La langue française

Bdellium

Définitions du mot « bdellium »

Wiktionnaire

Nom commun

bdellium \bdɛ.ljɔm\ masculin

  1. (Pharmacie) Gomme résine aromatique qui vient du Levant et des Indes orientales. Elle est issue entre autre du Commiphora.
    • L'or de cette terre est excellent ; on y trouve le bdellium et l'onyx. — (Voltaire, Phil. IV, 12) ( bible, la genèse 2,12 )

Nom commun

bdellium \Prononciation ?\ neutre

  1. Bdellium.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

BDELLIUM (bdèl-li-om') s. m.
  • Gomme résine qui vient du Levant et des Indes orientales. L'or de cette terre est excellent ; on y trouve le bdellium et l'onyx, Voltaire, Phil. IV, 12.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BDELLIUM, (mat. Med.) gomme aromatique apportée du levant, & d’usage en Medecine. On croit que ce mot est formé de l’Hébreu bedollach, que les traducteurs ont rendu par bdellium. On écrit aussi bedellium, bedella, ptellium, petalium, megalium, & telinum.

Ce nom se trouve dans les anciens Naturalistes & dans l’Ecriture : mais y est-il pris dans le même sens que dans nos langues ? cela est fort douteux. Moyse dit que la manne est de la couleur du bdellium ; & Josephe expliquant ce passage, prétend que c’est la gomme d’un arbre semblable à l’olivier, & que la manne dont furent nourris les Juifs dans le desert lui ressembloit. Mais Scaliger & d’autres auteurs rejettent cette conjecture, & avoüent qu’ils ignorent ce que c’est que le bdellium dont il est fait mention dans l’Ecriture. (N)

* Dioscoride en distingue de trois sortes ; l’un en larmes, transparent, semblable à la colle de taureau, gras en-dedans, facile à fondre, sans bois & sans ordure, amer au goût, odorant quand on le brûle, de la couleur de l’ongle, & produit par un arbre du pays des Sarrasins : l’autre en masses grasses, noires, sordides, de la couleur de l’aspalathe, & apporté des Indes : le troisieme, sec, résineux, livide, & tiré de la ville de Petra. Galien reconnoît deux bdellium ; l’Arabique, & le Scythique. Pline dit qu’il y a dans la Bactriane un arbre noir, de la grandeur de l’olivier, avec la feuille du chêne, & la forme & le fruit du figuier sauvage, appellé bdellium, & donnant une gomme transparente semblable à la cire, odorante, grasse au toucher, amere au goût, mais sans acreté : il ajoûte qu’il y avoit aussi de cette gomme dans l’Arabie, aux Indes, dans la Médie, & à Babylone.

Si l’histoire du bdellium est très-obscure dans les anciens, elle n’est pas plus claire dans les modernes : il y en a qui le confondent avec la myrrhe, d’autres avec la gomme animé ; il y en a même qui font signifier au mot bdellium, escarboucle, ou crystal.

G. Bauhin en compte six especes différentes. Dale le décrit ou comme une substance gemmeuse & résineuse, grasse, ténace, gluante, noirâtre, & ressemblant à la myrrhe, dont elle imite la couleur & le goût, & il fait venir ce bdellium de l’Arabie, de la Medie & des Indes : ou comme une substance résineuse, un peu dure, noirâtre, friable, en gouttes durcies, de la même odeur & du même goût que la précédente ; & il le fait venir de Ganea. Pomet prétend qu’on a dans les boutiques sous le nom de bdellium des résines d’especes différentes : mais M. Geoffroi dit que le bdellium des boutiques est la même chose que la premiere espece de Dale, & qu’il n’y a rien de certain sur l’arbre qui le porte.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « bdellium »

(Siècle à préciser) Du latin bdellium.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du grec ancien βδέλλιον, bdéllion.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Hébreu, bdolach, Genèse, II, 12 ; dans Dioscoride, I, 80, μάδελϰον, βολχόν ou βλοχόν ; dans Pline, XII, 19, brochon, malachum, maldacon. M. Lassen rattache ce mot au sanscrit madālaka, qui, il est vrai, n'existe pas sous cette forme ; mais on trouve madāra, qui n'en est pas très éloigné et qui signifie un parfum encore indéterminé.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bdellium »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bdellium bdɛljym

Évolution historique de l’usage du mot « bdellium »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bdellium »

  • Pour cela, il convient d’en revenir à la Bible. Une chose est claire pour l’homme du Moyen Âge : la Genèse mentionne la fermeture aux hommes du jardin d’Eden et non sa disparition. Comment se figurent-ils (II, 8-17) « tout le pays de Hawila (entouré par le bras du Pishôn) où se trouvent l’or – et l’or de ce pays est bon, - ainsi que le bdellium et la pierre d’onyx » ? Il s’agit, rappelle Jean Delumeau, d’un jardin qui aurait nourri l’humanité sans qu’elle peine à le cultiver, d’eau en abondance à partir d’un fleuve se divisant en quatre bras, la présence de pierres et métaux précieux –onyx et or-, de parfums –le bdellium, gomme odorante de palmiers-, l’absence de souffrances et de mort pour Adam et Ève. Les explorateurs médiévaux à l’instar de Marco Polo sont pleins de ces visions. Témoignages.RE - https://www.temoignages.re, Pour une histoire palikur (Wahano Seyno) -3- - C’en est trope - Infos La Réunion

Traductions du mot « bdellium »

Langue Traduction
Anglais bdellium
Espagnol bdelio
Portugais bdélio
Source : Google Translate API

Bdellium

Retour au sommaire ➦

Partager