La langue française

Baronnie

Définitions du mot « baronnie »

Trésor de la Langue Française informatisé

BARONNIE, subst. fém.

A.− FÉOD. Fief relevant directement de la Couronne :
1. La baronnie de Chateaubriand était la troisième des neuf pairies primitives bretonnes qui donnaient le droit de présider les États. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 4, 1848, p. 615.
Au fig. (correspond à baron1* B) :
2. Plus que jamais, l'influx part du centre. C'est la condition de la cohérence. Aucune administration n'est une baronnie. Si ce ne sont pas les fonctionnaires qui « font » la politique, leur influence est néanmoins appréciable sur ceux qui la font. G. Belorgey, Le Gouvernement et l'admin. de la France,1967, p. 436.
B.− Terre seigneuriale, composée de plusieurs châtellenies, et conférant à son possesseur le titre de baron (cf. baron1A 2); terre et seigneurie d'un baron. Eriger une terre en baronnie (cf. Balzac, Louis Lambert, 1832, p. 139; Barrès, Mes cahiers, t. 4, 1906, p. 223).
P. ext. Cette terre avec son château :
3. Le marquis [de Mirabeau] avait (...) un bon grand château à Mirabeau, une antique bastide à Marseille, des fermes en Angoumois, quatorze domaines en Poitou, une baronnie en Limousin, une gentilhommière près de Villers-Cotterêts, une autre encore du côté de Montargis. Jean-Jacques n'avait qu'à choisir. Guéhenno, Jean-Jacques,Grandeur et misère d'un esprit, 1952, p. 225.
C.− HIST. (p. anal. avec A). Au temps des Croisades, État latin d'Orient. L'une des quatre parties du royaume de Jérusalem :
4. ... le comte de Flandre, Thierry d'Alsace, un des principaux chefs croisés, se faisait promettre par Conrad III et par Louis VII la future baronnie de Damas, quand le 27 juillet, par une détermination en apparence inexplicable, l'armée chrétienne évacua les jardins et les rives du Barada pour aller camper au sud-est de la ville. Grousset, L'Épopée des croisades,1939, p. 171.
Prononc. : [baʀ ɔni] ou [bɑ ʀ ɔni].
Étymol. ET HIST. − 1. Ca 1138 baronie « ensemble des barons » (Gaimar, L'Estoire des Engles, 4364, éd. A. Bell : Li dui rei vindrent a lur gent. L'endemain funt l'acordement Kar la terre fud departie, Par l'esgard de la baronie); 2. av. 1150 baronie « vaillance » (Antioche, P. Paris, II, 647 dans Gdf. : Ahi! Soliman sire, ta gens est mal baillie, Hisdens tes fius est mors ou tant ot baronie), seulement en a. fr.; 3. ca 1175 dr. féod. « vasselage, condition de vassal, de baron » (Garnier, S. Thom., 1841 dans T.-L. : Et quant en barunie de lui granz fius tenez, Jugement en sa kurt et dreit i sufferrez). Dér. de baron1*, 2 de baron1étymol. I, 3 de baron1étymol. II; 1 à rapprocher du lat. médiév. baronia (1164, Const. Clarend., c. 11, Stubbs, Sel. Ch. 9, p. 166 dans Nierm.).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 43.

Wiktionnaire

Nom commun

baronnie \ba.ʁɔ.ni\ féminin

  1. (Histoire) Seigneurie qui donnait au possesseur le titre de baron.
    • La baronnie de Chateaubriand était la troisième des neuf pairies primitives bretonnes qui donnaient le droit de présider les États. — (François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, 1848)
    • Front-de-Bœuf repoussera de son chemin celui qui met obstacle à ses prétentions à la belle baronnie d’Ivanhoé, aussi vivement, aussi ardemment et avec aussi peu de scrupule que si cet homme lui était préféré par quelque demoiselle aux yeux bleus. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • La baronnie d’Elbeuf fut adjugée à René, duc de Lorraine ; mais Jean de Rieux déclara ne pouvoir rendre les 12 fiefs dont Bourgtheroulde faisait partie, attendu que, donnés en mariage à sa sœur, ils étaient détenus par des tiers. — (M. Charpillon , Dictionnaire historique, géographique, statistique de toutes les communes de l'Eure, Les Andelys : chez Delcroix, 1868, page 522)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BARONNIE. n. f.
Seigneurie qui donnait au possesseur le titre de baron. La baronnie de tel lieu.

