La langue française

Bioconcentration

Sommaire

  • Phonétique de « bioconcentration »
  • Évolution historique de l’usage du mot « bioconcentration »
  • Citations contenant le mot « bioconcentration »
  • Traductions du mot « bioconcentration »

Phonétique du mot « bioconcentration »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bioconcentration bjɔkɔ̃sɑ̃trasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « bioconcentration »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bioconcentration »

  • Un produit à toxicité aiguë est capable de provoquer la mort, même à petite dose. Quand il est d’une toxicité chronique, il est capable de provoquer la mort ou la maladie lorsque l’homme – ou tout autre être vivant – s’y trouve exposé de façon répétée sur une longue période. Or, tous les produits chimiques sont exposés de façon répétée sur une longue période. Or tous les produits chimiques sont toxiques. Ils sont soit cancérigènes (capables de provoquer le cancer ou d’en favoriser le développement), soit tératogènes (affectant les ovules, les spermatozoïdes ou les embryons et conduisant à des malformations congénitales, soit mutagènes (provoquant des mutations au niveau des gènes et affectant le système immunitaire), soit les trois à la fois. Ils sont soupçonnés d’être à l’origine de nombreuses “maladies de civilisation”, comme la plupart des formes de cancer, mais aussi des maladies respiratoires, des dérangements du système immunitaire, des malformations congénitales et des naissances prématurées entre autres. Tout simplement parce que les produits naturels non contaminés et riches en fibres ont cédé la place à des a1iments contaminés par les produits chimiques agricoles. Même consommés à faible dose, ces produits, contenus dans nos aliments, constituent une grave menace pour notre santé à cause du processus de la bio-accumulalion de leurs résidus. Egalement appelée bioconcentration, cette tendance des composés chimiques se fixe sur nos tissus graisseux. La nécessité d’application des engrais chimiques et leur impact positif sur les cultures, découlent d’un certain nombre de conditions dont la première et la plus importante reste la nature du sol. En effet, les engrais, qu’ils soient chimiques ou organiques (fumier, compost, paillis, etc.) ne doivent venir qu’en appoint à l’essentiel qui est la couche arable, cette légère couverture de la terre sur laquelle les végétaux peuvent pousser. , Mali: Engrais chimiques et produits phytosanitaires dans l’agriculture : Les revers des grands rendements - Bamada.net
  • La bioaccumulation est un phénomène qui désigne la capacité des organismes à absorber et concentrer dans tout ou une partie de leur organisme, certaines substances chimiques, éventuellement rares dans l’environnement (oligoéléments utiles ou indispensables, ou toxiques indésirables). On distingue la bioaccumulation par l’individu ou bioconcentration et la bioaccumulation entre individus ou bioamplification. On parle de bioconcentration lorsque la concentration en polluant dans un organisme vivant est supérieure à la concentration de ce polluant dans le biotope de l’organisme. La bioamplification ou biomagnification désigne le processus par lequel la concentration d’un polluant a tendance à augmenter le long d’une chaîne alimentaire. Matin Libre, Ressources halieutiques au Bénin : Les dangers de la Bioaccumulation des métaux lourds – Matin Libre
  • D’autres programmes de recherche dans lequel le Siaap est impliqué se sont intéressés au Covid-19. Celui baptisé Mocopée, coordonné par le syndicat, l’Inrae et l’UTC avec une trentaine d’équipes de recherche, a cherché à analyser le comportement du virus dans les boues urbaines. Le programme MeSeine innovation, aussi coordonné par le Siaap et des laboratoires de recherche publics, dont l’Upec-Leesu, Mines ParisTech et Metis-Sorbonne université, a lancé une étude portant sur l’analyse de la bioconcentration du virus dans les eaux grâce à l’implantation de moules filtreuses (dreissènes). Le journal du Grand Paris - L'actualité du développement économique d'Ile-de-France, Des recherches pour suivre l'évolution du Covid-19 avec les eaux usées
