La langue française

Biculturalisme

Définitions du mot « biculturalisme »

Wiktionnaire

Nom commun

biculturalisme \bi.kyl.ty.ʁa.lism\ masculin

  1. Fait d’être biculturel, d’avoir deux cultures.
    • Et on voyait grand, avec de belles réalisations dont, en culture, le dernier coup d’éclat fut sans doute cette entente sur le biculturalisme que la troïka franco-canado-québécoise a imposée aux Nations Unies, obtenant gain de cause face aux impérialistes du bloc anglo-saxon: ce qui n’est pas une mince victoire. — (« Un 5 octobre glorieux pour le Québec », LeDevoir.com, 5 octobre 2011)
    • Mais derrière cette unité de façade, la Nouvelle-Zélande est toujours noyée sous la mêlée du biculturalisme. — (« Rugby : la Nouvelle-Zélande hypocrite envers les Maoris », Rue89.com, 23 septembre 2011)
    • Enfin, la promotion du français dans les pays de langue arabe s’accompagne désormais d’une réflexion sur les nouveaux bilinguismes et biculturalismes franco-arabes, [...]. — (République française, Ministère des Affaires étrangères et européennes, « Les actions par zones géographiques : Afrique du Nord et Moyen-Orient », 17 juin 2010)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « biculturalisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
biculturalisme bikyltyralism

Évolution historique de l’usage du mot « biculturalisme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « biculturalisme »

  • Le politicologue Léon Dion, l'un des plus brillants analystes politiques du Canada de l’époque, vient pour sa part traiter de bilinguisme et de biculturalisme à l’émission du 5 mars 1970. Radio-Canada.ca, Les grandes entrevues du Sel de la semaine | Radio-Canada.ca
  • En lien avec les traces laissées par l’histoire d'Haïti et dans le contexte du biculturalisme haïtien (Raphael, 2006), la culture créole haïtienne a souvent été perçue de façon négative par les Haïtiens eux-mêmes. Le regard du monde contemporain tend à accentuer encore plus cette perception. Frantz Fanon, en parlant de peaux noires et de masques blancs, l’a exprimé de cette façon. En effet, aujourd'hui, les lieux d'enseignement congréganistes, les écoles publiques et privées, beaucoup de citoyens et de citoyennes haïtiens de la société civile continuent de considérer la langue créole haïtienne, le vodou haïtien, les pratiques des « doctè Fèy », des « oungan » et des « mambo », comme affiliés à des « personnes non civilisées ». Cette dévalorisation culturelle a des impacts négatifs tant sur le plan individuel que sur le plan collectif et s’inscrit dans l’histoire esclavagiste du peuple haïtien. , Culture créole haïtienne et problématiques identiraires
  • De la fondation de la ville de Québec à la bataille des plaines d’Abraham, de la création du Manitoba à l’élection du gouvernement de Jean Lesage, de l’octroi du droit de vote aux femmes à la décriminalisation de l’avortement, de la commission sur le bilinguisme et le biculturalisme à la première crise de l’énergie, l’histoire de l’Amérique française est traversée par des événements qui en ont marqué l’histoire et la mémoire. C’est cette notion d’événement que se propose d’explorer le 73e congrès de l’IHAF. Si François Dosse a pu écrire en 2010 qu’on « assiste de toute part au retour de l’événement », cette notion a longtemps été rejetée par toute une historiographie reposant plutôt sur la recherche des structures, des invariances, sur l’étude de la longue durée. Dans ce contexte, l’événement devenait un élément de la « vieille histoire » (une histoire événementielle), l’épiphénomène masquant les véritables forces à l’œuvre dans l’évolution des sociétés. L’événement a pourtant retrouvé une certaine légitimité dans l’historiographie. Marquant la rupture, signalant une mutation ou introduisant un désordre, il suscite des questionnements quant à ses causes, sa portée, mais aussi ses échos et les traces qu’il laisse derrière lui (Michel de Certeau écrira, au sujet de Mai 68, « l’événement est ce qu’il devient »). , Soixante-treizième Congrès de l’Institut d’histoire de l’Amérique française : "L'Événement" (Sherbrooke)
  • Héritages de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme de 1963, les deux notions ont pourtant souvent été opposées. Certains voyant dans la volonté du premier ministre de l’époque, Pierre Elliott Trudeau, d’accepter « la prétention des autres communautés culturelles qu’elles aussi sont des éléments essentiels au Canada » une menace quant à la vision des deux peuples fondateurs. , Le multiculturalisme s'oppose-t-il aux langues officielles? | ONfr+
  • Frank Scott est peu connu aujourd’hui mais il a eu une influence majeure sur l’issue que devait prendre la Commission sur le bilinguisme et le biculturalisme. Professeur de droit à McGill, il est un penseur qui va beaucoup influencer Pierre Elliott Trudeau. Il est le précurseur de l’idée du multiculturalisme et de l’idée des chartes des droits. Radio-Canada.ca, Les langues officielles, un « disque qui saute » depuis 50 ans? | Radio-Canada.ca
  • Elle y raconte avoir travaillé pour la première fois en Ontario à Ottawa, pour la Commission royale sur le bilinguisme et le biculturalisme, à faire de la recherche sur les difficultés d’apprentissage chez les enfants. Elle y parle aussi de son père, l’un des premiers escrimeurs de haut niveau au Québec. l-express.ca, Décès de Mireille Desjarlais-Heynneman - l-express.ca
  • Entre les tensions nationales et les interprétations idéologiques, un fait demeure : la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, instaurée en 1963 par le gouvernement de Lester B. Pearson, aura alimenté, pendant plus de six ans, un moment historique dans la volonté du Canada de comprendre sa dualité fondatrice et de saisir la multiplicité de son visage pour assurer, dans le rapprochement de ces forces vives, son développement futur. Un moment historique, oui, orchestré par André Laurendeau, alors rédacteur en chef du Devoir, et Davidson Dunton, président de l’Université Carleton, mais un moment surtout inachevé. Le Devoir, Une histoire sans fin | Le Devoir

Traductions du mot « biculturalisme »

Langue Traduction
Anglais biculturalism
Espagnol biculturalismo
Source : Google Translate API

Biculturalisme

Retour au sommaire ➦

Partager