La langue française

Bilinguiser

Sommaire

  • Définitions du mot bilinguiser
  • Étymologie de « bilinguiser »
  • Phonétique de « bilinguiser »
  • Évolution historique de l’usage du mot « bilinguiser »
  • Citations contenant le mot « bilinguiser »
  • Traductions du mot « bilinguiser »

Définitions du mot bilinguiser

Wiktionnaire

Verbe

bilinguiser \bi.lɛ̃.ɡɥi.ze\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre bilingue.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « bilinguiser »

De bilingue, avec le suffixe -iser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bilinguiser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bilinguiser bilɛ̃gize

Évolution historique de l’usage du mot « bilinguiser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bilinguiser »

  • Voici que nos pédagogues patentés s’attellent à la tâche de bilinguiser nos cégeps afin de répondre aux besoins de nouvelles « clientèles ». Le Journal de Montréal, L’insoutenable combat pour le français | JDM
  • Concrètement, il nous faut renouer avec une idée trop longtemps laissée de côté : l’application de la loi 101 au niveau collégial. Nous ne pouvons plus tolérer le détournement systématique des institutions de la minorité anglophone pour bilinguiser notre vie collective. Le Journal de Montréal, Non au nouveau cégep bilingue! | Le Journal de Montréal
  • « Le bel aura positif ayant émané des récentes mobilisations franco-ontariennes, applaudies et appuyées sincèrement par l’ensemble des Québécois, se trouve soudain mis au service de la « cause » de ceux qui cherchent à bilinguiser et à angliciser notre société. C’est surréel. » , La Société Saint-Jean Baptiste dénonce l'entente avec les Anglo-Québécois | ONfr+
  • L’État québécois a l’obligation de protéger les droits de la minorité anglophone en vertu des lois et des traités, mais il n’a pas à veiller à son expansion en facilitant le passage d’allophones ou de francophones vers ses institutions. D’un autre côté, le désir des parents québécois de voir leurs enfants maitriser l’anglais ou d’autres langues secondes est tout à fait légitime et le ministère de l’Éducation doit s’employer à améliorer l’enseignement des langues secondes dans ses institutions d’enseignement, sans pour autant les bilinguiser. Le Journal de Montréal, Loi 101, protection et liberté | Le Journal de Montréal
  • En désespoir de cause, les directions se tournent vers la solution à leur portée : angliciser l’offre de services dans l’espoir de séduire la « clientèle ». Les manchettes récentes sur le comptoir montréalais uniquement anglophone du cégep de la Gaspésie-et-des-Îles et le projet de cégep bilingue de Vaudreuil ne représentent que la pointe de l’iceberg. Il s’agit d’une tendance de fond. La plupart des cégeps francophones de l’île de Montréal ont essayé, essaient et essaieront de se tourner vers l’anglais pour sauver les meubles. Le MEES vient d’ailleurs d’autoriser de nouveaux devis de programmes en sciences humaines et en sciences pures avec « langue seconde enrichie » : on devine laquelle. Il semble que le réseau collégial français, du moins sur l’île de Montréal, soit en train de se bilinguiser sous nos yeux. Le Devoir, Pour le Québec français, il en va de la suite du monde | Le Devoir
  • Qui croit encore au bilinguisme canadien, au-delà des fédéralistes militants qui ont besoin d’entretenir cette illusion pour convaincre les Québécois que le Canada est encore leur pays? Le rêve de Pierre Elliot Trudeau d’une nation bilingue d’un continent à l’autre n’est plus qu’un fantasme idéologique qui sert la propagande fédérale mais qui est démenti par la réalité. Dans les faits, le Canada est un pays anglais avec une province francophone qu’il cherche à bilinguiser. Car quoi qu’on dise à propos de la loi 101, elle est concurrencée par la loi fédérale sur les langues officielles qui invalide ses prétentions à faire du français la langue commune du Québec. Les immigrants comprennent parfaitement le message, lorsque plusieurs d’entre eux répondent à ceux qui leur demandent pourquoi ils ne parlent pas français que le Canada est un pays bilingue et qu’eux préfèrent simplement l’anglais. Du point de vue canadien, au Québec, le français est une langue optionnelle. Faut-il ajouter que la loi 101 a aussi été déconstruite par les tribunaux fédéraux? Le Journal de Montréal, Le mythe du bilinguisme canadien | Le Journal de Montréal
  • Alors que les cégeps anglais n’ont aucun problème à recruter des étudiants — la moitié de leurs étudiants provient du réseau scolaire francophone —, les cégeps français subissent les effets des changements démographiques et une baisse de leurs inscriptions. Le cégep de Saint-Laurent semble voir dans ces DEC bilingues une façon d’attirer des étudiants, un peu comme les programmes spéciaux que multiplie l’école secondaire publique. Pour certains, bilinguiser le cégep français est un moyen de répondre à la demande d’étudiants francophones attirés par le cégep anglais. Mais cette avenue suscite une résistance justifiée, qui a d’ailleurs entraîné, en 2017, l’abandon du projet de DEC bilingue en sciences de la nature des cégeps de Bois-de-Boulogne et Dawson. Le Devoir, DEC bilingues: des objectifs nébuleux | Le Devoir
  • En décembre 2017, lors de la session du conseil municipal, avait été votée, à l’unanimité (Bernadette Malgorn et des élus du groupe Rassemblement pour Brest étaient présents vendredi, NDLR), une délibération pour que Brest mette en place des actions visant à atteindre le niveau 2 de la charte Ya d’ar brezhoneg (Oui à la langue bretonne). Dans ces actions, il y a celle-ci, qui consiste à “bilinguiser” les plaques de rues et de lieux (comme les ponts), au fur et à mesure de leur renouvellement ou de la création de voies. , Les plaques des rues de Brest passent aussi au breton | Côté Brest
  • Notre mandat n’est pas de "bilinguiser" ces élèves, c’est de les franciser. Alors pour nous, ce n’était pas une option envisageable. Radio-Canada.ca, Québec ira de l'avant avec le transfert d'écoles anglophones | Radio-Canada.ca

Traductions du mot « bilinguiser »

Langue Traduction
Anglais bilingual
Espagnol bilingüe
Italien bilingue
Allemand zweisprachig
Chinois 双语
Arabe ثنائي اللغة
Portugais bilingue
Russe двуязычный
Japonais バイリンガル
Basque elebiduna
Corse bilingue
Source : Google Translate API
Partager