La langue française

Baudelairien, baudelairienne

Définitions du mot « baudelairien, baudelairienne »

Trésor de la Langue Française informatisé

BAUDELAIRIEN, IENNE, adj. et subst.

A.− Emploi adj.
1. Qui est propre à Baudelaire. Spleen baudelairien.
2. P. ext.
a) Qui a Baudelaire pour objet :
1. ... vraiment, nous en avons trop vu de ces intellectuels adorant l'art, avec un grand A, et qui, quand il ne leur suffit plus de s'alcooliser avec du Zola, se font des piqûres de Verlaine. Devenus éthéromanes par dévotion baudelairienne, ils ne seraient plus capables de l'effort viril que la patrie peut un jour ou l'autre leur demander, anesthésiés qu'ils sont par la grande névrose littéraire, ... Proust, Sodome et Gomorrhe,1922, p. 956.
b) Qui remonte à Baudelaire :
2. ... en effet, c'est à cette secrète tradition, nervalienne, baudelairienne, rimbaldienne, que fait songer la page lumineuse où se résume l'acte de foi de Proust. Ressaisir la vie, la seule vie, dans son unité et dans son originalité à la fois, n'est-ce pas le propos de cette poésie? Béguin, L'Âme romantique et le rêve,1939, p. 357.
c) Qui est dans la manière de Baudelaire :
3. L'action de Rimbaud sur le symbolisme proprement dit avait été très faible. On récitait volontiers et on admirait à juste titre les Chercheuses de poux et le Bateau ivre à cause de leurs vers étonnants, de leur mouvement à la fois baudelairien et parnassien. Thibaudet, Réflexions sur la litt.,1936, p. 160.
Rem. Attesté seulement dans Lar. encyclop. Suppl. 1968 et Rob. Suppl. 1970, au sens 2 c, on trouve aussi avec une valeur péj., baudelairesque, adj., néol. d'aut. Les amours baudelairesques de Montesquiou (E. et J. de Goncourt, Journal, 1885, p. 416).
B.− Emploi subst. Personne qui aime passionnément les œuvres de Baudelaire; spécialiste de Baudelaire :
4. Il est des baudelairiens fanatiques qui ne veulent pas reconnaître la moindre défaillance dans la beauté de Baudelaire... Thibaudet, Hist. de la litt. fr. de 1789 à nos jours,1936, p. 325.
Rem. 1. On trouve en ce sens un synon. très rare baudelairisant, création de discours. Un de mes confrères, érudit, baudelairisant de très grand talent (L. Daudet, La Police politique, 1934, p. 165). 2. On rencontre dans la docum. une attest. de baudelairement, adv. À la manière de Baudelaire. ,,Une manière de fatalité (...) qu'à présent il nomme moins baudelairement le train-train de l'existence`` (Verlaine, Œuvres posthumes, t. 3, Autobiographie, 1896, p. 207).
PRONONC. : [bodlε ʀjε ̃], fém. [-εn].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1892, 20 sept. (Brunetière, Le Figaro dans Rob. Suppl., sans ex.); 1896 subst. « qui imite la poésie de Baudelaire » (Verlaine, Œuvres posthumes, t. 2, Critiques et Conférences, p. 293 : Rustiques, Psychologues, Lyriques, Baudelairiens habiles, passés ... en revue, Jules Tellier s'inquiète à son tour ... du mouvement actuel); 1908 adj. (Barrès, Mes Cahiers, t. 6, 1907-08, p. 102 : la barque de don Juan toute chargée de poésie baudelairienne). Dér. du nom de Charles Baudelaire (écrivain fr., 1821-67); suff. -ien*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 38.

Wiktionnaire

Adjectif

baudelairien \bod.lɛ.ʁjɛ̃\ masculin

  1. Relatif à Baudelaire.
    • Il a écrit des poèmes dans un style baudelairien.
  2. Dans le style, l’esprit, le sens de l’observation de Baudelaire.
    • Adepte de la flânerie baudelairienne, à la fois goguenard et empathique, Henri Calet s'aventure avec une retenue corsetée dans le Paris populeux et populaire. — (Antoine PerraudLe Vieux Paris revient à soi- Journal La Croix, page 11, 9 juillet 2015)

Forme d’adjectif

baudelairienne \bod.lɛ.ʁjɛn\

  1. Féminin singulier de baudelairien.

Forme d’adjectif

baudelairienne \bod.lɛ.ʁjɛn\

  1. Féminin singulier de baudelairien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « baudelairien »

(Date à préciser) Adjectif dérivé de Baudelaire, nom de famille du poète français Charles Baudelaire (1821-1867).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « baudelairien »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
baudelairien bodœlɛrjɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « baudelairien »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « baudelairien »

