La langue française

Aubète

Définitions du mot « aubète »

Trésor de la Langue Française informatisé

AUBETTE2, AUBÈTE, subst. fém.

A.− Anc. Guérite élevée, poste d'observation.
Rem. Attesté ds Besch. 1845, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.
B.− HIST. MILIT.
1. Bureau où les sous-officiers d'une garnison allaient à l'ordre.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. du xixeet xxesiècle.
2. ,,Guichet de renseignements à l'entrée d'un établissement de la Marine Nationale (arsenal, ministère, etc.)`` (Gruss 1952).
Rem. Attesté également ds Quillet 1965.
C.− P. ext., région. (Ouest de la France et surtout Belgique)
1. Kiosque à journaux.
2. Abri servant de lieu d'attente d'un véhicule de transport en commun (autobus, tramway, etc.).
Rem. Attesté ds Rob. Suppl. 1970.
PRONONC. ET ORTH. − 1. Forme phon. − Seule transcr. ds Littré : ô-bè-t'. 2. Forme graph. − Lar. encyclop. écrit aubette, Quillet 1965 aubette ou aubète (cf. aussi Lar. 19e, Littré et Guérin 1892). Besch. 1845 donne uniquement aubète.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1475-1506 cont. milit. Flandre hobette « cabane » (J. Molinet, Chroniques, ch. 241 cité par Dupire, Jean Molinet, la vie, les œuvres, Paris, 1932, p. 228 : qui souffloit le feu en la hobette); 1475 Flandre aubette « id. » (Arch. Nord, B 1698, fo3 vods IGLF Litt. : Par plusieurs fois elle l'estoit venu veoir en la petite aubette ou il escripvoit) − 1601 (Simon Goulart, Mémoires de la ligue, cité par Cohen ds Mélanges Thomas, p. 111 d'apr. A. Goosse ds Fr. mod., t. 21, pp. 221-222); repris dep. 1808 milit. (Boiste : Aubète ... espèce de corps-de-garde des bas-officiers); empl. dans la 2emoitié du xixes. en fr. de Belgique au sens de « abri servant de lieu d'attente pour un véhicule de transport en commun » et de « kiosque à journaux » v. M. Piron, Pour une contribution du français régional de Belgique au français universel ds B. de l'Académie royale de lang. et de litt. fr., t. 46, 1968, pp. 43-46, qui souligne l'intérêt qu'aurait le fr. universel à substituer ce mot à ceux de kiosque à journaux et de abri, refuge, cabane, etc. Dér. du m. fr. hobe « cabane, maisonnette » (1422 ds Gdf.), lui-même empr. au m. h. all. hûbe « coiffe, casque » (Lexer); l'évolution de sens vers « cabane » peut se concevoir d'apr. l'all. mod. Haube « bonnet » mais aussi « extrémité d'une chose, entre autres d'une construction : partie supérieure du bâtiment d'un moulin [dans un moulin à vent hollandais], partie supérieure d'une meule charbonnière » (Trubner, s.v. Haube); cf. aussi le néerl. mod. huif « ruche d'abeilles » ds Kluge20. L'all. et ses corresp. germ. (a. sax. hūva, m. b. all., m. néerl. hūve, ags. hūfe, a. nord. hufa « bonnet ») sont issus du germ. *hūbon (Kluge20) à rattacher lui-même à la racine i.-e. *keu-bh- « voûte » (IEW t. 1, pp. 590-591). À rapprocher de l'a.fr. huve « coiffure » (ca 1230 Eustache le Moine ds Gdf.) empr. à l'a.b.frq. *hûba « coiffe », appartenant à la même famille germanique.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Cohen (G.). Parler belge : aubette. In : [Mél. Thomas (A.)]. Paris, 1927, pp. 109-120. − Gruss 1952. − Le Clère 1960. − Pohl (J.). La Maison ds les fr. marginaux. Vie Lang. 1969, p. 86, 149.

Wiktionnaire

Nom commun

aubète \o.bɛt\ féminin

  1. Variante orthographique de aubette.
    • De notre fragile aubète improvisée, nous regardâmes, tassés les uns contre les autres, cette mousquetade liquide balayer les quelques toises qu’elle nous donnait le loisir de voir, car nous avions même perdu de vue la base de l’artimon. — (Nicolas Grondin, L’énigme de la diane - De l'iroise aux caraïbes, 2010)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « aubète »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aubète obɛt

Traductions du mot « aubète »

Langue Traduction
Anglais aubète
Espagnol aubète
Italien aubète
Allemand aubète
Chinois 奥贝特
Arabe aubète
Portugais aubète
Russe aubète
Japonais aubète
Basque aubète
Corse aubète
Source : Google Translate API

Aubète

Retour au sommaire ➦

Partager