écrite sans trait d'union (cf. De Gaulle, supra).
ÉTYMOL. ET HIST. − A.Ca 1465 a brache de corps (Mathieu d'Escouchy, Chronique, II, 304 dans Gdf.); entre 1456 et 1467 à bras de corps (Les Cent nouvelles nouvelles, éd. F. P. Sweetser, Genève, 1966, XLIV, 215-216) − 1583 Cl. Gauchet dans Hug., s.v. bras. B. − 1755 à brasse-corps (J.-J. Vadé, La Pipe cassée, p. 22) − 1883, A. Daudet, L'Évangéliste, p. 283 dans Thomas; encore d'usage régional : Anjou, Champagne, Normandie, Lorraine, Provence, Suisse, Québec. C. − Fin xviiies. à bras le corps (Beaumarchais dans Lar. 19e, s.v. bras). La forme la plus anc. de cette loc. adv. semble avoir été *a brace de corps (a brache de corps), composée de la prép. à* (= « avec » en a. fr., cf. Sneyd., p. 306), brace « les deux bras » (brasse*), de* (= « quant à, en ce qui concerne » en a. fr., Gam. Synt., p. 265), corps* désignant le corps du partenaire ou des deux vis-à-vis (cf. a. fr. [s']encontrer de cors et de pis dans T.-L., s.v. cors, pp. 903-904). − Une var. de cette loc. est à bras de corps qui est peut-être issu du croisement de deux loc. : (prendre) à bras, « (prendre) avec ses bras » (Roland, éd. J. Bédier, 2552) de corps « par le corps » (cf. a. fr. de corps et de pis « au corps à corps » et la loc. angevine se prendre de corps « avoir une querelle » dans FEW t. 2, 2, p. 1212b, s.v. corpus). La disparition dans l'usage courant de brace au sens de « les deux bras » (brasse*) ainsi que celle de la prép. de au sens de « quant à » a abouti à la transformation de la loc. primitive : brasse a été interprété comme forme verbale (issue de brasser au sens anc. et encore dial. « entourer de ses bras », FEW t. 1, p. 487a, s.v. brachium) et corps comme obj. dir., d'où à brasse-corps, sur le modèle d'expr. du type à tire-larigot, à tue-tête, à brûle-pourpoint. Brasser perdant (sauf dans certains dial., cf. FEW t. 1, p. 488b) le sens de « entourer de ses bras », brasse a été interprété comme bras + se, ce dernier, devenu incompréhensible, étant ,,correctement`` remplacé par l'article le appelé par le subst. corps; l'expr. tout en conservant ainsi son rythme quadrisyllabique, a valeur de syntagme elliptique s'interprétant analytiquement par « prendre qqn [ou qqc.] avec ses bras à soi en lui saisissant le corps », ce qui est conforme pour l'essentiel au sens le plus anc. de l'expression.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 68.

Phonétique du mot « bras-le-corps »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bras-le-corps braslœkɔrp

Évolution historique de l’usage du mot « bras-le-corps »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bras-le-corps »