  • L'Ecole polytechnique est aux mathématiques ce qu'est un dictionnaire de rimes à la poésie baudelairienne. De Gaston Bachelard / Lautréamont
  • L'objectif est autant archéologique - cartographier les sites rencontrés - que baudelairien: voyager pour partir, s'échapper, "le coeur léger semblable aux ballons" comme dit le poète. Le Point, L'archéologue, la caravane et le désert - Le Point
  • Ingimundur, commissaire de police en congé, semble s’être fermé comme une huître depuis la mort de sa femme dans un récent accident de voiture. Un taiseux malade de douleur qui a un suspect en tête et entend bien se venger. Le cinéaste islandais s’inspire peut-être du spleen baudelairien pour élaborer une esthétique particulière. Il crée un drame intrigant qui repose sur un personnage inquiétant. Le Figaro.fr, Les Traducteurs, Jojo Rabbit, Cuban Network... Les films à voir ou à éviter cette semaine
  • Comme avec tout idéal baudelairien, les risques de désillusion et de souffrance sont immenses, malgré tout le bonheur qu’une relation peut apporter à l’Homme. La comparaison de la femme au vampire par le poète va dans ce sens (« Toi qui, comme un coup de couteau, Dans mon cœur plaintif est entrée »). Finalement, pour le rappeur et le poète, une seule conclusion : « Tomber amoureux c’est tomber de si haut » (“Trompes de Fallope”). Et cela malgré la beauté de Laetitia qui « concentre l’attention », telle celle d’une passante : « la fugitive beauté, dont le regard m’a fait soudain renaître » chez Baudelaire (“A une passante”). Interlude, Du spleen à la Nuit, Jazzy Bazz sur les traces de Charles Baudelaire
  • Une interrogation alors: Baudelaire a-t-il fait du Baudelaire en traduisant Poe? Que l’on peut compléter: celui-ci n’est-il un grand écrivain que parce qu’il a été grandement traduit? D’ailleurs, jusqu’assez récemment, certains présentaient ces traductions comme des œuvres appartenant en propre au corpus baudelairien. Le Temps, Edgar Poe par-delà Baudelaire - Le Temps
  • 1On ne peut ignorer les apports considérables de John E. Jackson aux études baudelairiennes, depuis une quarantaine d’années, sur des questions aussi importantes que celles des figures de la mort, de l’érotique du corps ou du rapport de la mémoire à l’écriture poétique. Le livre, bref mais dense, qu’il consacre à « la sacralité de la poésie » confirme les qualités des précédents travaux de l’auteur de Baudelaire sans fin (2005), à savoir l’alliance d’un sens prodigieux de la synthèse et de la précision d’une lecture toujours soucieuse de revenir au texte, d’en lire et d’en relire les détails oubliés comme les vers les plus commentés, inlassablement. Il s’agit ici de mettre en relation trois notions, « Religion, mythe et parole » (p. 7) et de montrer comment leur échange continuel, leurs correspondances dans Les Fleurs du Mal, permettent à Baudelaire de glisser d’une position inconfortable du point de vue religieux (un ensemble de postulations contradictoires intenable comme tel) à l’affirmation d’autrui comme transcendance, affirmation qui non seulement fait de l’autre le relais de celle de Dieu mais qui fonde et autorise la parole poétique comme adresse à l’autre. Le volume est composé de deux parties d’inégale ampleur, mais qui structurent de façon explicite ce parcours proposé au lecteur à travers le recueil : une mise en évidence des « religions de Baudelaire » (p. 11‑94) est suivie d’une brillante analyse « De la parole dans Les Fleurs du Mal » (p. 95‑118). Une courte préface, d’une efficacité programmatique remarquable, amorce ce double questionnement par une lecture du sonnet « Les Aveugles », qui souligne le lien qui s’y noue entre l’interrogation métaphysique et l’ouverture d’un espace dialogique où le poète, s’adressant d’abord à son âme, se plaît à glisser vers d’autres interlocuteurs afin de manifester l’importance de la parole. , « Une liturgie poétique de l’union » : relire les religions de Baudelaire (Acta Fabula)
