La langue française

Autoscopie

Définitions du mot « autoscopie »

Trésor de la Langue Française informatisé

AUTOSCOPIE, subst. fém.

PSYCH. ,,Phénomène hallucinatoire par lequel un malade se voit lui-même, extérieurement ou intérieurement`` (Méd. Biol. t. 1 1970). Autoscopie externe, interne :
1. Bertrand se montre assez sceptique sur les dons d'autoscopie des somnambules et ne croit guère à l'efficacité des remèdes que les malades prescrivent pendant la transe. R. Amadou, La Parapsychologie,1954, p. 96.
2. Nous serions plus indulgents si nous suivions les autoscopies de la fièvre. En suivant le labyrinthe des fièvres qui court dans notre corps, en explorant les « maisons de la fièvre », les douleurs qui habitent la dent creuse, nous saurions que l'imagination localise les tourments et qu'elle fait et refait des anatomies imaginaires. Bachelard, La Poétique de l'espace,1957, p. 202.
Rem. 1reattest. 1903 (P. Sollier, Les Phénomènes d'autoscopie, p. 6; composé de l'élément préf. auto-1* et de l'élément suff. -scopie [élément suff. -scope*, suff. -ie*]).
PRONONC. : [otɔskɔpi] ou [ɔ-]. Cf. auto-1.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Foulq.-St-Jean 1962. − Garnier-Del. 1961 [1958]. − Lal. 1968. − Lar. méd. 1970. − March. 1970. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Moor 1966. − Piéron 1963. − Porot 1960.

autoscopie*, -

Wiktionnaire

Nom commun

autoscopie \ɔ.tɔ.skɔ.pi\ ou \o.to.skɔ.pi\ féminin

  1.  (Psychologie) Hallucination par laquelle on croit se voir soi-même.
  2.  Technique pédagogique consistant à filmer un sujet qui peut ainsi observer son comportement de l’extérieur.
  3. (Par extension) Phénomène parapsychique par lequel l’expérimentateur voit un double de lui-même, des parties, organes, ou la totalité de son corps. Contrairement au voyage astral, le sujet ne voit pas son corps depuis un point de vue extracorporel, mais depuis le point de vue normal de son corps physique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « autoscopie »

(1902) Composé du préfixe auto- et du suffixe -scopie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « autoscopie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
autoscopie ɔtɔskɔpi

Évolution historique de l’usage du mot « autoscopie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « autoscopie »

