La langue française

Atlantisme

Sommaire

  • Définitions du mot atlantisme
  • Étymologie de « atlantisme »
  • Phonétique de « atlantisme »
  • Évolution historique de l’usage du mot « atlantisme »
  • Citations contenant le mot « atlantisme »
  • Traductions du mot « atlantisme »

Définitions du mot « atlantisme »

Wiktionnaire

Nom commun

atlantisme \at.lɑ̃.tism\ masculin

  1. (Politique) Doctrine prônant une forte coopération entre les États-Unis d’Amérique, le Canada et les pays d’Europe dans les domaines politique, militaire et économique.
    • Malgré ses accents gaulliens passés, il fait dorénavant montre d’un atlantisme militant.
    • L’atlantisme, c’est une préférence pour l’ordre du monde tel qu’il existe, parce qu’il existe. — (Didier Motchane, Un atlantisme à la charentaise : de Jarnac à Maastricht, dix ans de politique étrangère, 1992)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « atlantisme »

De l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord.  (date à préciser ou à vérifier)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « atlantisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
atlantisme atlɑ̃tism

Évolution historique de l’usage du mot « atlantisme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « atlantisme »

  • Le second, maire de Varsovie, est l’un des leaders de la Coalition civique (KO), une opposition bon teint qui dénonce certes les dérives antidémocratiques du pouvoir et se mobilise contre les réformes sociétales les plus attentatoires aux libertés, mais se réclame d’un atlantisme et d’un conformisme ordo-libéral européen à toute épreuve. Les dernières enquêtes d’opinion lui donnent autour de 30 % des voix. L'Humanité, Pologne. Andrzej Duda, toutes voiles nationalistes dehors | L'Humanité
  • En 2003, nombreux ont été ceux qui ont pris la réaction élyséenne avec des pincettes. La liberté de ton dont ils aiment se réclamer a les limites de l’atlantisme flamboyant. Critiquer la Russie, que l’on n’oublie jamais d’assimiler à son passé soviétique, oui. Décrire la Chine comme le futur impérialisme dominant, pas de problème. Mais dénoncer l’Amérique, fût-elle néoconservatrice et empêtrée dans les conséquences guerrières des théories fumeuses sur le « choc des civilisations », cela vaut illico presto l’accusation d’«anti-américanisme primaire », pour reprendre une formule chère à Bernard-Henri Lévy. Marianne, Guerre en Irak : Jacques Chirac, l’homme qui osa dire non aux Etats-Unis
  • Quand il arrive au pouvoir, en 2000, M. Vladimir Poutine s’efforce de combiner l’atlantisme du début de la période postcommuniste avec la stratégie de Primakov. En 2001 est créée l’Organisation de coopération de Shanghaï (OCS), à l’époque composée de la Chine, du Kazakhstan, du Kirghizstan, de la Russie, du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan — l’Inde et le Pakistan les rejoindront en 2017. Sa naissance marque un pas supplémentaire dans la création d’un système d’alliances non occidental. M. Poutine cherche parallèlement à nouer des liens plus étroits avec l’Union européenne. On envisage même que la Russie adhère à l’OTAN. Mais, au fil des années, avec les interventions américaines en Irak, la décision de M. George W. Bush en 2002 d’abroger le traité antimissile balistique (ABM) de 1972, ainsi que les « révolutions colorées » soutenues par des fondations proches du département d’État, M. Poutine perd ses illusions. Il condamne les États-Unis sans prendre de gants à la conférence sur la sécurité de Munich, en février 2007. Il met en garde contre les dangers d’un « monde unipolaire (…) dans lequel il n’y a qu’un maître, qu’un souverain », et termine en faisant remarquer que la Russie, « avec ses mille ans d’histoire », n’a nul besoin qu’on lui enseigne comment se comporter dans les affaires internationales. Le Monde diplomatique, Le monde vu de Moscou, par Richard Sakwa (Le Monde diplomatique, octobre 2019)
  • Le 14 février 2003, le discours de Dominique de Villepin, porteur du message chiraquien, devant le Conseil de sécurité de l’ONU, incarna ce gaullisme international : en opposant (sans effet sur le terrain) son véto aux États-Unis qui cherchaient l’aval onusien pour attaquer l’Irak, Jacques Chirac marcha dans les pas de son illustre prédécesseur. Depuis, le recul de l’atlantisme est le fait des États-Unis, en particulier depuis que Donald Trump en est le président. Opinion Internationale, Macron à Londres demain pour l’Appel du 18 juin : N’est pas de Gaulle qui veut ! L’édito de Michel Taube - Opinion Internationale
  • Hadrien DESUIN. - L'atlantisme est un courant de pensée très ancien. Dès la Première Guerre Mondiale, des personnalités politiques comme Léon Bourgeois prônent la mise en place d'une diplomatie à l'américaine, ce que Pierre Hassner a appelé «wilsonisme botté». Léon Bourgeois fut le premier président de la SDN en 1919. Le Président Wilson, fils de pasteur presbytérien de Virginie, voulait en finir avec la vieille diplomatie européenne. Selon lui le droit et la morale devaient remplacer les notions d'équilibre des forces et de concert des Nations. Avec le traité de Versailles imposé à l'Allemagne et à l'Autriche-Hongrie, il proposait à l'ancien monde une évangélisation démocratique sous garantie américaine. Avec les résultats que l'on sait. Le Figaro.fr, Du gaullisme au néo-conservatisme, comment la diplomatie française est devenue atlantiste
  • Après une décennie marquée par l’atlantisme, la présidence Macron surprend. La Russie est indéniablement mieux traitée que sous Hollande, ce qui semble «une innovation», selon l’analyste Henri de Grossouvre. Mais la pratique diplomatique n’est pas si catégorique. Analyse. , Emmanuel Macron, tiraillé entre le Grand large et le Continent… et donc bien seul? - Sputnik France
  • Mais Emmanuel Macron se trompe d’objectif. Il oublie l’aspect géostratégique catastrophique de notre relation avec ce pays. La Pologne a choisi son camp : celui de l’atlantisme. Elle ne fait pas confiance à l’Europe. Son protecteur, c’est l’Amérique, son organisation, c’est l’OTAN. Plutôt que de promouvoir le futur de l’Union Européenne, Macron devrait promouvoir les fleurons de l’industrie française. Trois jours avant la venue du Président, la Pologne signait un contrat de 4,6 milliards de dollars avec Washington pour l’achat de 32 Lockheed Martin F-35. Alors que Dassault peine à vendre son Rafale dans tous les pays de l’UE et de l’OTAN, alors que les fleurons de notre industrie militaire peinent à remplir les carnets de commande, alors que le succès économique polonais est en partie dû à ce que le pays touche de l’Union (90 milliards d’euros en 6 ans), il ne se trouve personne, pas même le chef de l’État du pays avec la meilleure industrie militaire du continent, pour rappeler à la Pologne où devraient aller ses fidélités. Valeurs actuelles, Visite d'Emmanuel Macron en Pologne : “Le président oublie l’aspect géostratégique catastrophique de notre relation avec ce pays” | Valeurs actuelles

Traductions du mot « atlantisme »

Langue Traduction
Anglais atlanticism
Espagnol atlantismo
Italien atlantismo
Allemand atlantismus
Chinois 大西洋主义
Arabe الأطلسي
Portugais atlantismo
Russe атлантизм
Japonais 大西洋
Basque atlanticism
Corse atlantisimu
Source : Google Translate API
Partager