La langue française

Biologisme

Définitions du mot « biologisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

BIOLOGISME, subst. masc.

PHILOS. Doctrine qui présente les phénomènes psychologiques et sociologiques comme ayant toujours une assise biologique. Le biologisme bergsonien (Sartre, L'Imagination,1936, p. 52):
... aussi le jeu, épreuve de soi, est-il aussi conquête de soi. Il ne s'agit là nullement, comme le pensait une psychologie trop asservie au biologisme, d'exprimer je ne sais quels instincts, je ne sais quelles pulsions, mais bien au contraire de dominer les instincts et les pulsions, de les faire servir à un mode d'expression de soi plus élevé. Jeux et sp.,1968, p. 61.
Rem. Rob. et Lal. 1968 attestent le néol. synon. biomorphisme et l'adj. corresp. biomorphique. Lal. 1968 observe à propos de ces termes : ,,Ils me paraissent, très commodes, en permettant d'éviter une périphrase dont la nécessité se présente fréquemment quand on parle des théories contemporaines. « Biologisme » a été quelquefois employé dans ce sens; mais on manque alors d'un adjectif correspondant, car biologique, très usuel, veut dire : « relatif à la biologie » (...), ou « présentant les caractères de la vie ».``
Étymol. et Hist. 1936, supra. Composé du rad. du gr. β ι ́ ο ς « vie » et λ ο ́ γ ο ς « discours » avec suff. -isme*; peut-être à rapprocher de l'angl. biologism (1852, NED Suppl.).

Wiktionnaire

Nom commun

biologisme \bjɔ.lɔ.ʒism\ masculin

  1. (Sciences) Théorie scientiste selon laquelle la biologie, les conditions naturelles et organiques de la vie et de son évolution (gènes, hormones, neurotransmetteurs, lois darwiniennes) sont la base de la réalité physique et spirituelle de l’homme et de la société.
    • Tôt ou tard, le biologisme s’infiltre et le fantasme n’est plus qu'un désordre neurophysiologique qu’il faut au plus tôt réparer. Ainsi se trouve opéré l’effacement de la dimension analytique, celle du sens dans sa double origine sexuelle et dynamique. — (Anne Clancier, ‎Jean Guilhot, ‎Jean Granier, Psychanalyse et anthropologie prospective, 1974)
    • La théorie de Malinowski n’est donc pas un biologisme : le culturel sert le biologique sans s’y réduire. — (Erwan Dianteill, Anthropologie culturelle ou anthropologie sociale ? Une dispute transatlantique, L'Année sociologique, 2012/1 (Vol. 62), pages 93-122)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « biologisme »

Mot dérivé de biologie avec le suffixe -isme → voir biologiste.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « biologisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
biologisme bjɔlɔʒism

Évolution historique de l’usage du mot « biologisme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « biologisme »

  • Cette version 3.0 du biologisme est donc hyperscientifique, fondée sur la conviction profonde que « connaître c’est mesurer » pour reprendre le philosophe Léon Brunschvicg. Aujourd’hui on peut « mesurer » la biologie humaine donc « comprendre » le comportement humain dans toutes ses dimensions – l’hypothèse nécessaire étant que la nature et l’inné sont les facteurs explicatifs de nos comportements comme de nos structures sociales. The Conversation, Un nouveau biologisme, version 3.0
  • L’idéologie identitaire actuelle puise ses sources dans des concepts très différents : biologisme affirmé, prédominance de l’esprit sur le corps et théorie de construction sociale. Causeur, Aux origines de la politique des identités… et ses conséquences - Causeur
  • Sébastien Lemerle Le biologisme est une attitude intellectuelle qui consiste à appliquer aux phénomènes sociaux une grille de lecture inspirée des sciences de la vie. Le biologisme actuel tire son matériau des grandes découvertes réalisées depuis les années 1960 dans trois domaines: l'éthologie, dont les figures les plus connues en France sont Konrad Lorenz et Boris Cyrulnik; la génétique, incarnée par Jacques Monod et François Jacob; les sciences du cerveau, popularisées par Henri Laborit, puis Jean-Pierre Changeux. Bibliobs, La biologie est-elle un humanisme ?
  • L’idée de mon livre est de réfléchir à la manière dont l’adaptation au sens biologique impacte notre vie politique aujourd’hui. Ça paraît fou de poser une telle question parce que nous avons été habitués à penser que les questions de politique n’avaient rien à voir avec les questions de biologie, mais en fait si on réfléchit à l’histoire de la pensée contemporaine, ce dualisme totale entre biologie et politique est quelque chose qui s’est imposé brutalement au milieu du XXème siècle, du fait de la Seconde Guerre mondiale et du fait de l’usage par le nazisme du biologisme. Avant la Seconde Guerre mondiale, beaucoup de grands penseurs hybrident sans aucun complexe les questions de biologie, de société, voire de politique : Nietzsche, Bergson, Piaget, Canguilhem… À partir de là s’est créée une situation compréhensible mais délétère puisque la sphère du politique s’est déconnectée des questions de vie, d’adaptation, d’évolution. Barbara Stiegler France Culture, La politique est-elle l’art de s’adapter ? - Ép. 3/4 - Philosophie de la transition
  • On nous a vendu pendant des années un Heidegger qui répugnait au biologisme racialiste. On se croyait quitte ainsi avec son racisme et son antisémitisme. Heidegger ne s’était trompé que pendant quelques mois en acceptant le rectorat de Fribourg dans la foulée de l’arrivée de Hitler au pouvoir. C’est de la mythologie pure et simple. Si l’arrivée de Hitler à la chancellerie berlinoise a comme pour écho celle de Heidegger au rectorat fribourgeois c’est précisément parce que Heidegger a vu en Hitler l’homme de l’extermination des juifs d’Europe. Suite attendue de la mythologie d’un Heidegger passagèrement fourvoyé : les Cahiers noirs seraient une critique impitoyable, antinazie, du national-socialisme. Au contraire ils confirment très clairement que Heidegger a toujours eu comme projet une spiritualité nazie génocide(s) compris. Mais comme souffle un vent d’extrême-droite en Europe certains ont encore tout intérêt à faire passer Heidegger pour un antinazi. C’est en réalité un sur-nazi et il n’a eu de cesse, à partir de 1933, de réclamer d’urgence que soient prises des « décisions essentielles ». Preuves : Club de Mediapart, Heidegger une spiritualité nazie et génocidaire 1 | Le Club de Mediapart
  • Barbara STIEGLER. - On entend cette injonction depuis plusieurs décennies dans le champ politique, social, économique, éducatif et sanitaire: «il faut s'adapter» dans un monde en constante «évolution», en pleine «mutation», où la «compétition» fait rage. C'est le signe d'une colonisation du champ politique par le vocabulaire de la biologie. Or, en Europe, pour des raisons historiques liées à la Seconde Guerre mondiale et au discrédit brutal du biologisme, on sépare habituellement le biologique du politique. Mais cette prudence n'a pas effleuré l'Amérique, qui a continué d'hybrider ces deux champs. Le Figaro.fr, «Il faut s'adapter»: que se cache-t-il derrière cet impératif omniprésent?

Traductions du mot « biologisme »

Langue Traduction
Anglais biologism
Espagnol biologismo
Italien biologismo
Allemand biologismus
Chinois 生物生物学
Arabe علم الأحياء
Portugais biologismo
Russe биологизм
Japonais 生物学
Basque biologism
Corse biologicu
Source : Google Translate API

Biologisme

Retour au sommaire ➦

Partager