  • Le Covid-19 : 473 000 morts à ce jour. La faim : 4,3 millions. Pourquoi le monde, qui a mobilisé les grands moyens pour lutter contre le coronavirus, n’a-t-il jamais pris à bras-le-corps les fléaux de la faim et la malnutrition ? , Pourquoi le monde n’a-t-il jamais pris à bras-le-corps les fléaux de la faim et la malnutrition? - La Libre
  • C'est un des enjeux. Le problème hélas est beaucoup plus profond. Ce n'est pas simplement en essayant d'organiser mieux la déontologie au sein de la police qu'on va régler cette difficulté qui, en réalité, est ancienne dans notre démocratie, des violences policières et surtout des difficultés pour ceux qui les subissent à pouvoir obtenir réparation. Comme souvent quand il y a un coup de projecteur médiatique, comme c'est le cas aujourd'hui et comme ça a été le cas durant la crise des "gilets jaunes", il y a une réponse politique et l'affirmation de ce que les choses vont changer. En réalité, le problème n'a jamais été pris à bras-le-corps, et d'une façon générale le politique évite la difficulté de la gestion de la violence policière. On voit bien qu'il n'y a pas forcément une volonté politique forte à cet égard. Franceinfo, "Le problème des violences policières n'a jamais été pris à bras-le-corps", dénonce un avocat spécialiste des libertés publiques
  • Le 15 mars dernier, la menace glaçante du Covid a érodé le sens civique des Nancéiens. Celui des plus âgés notamment, traditionnellement plus favorables au maire sortant. Ce dernier a pris à bras-le-corps la gestion de la crise sanitaire. Il a été omniprésent. , Elections municipales | Municipales 2020 : Nancy la centriste pourrait basculer à gauche
  • Sans oublier le nouveau quartier : l’Afua Lange Felder. «  Il y a des demandes des riverains en voirie et en éclairage. Et à côté de cela, il y a encore tout ce qui est urbanisme sur Folkling et Gaubiving. » Comprendre également comment interviennent les différentes compétences dans certains cas, bref tout un ensemble de dossiers que la nouvelle équipe prend à bras-le-corps et avec enthousiasme. «  Chacun prend ses marques en toute intelligence et bonne entente. On s’organise pour fonctionner au mieux, » assure le maire. Les commissions ont été votées et vont se mettre en place pour travailler sur de nouveaux projets. , Politique | Bernard De Feyter : ses premiers pas dans la vie de maire
  • Pour moi, les municipales sont les élections où le citoyen a le plus de pouvoir et surtout, la possibilité de changer les choses de façon rapide et concrète. On voit bien l’état dans lequel Pontivy est actuellement. On a eu une maire pendant six ans et en six ans, elle avait le temps de faire beaucoup de choses. Or, ce n’est pas le cas. On a des ballons, des jardinières, un château fermé, alors que Pontivy a de nombreux atouts pour être une ville rayonnante, pour être un levier du Centre-Bretagne. Mais la maire actuelle ne prend pas les dossiers à bras-le-corps, ne tranche pas. Il y a beaucoup d’études et, finalement, peu de décision et d’action. , Municipales 2020. Elle a 20 ans et se présente à Pontivy : Enora Fournier | Pontivy Journal
  • « Combien faudra-t-il de morts pour que l'Etat prenne à bras-le-corps le sujet des inégalités territoriales ? » C'est la question posée par le maire PCF de La Courneuve, Gilles Poux. L'élu et quelques autres appellent ce mardi à un rassemblement*, dans cette commune de Seine-Saint-Denis. leparisien.fr, Plan d’aide pour la Seine-Saint-Denis : les élus s’impatientent - Le Parisien
  • Alors que les émissions du secteur résidentiel et tertiaire représentent 16 % des émissions françaises, les citoyens proposent de prendre à bras-le-corps la question de la performance énergétique des logements. Soit 20 millions de logements à rénover, auxquels s’ajoutent les bâtiments tertiaires et publics. Un immense chantier ! Pour la Convention, on ne peut plus se contenter de l’incitation : il faudra donc obliger propriétaires occupants et bailleurs à se plier à cette exigence, en engageant des travaux globaux (pas seulement le toit, mais aussi les fenêtres, la VMC, etc.). Pour les passoires énergétiques (performance F & G) d’ici à 2030, pour les logements énergivores (E & D) d’ici à 2040. Compte tenu de l’ampleur des travaux et de leurs coûts, des mesures d’accompagnement sont prévues, sous forme de subventions de l’État et de prêts à taux zéro notamment. La Croix, Convention citoyenne : les propositions choc pour le climat
  • Travail-Argent: Vous êtes très disponible pour les autres, enclin à écouter avant de formuler votre avis ou de prendre les choses à bras-le-corps. Ce trait de caractère vous rend très sympathique aux yeux de vos collègues. sudinfo.be, Amour, argent, travail, santé: votre horoscope de ce mardi 23 juin
  • « Ce n’est pas la première fois que j’interviens sur ce sujet. Il faudrait un débat avec l’ensemble des conseillers communautaires et pas uniquement en bureau », a renchéri l’élue varzécoise Sophie Boyer, qui demeure en campagne pour les élections municipales en vue du 2e tour dimanche. Roger Le Goff a rappelé que c’était « un problème complexe et que la CCPF n’avait comme obligation légale qu’un terrain avec 16 emplacements ». « On prendra le problème à bras-le-corps en septembre avec, pourquoi pas, un débat à huis clos en conseil communautaire », s’est avancé le président de la communauté de communes. Le Telegramme, Temps de travail modulé pour les agents du Pays fouesnantais - Clohars-Fouesnant - Le Télégramme
  • Macha Méril. Je peux enfin être celle que je croyais que j'étais et qu'on m'empêchait d'être. Le métier d'actrice, c'est effroyable souvent, on veut vous soumettre, on n'encourage pas votre indépendance d'esprit. Moi, j'étais malcommode. C'est un petit miracle, ma carrière ! Aujourd'hui, grâce à la force que m'a donnée Michel, j'ai pris ma liberté à bras-le-corps et j'attends énormément de la vie. , Macha Méril : « J'ai pris ma liberté à bras le corps » - Elle
  • Dans cette série de vidéos, Monsieur l’abbé Laguérie nous présente l’évangile en le prenant à bras-le-corps. , L’Évangile à bras-le-corps - Épisode 4 - baptême du Christ et tentation au désert | La lettre patriote

Images d'illustration du mot « bras-le-corps »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bras-le-corps »

Langue Traduction
Anglais grips with
Espagnol y cito
Italien petto
Allemand auseinandersetzen
Portugais procurar resolver
Source : Google Translate API

Bras-le-corps

Retour au sommaire ➦

Partager