Littré (1872-1877)

BARONNIE (ba-ro-nie) s. f.
  • Seigneurie qui donne au possesseur le titre de baron. La terre de Montmorency, mouvante de l'abbaye de St-Denis, est peut-être première baronnie de ce district, Saint-Simon, 26, 46.

    À l'époque féodale, tout grand fief relevant de la couronne.

HISTORIQUE

XIIe s. Chascuns mande en sa terre sa riche [brave] baronie, Sax. VII. Ne tieng, fait sainz Thomas, de lui fius n'eritez, Ne rien en barunie : mais tut est charitez, E parmenable aumosne tut ço dont sui fieffez, Th. le mart. 45.

XIIIe s. Des puis celle heure que Godefrois de Buillon et la baronie de France orent conquis Antyoche et Jherusalem, n'orent chrestiens victoire en la terre de Surie contre Sarrazins, Chron. de Rains, I. Quant il ot sa raison fenie, Conseilla soi la baronnie, la Rose, 10718. Les homes qui tiennent fié dou chief seignor, seit baronie ou seignorie, et qui ont court et coins et justise, Ass. de J. I, 216. Cil qui tient en baronnie, quant il voit qu'aucuns de ses homes veut uzer trop cruelment de la coustume contre ses povres sougés, Beaumanoir, 62.

XVe s. Et trouverent là le roi Anglois et grand foison de baronnie de-lez lui, Froissart, I, I, 159.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « baronnie »

(XIIe siècle)[1] Dérivé de baron avec le suffixe -ie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « baronnie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
baronnie barɔni

Évolution historique de l’usage du mot « baronnie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « baronnie »

  • Sa première moitié fut construite autour de 1630, à la demande d’Antoine de Grolée et son épouse Marguerite de Soulatges comme siège de la baronnie de Peyre, après la destruction de la forteresse du Roc de Peyre par l’amiral de Joyeuse durant la guerre de religions du XVe siècle. midilibre.fr, Lozère : le château de la Baume intimement lié à l’histoire du Gévaudan - midilibre.fr
  • Chantal Morera n’a pas souhaité reconduire son premier mandat de maire à Lézignan, souhaitant avoir plus temps à consacrer à sa famille, bien que ce fût une belle expérience durant ces six années. "Au départ, je voulais m’arrêter, mais je reste conseillère municipale pour aider l’équipe avec le souhait de garder ma liberté", dit-elle. Gérard Boué, ingénieur en informatique, est le nouveau maire. Élu à l’unanimité le 23 mai, il est heureux de retrouver son village natal après en être parti pour travailler aux États-Unis. La première adjointe est Sylvie Siloret, élue également au Simaje et suppléante au SDE. Le second adjoint est Marc Pitié qui fait son entrée au conseil. Les autres nouveaux sont Clara Herer, Frédéric Chalot et Sophie Perche. Alain Rieupeyroux, Jean-Pierre Courtade, Michel Sapena et Ronald Corring redeviennent conseillers. Marc Pitié est délégué au SDE (Syndicat départemental d’électricité) l’élu à la baronnie des Angles sera nommé au prochain conseil. Le dernier recensement se porte à 364 habitants et l’objectif des 11 élus sera de préserver le cadre de vie des Lézignanais et de continuer à mettre en valeur le patrimoine. L’église Saint-Jean Baptiste a un très beau retable et la commune possède des vestiges anciens. Chantal Morera, durant son mandat de maire, a tout fait pour garder l’école primaire avec ses 70 élèves et elle a su également favoriser la décentralisation de la culture en ayant eu un partenariat avec l’agglo TLP, le conservatoire Henri Duparc de Tarbes et le Parvis. Gérard Boué, dans son village préservé par la couronne verte, souhaite faire cohabiter les ruraux et les urbains, car il existe encore de nombreux agriculteurs. Il souhaite mutualiser les compétences en organisant des commissions où chacun sera motivé et s’engagera pour prendre des responsabilités. nrpyrenees.fr, Gérard Boué succède à Chantal Morera - nrpyrenees.fr

Traductions du mot « baronnie »

Langue Traduction
Anglais barony
Espagnol baronía
Italien baronia
Portugais baronia
Source : Google Translate API

Synonymes de « baronnie »

Source : synonymes de baronnie sur lebonsynonyme.fr

Baronnie

Retour au sommaire ➦

Partager