  • Ce dizain (comme par hasard le n° 69 !) commence par une citation de Baudelaire (un écrivain qui n’est pas sans lien avec l’Océan Indien, et qui a fait de l’albatros, comme on sait, une image du poète), dont le détournement immédiat (“trois hommes” à la place de “les hommes” ; “violent” à la place de “prennent”) sert à mettre en place une fable à plusieurs dimensions : écologique (c’est le massacre d’une espèce), pornographique (c’est un viol) et méta-littéraire (c’est un art poétique). Les vers 3-4 disent le danger qui guette l’albatros (se prendre dans les filets de pêche à la recherche des poissons), tout en continuant à en filer la métaphore sexuelle (“fish facile”) et à travailler le signifiant (“ralingue” / “palangre”). Un jeu de mot sur plomb (des palangres) / aplomb (du poète) prépare l’art poétique des vers 4 à 7, dans lequel la pêche devient une activité concurrente de la poésie (qui essaie de sauver l’oiseau dans ses filets cybernétiques). L’identification baudelairienne est largement déplacée : le poète est ici moins un animal méprisé et glorieux, qu’un pêcheur luttant contre les pêcheurs. Une sorte de Paul Watson (auquel La Sauvagerie consacre une autre série de dizains). Le poème essaie donc en même temps de dire ce qu’il fait : il utilise un filet, en l’occurrence l’internet, où on lit (sur le site urban dictionary) la définition de la position sexuelle citée — ce qui nous fait repasser sur un plan pornographique. C’est comme un gâteau, il a différentes couches. La dernière bouchée donne la morale : dans les deux derniers vers, “l’oiseau sombre” accuse l’impuissance du poème tout en rappelant la couleur du plumage. Le verbe rare acorer, “arracher le cœur”, répond à la contrainte décasyllabe, tout en instruisant la tragédie dans un vocabulaire archaïque. L’ensemble fait une fable sur l’animal et son extinction, en arrière-plan de laquelle se lit quelque chose du poème (chacun comporte un art poétique plus ou moins explicite) ; les références y fonctionnent tantôt comme personnages, tantôt comme éléments de décor. Mais il n’y a pas besoin de saisir dans leur détail leur provenance — du moment qu’on se laisse entraîner par elles dans le drame que propose le dizain — de même qu’il n’y a pas besoin de savoir que tel personnage de Molière fut piqué à la commedia dell’arte pour en saisir la puissance comique. DIACRITIK, « Une Internationale sauvage » : Pierre Vinclair (La Sauvagerie/agir non agir)
  • Commencez votre journée en découvrant une œuvre d'art ! Aujourd'hui, une célèbre beauté baudelairienne fr la collection Prat, bientôt exposée au Petit Palais à Paris. Connaissance des Arts, Échantillon de beauté antique par Baudelaire : focus sur un chef-d'oeuvre | Connaissance des Arts
  • Dans une première partie, l'écrivain Didier Blonde nous parle du Paris de Baudelaire tel qu'il l'habita et l'écrivit. Dans une seconde partie, le poète et essayiste Michel Deguy évoque la "piété" baudelairienne. France Culture, Habiter poétiquement - Ép. 2/4 - Charles Baudelaire
  • 1Le parcours que propose Rémi Brague dans cet essai déroute le lecteur à plus d’un titre. Par son sujet tout d’abord. Spécialiste des philosophies juives et arabes, R. Brague a, par ailleurs, abondamment travaillé sur la philosophie grecque et l’histoire du christianisme européen. Toutefois, ce n’est pas en philosophe qu’il se dit aborder ici la poésie baudelairienne. Au contraire d’un Vincent Descombes appliquant sa philosophie à Proust et lisant le romancier au regard des catégories qu’il propose1, R. Brague propose plutôt une déambulation au cœur de l’œuvre de Baudelaire. Ce parcours étonne, également, par son étendue : le philosophe connaît bien le corpus baudelairien, depuis ses écrits poétiques — bien entendu — à ses écrits esthétiques, ou à sa prose intime. Le plus surprenant reste sans doute les lectures fraîches de simplicité et de raffinement qu’il suggère pour un certain nombre de poèmes des Fleurs du Mal, pour le moins canoniques2. , Baudelaire & le culte des images (Acta Fabula)
  • Hugues Quester s’avance ; le pas lourd et le corps un peu bancal, il s’approche du micro comme il monte sur le ring et attaque, et nous met KO dès la première note de sa voix, si baudelairienne. On connait Houellebecq auteur de romans, mais pas de poésies. C’est superbe, c’est désabusé. Il y a des 106 et du fromage ; il y a cette phrase : « Je compte mes chances d’attendre le matin ». Ces textes sont extraits de La poursuite du bonheur et ils sont les compagnons de route de Quester. La prose est sombre, elle est souvent seule. La rime s’abandonne dans des vers qui cherchent le déséquilibre. Il est 1H30, on applaudit. Toutelaculture, La nuit où, avec Houellebecq, Ionesco et Dante, on a attendu le lever du soleil au Théâtre de la Ville - Toutelaculture
  • L'Ecole polytechnique est aux mathématiques ce qu'est un dictionnaire de rimes à la poésie baudelairienne. De Gaston Bachelard / Lautréamont

Traductions du mot « baudelairien »

Langue Traduction
Anglais of baudelaire
Source : Google Translate API

Synonymes de « baudelairien »

Source : synonymes de baudelairien sur lebonsynonyme.fr

Baudelairien

Retour au sommaire ➦

Partager