  • Dans ce livre, les auteurs analysent l’expérience mystique vécue par les adeptes de la Kabbale (dits « kabbalistes »), en révélant les mécanismes et les techniques auxquels leur système cognitif est soumis. À titre d’exemple, les auteurs ont étudié l’état d’extase religieux, qui se caractérise par une altération des fonctions neurocognitives constituant le « Soi ». Cet état peut engendrer des éléments de « dépersonnalisation » (perte de la personnalité), pouvant se manifester par un phénomène appelé « autoscopie » (comme si quelqu’un s’observait lui-même, de l’extérieur de son propre corps). Transhumanisme et Intelligence Artificielle, Neurosciences et Cabbale : Un dialogue possible ?
  • Si le film impressionne par sa technicité, sa virtuosité et son ingéniosité, le long-métrage étonne davantage par sa sagacité. La présence d’un félin et d’un arachnide ne sont que des simulacres pour mieux se centrer sur les émotions et la psyché en déliquescence de Scott Carey. Ainsi, le film nous convie dans l’autoscopie mentale de cet homme accaparé par son instinct de survie. L’Homme qui rétrécit s’apparente alors à une allégorie sur la condition humaine. Contrairement aux apparences, ce n’est pas l’homme qui domine Dame Nature, mais l’inverse. Au mieux, il la dompte et s’adapte à son milieu naturel. Au fil du récit, le périple de Scott Carey se transmue en épopée spirituelle, philosophique et cosmologique. Hagard, le héros n’a d’autre choix que d’accepter sa condition infinitésimale, celle qui le réduit à la taille d’une poupée, puis d’un vulgaire insecte pour ensuite revêtir les oripeaux d’un atome. Le spectateur découvre alors un personnage à la fois médusé et opiniâtre qui ratiocine sur cette singularité primordiale, celle qui régit à la fois les préceptes énigmatiques de notre vaste univers, quelque part entre le Big Bang et ce néant indicible. Pour Jack Arnold, il existe un lien intrinsèque, un chaînon manquant entre ce vide incommensurable et les lois inexplicables de l’infiniment petit. Finalement, bien avant les théories de Stephen Hawkins sur la singularité des rayonnements cosmiques émis par les trous noirs, Jack Arnold pointait déjà les anfractuosités de notre vaste univers. Certes, par la suite, L’Homme qui Rétrécit inspirera de nombreux épigones, notamment Chéri, J’ai Rétréci les Gosses (Joe Johnston, 1989), mais sans atteindre la quintessence du chef d’œuvre de Jack Arnold. Avoir Alire - Critiques de films, Livres, BD, musique, séries TV, Spectacles, L'Homme qui rétrécit - la critique du film
  • Il faut commencer par analyser son comportement (autoscopie) et distinguer : l'image que l'on croît donner - celle que l'on voudrait donner - l'image que l'on donne véritablement et celle que les autres attendent de nous. Un simple détail suffit à modifier l'expression et le signalement d'une personne. Pour localiser la partie significative la plus identifiable, il convient de diviser le visage en 3 zones verticale (haute, médiane, base), de face et de profil. Des modifications au niveau des yeux, des sourcils, une barbe, sont parfois plus importantes que des modifications générales au niveau du visage. Certains collent leurs paupières supérieures afin de modifier la forme de l'œil, se redessinent les sourcils, portent des lentilles colorées. D'autres comblent un interstice entre des dents avec une résine (disponible en 12 teintes), changent leur carnation avec un peu de teinture d'iode, dissimulent leurs tatouages sous du fond de teint, se laissent pousser barbe ou moustache pour modifier la forme du visage, les proportions, ou dissimuler une caractéristique. Se méfier des lunettes de soleil qui délivrent une allure inquiétante, leur préférer une paire de lunettes de « vue » ou des lentilles. La chevelure, sa longueur, sa teinte et la coupe sont des éléments facilement modifiables qui peuvent influer sur la manière dont les autres nous perçoivent, et surtout apporter une correction esthétique (front bas, bombé, etc.). Il est plus facile de modifier sa coupe de cheveux que d'avoir recours à un postiche, excepté pour les chauves ou en cas d'une calvitie. Si vous observez les 12 " déguissements " utilisés par Mesrine, vous constaterez qu'il est passé à côté de deux parties très facilement identifiables. AgoraVox, La cavale..., être et durer - AgoraVox le média citoyen
  • 15Jean-François Chevrier, pour sa part, veut penser l’évolution du « drame mental » chez Antonin Artaud, ou la prépondérance de ce qu’il appelle, dans le beau titre de son texte, « La vérité de l’hallucination contre ‘le mensonge de l’Être’ ». Traquer le motif de l’œil révulsé ou de l’« autoscopie négative » dans toute l’œuvre d’Artaud, c’est l’ambitieux projet de Chevrier : de la « désubjectivisation » caractérisant Paul Les Oiseaux ou la Place de l’amour (qu’il rapproche du « théâtre de l’esprit » mallarméen) à « l’exemplarité de l’autoportrait de Van Gogh », dont la projection, « ‘comme en coup de canon à la surface la plus extrême de la toile, / et qui tout d’un coup se voit arrêté / par un œil vide, / et retourné vers le dedans’ », en passant par L’Ombilic des limbes (« ‘Le soleil a comme un regard. Mais un regard qui regarderait le soleil’ ») et « La lettre de la voyante » (« […] ‘cet œil, ce regard sur moi-même, cet unique regard désolé qui est toute mon existence’ ». Si le texte de Chevrier a le mérite de se fonder sur une étude intensive de toute l’œuvre d’Artaud, il lui est pour la même raison ardu de l’approfondir (comme, par moments, difficile pour le lecteur de suivre son déploiement…) sur quelques pages. Néanmoins, de cet examen, Jean-François Chevrier conclut qu’il faut tirer « deux modes de l’occulte » chez Artaud : le mauvais occulte consisterait à « entretenir le mensonge de l’être en soumettant le visible à l’invisible » et le bon, l’« occulte vrai », selon les mots d’Artaud, serait « ‘une extension du visible et du sensible dans un monde moins pénétré’ ». De même, il y aurait deux modes hallucinatoires : la mauvaise hallucination, « celle des envoûtements et des fausses visions » (« folie qu’on enferme »), et l’autre, « active dans l’écriture », « [abolissant] la distinction entre intérieur et extérieur ». , L’exposition Antonin Artaud, ou « qui fait quoi ? » (Acta Fabula)
  • Le ramadan est un excellent moyen pour faire sa propre autoscopie personnelle. AgoraVox, Qui a dit que l'islam est tolérant ? - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « autoscopie »

Langue Traduction
Anglais autoscopy
Espagnol autoscopia
Italien autoscopia
Allemand autoskopie
Chinois 自动检查
Arabe التنظير الذاتي
Portugais autoscopia
Russe autoscopy
Japonais 自動検査
Basque autoscopy
Corse autoscopia
Source : Google Translate API

Synonymes de « autoscopie »

Source : synonymes de autoscopie sur lebonsynonyme.fr

Autoscopie

Retour au sommaire ➦

Partager