  • "Le plomb de chasse contamine la pyramide alimentaire. Ceci est clairement démontré par le traçage isotopique du plomb, notamment chez les inuits. Les sites de ball-trap sont également très concernés. Des substituts moins toxiques ou non toxiques existent. La grenaille d’acier semble la solution idéale du point de vue environnemental. Le 6 octobre 1999, le conseil national de la chasse et de la faune sauvage a souhaité que la France prenne des mesures concrètes pour tenir ses engagements imminents de l'Accord sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie (interdiction du plomb dans les zones humides pour l’an 2000 au plus tard). Le phénomène est hélas durable : le plomb n’étant pas biodégradable, la grenaille se délite ou s’oxyde ou est peu à peu érodée ou enfouie, mais reste accessible ou biodisponible des décennies voire des siècles ou des millénaires. Aux États-Unis, une étude a prouvé que la mortalité par saturnisme restait très élevée, même 40 ans après l'interdiction de chasse, sur une zone humide pourtant devenue réserve naturelle. Dans les zones acides, la biodisponibilité et la bioconcentration peuvent être très aggravées. Toute la chaîne alimentaire est concernée. Exceptionnellement, même les plantes pourtant peu sensibles au plomb ne poussent plus ou presque plus... Enjeux écologiques et sanitaires : Outre que les consommateurs de gibiers à risque (ex : oiseaux d’eau, bécasse, sanglier) peuvent être victime d’un saturnisme chronique induit, ces intoxications tuent des millions d’oiseaux, alors que des alternatives existent depuis longtemps (la grenaille d’acier avait même précédé la grenaille de plomb). Cette forme de saturnisme a aussi des impacts fonctionnels sur les équilibres écologiques, encore mal compris, incluant les aspects prédateurs/proies. L'Obs, Plomb à Notre-Dame : « Les autorités jouent la “détransparence” comme pendant Tchernobyl »
  • D’après une autre étude publiée à l’université Harvard en 2012 par An Pan, Frank Hu et leurs collègues, portant sur plus de 100 000 personnes suivies pendant de nombreuses années, la consommation quotidienne de viande est associée à un risque accru de mortalité cardio-vasculaire de 18 % chez les hommes et de 21 % chez les femmes, tandis que la mortalité par cancer représente respectivement 10 % et 16 %. Chez les gros consommateurs de viande rouge, le simple fait de remplacer la viande par des céréales complètes ou d’autres sources de protéines végétales diminue de 14 % le risque de mortalité précoce. Par ailleurs, à cause du phénomène de bioconcentration, la viande contient environ quatorze fois plus de résidus de pesticides que les végétaux, les produits laitiers cinq fois plus. Le Monde.fr, Matthieu Ricard : « Pour des menus végétariens à l’école »
  • L'un des épisodes les plus connus de pollution aux métaux lourds fut constaté dans les années 1960 au Japon. Durant 30 ans, une usine de produits chimiques a pollué la baie de Minamata en y rejetant des tonnes de mercure. Vivant principalement de la pêche, les milliers de personnes autour de la baie ont été intoxiquées par le composé méthylmercure en mangeant du poisson contaminé. Par un phénomène de bioconcentration, le mercure n'est pas éliminé de l'organisme et la concentration augmente tout au long de la chaîne alimentaire (les petits poissons sont intoxiqués par le mercure qui reste dans leur organisme, les plus gros poissons qui vont les manger vont stocker une plus grande concentration de mercure et ainsi de suite avec au bout de la chaîne alimentaire… l'homme comme consommateur final). Doctissimo, Quels sont les risques alimentaires ? - Doctissimo

Traductions du mot « bioconcentration »

Langue Traduction
Anglais bioconcentration
Espagnol bioconcentración
Italien bioconcentrazione
Allemand biokonzentration
Portugais bioconcentração
Source : Google Translate API
Partager