La langue française

Assyriologie

Définitions du mot « assyriologie »

Wiktionnaire

Nom commun

assyriologie \a.si.ʁjɔ.lɔ.ʒi\ féminin (pluriel à préciser)

  1. Connaissance de la langue et des antiquités de l’Assyrie et de la Babylonie.
    • Il est un domaine, enfin, pour lequel l’assyriologie revêt une importance capitale, c’est celui des études bibliques. — (Paul Garelli, L’Assyriologie, 1964)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ASSYRIOLOGIE (a-ssi-ri-o-lo-jie) s. f.
  • Étude des choses relatives à l'Assyrie. Grâces à leurs efforts [de trois savants], en quelques années la science de l'assyriologie s'est trouvée fondée, et le déchiffrement de l'antique système graphique de Ninive et de Babylone est devenu un fait acquis, Fr. Lenormant, Manuel de l'hist. anc. t. II, p. 155, 4e édit.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « assyriologie »

(Avant 1866) Dérivé de Assyrie avec le suffixe -logie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « assyriologie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
assyriologie asiriɔlɔʒi

Évolution historique de l’usage du mot « assyriologie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « assyriologie »

  • Notre invitée du jour, l'assyriologue Cécile Michel, s'interrogera autour de la question suivante : «Comment faire de l'assyriologie aujourd'hui ?» RFI, Comment faire de l’assyriologie aujourd’hui? - Autour de la question
  • Jean-Marie Durand s’interroge sur les sources, leurs lacunes : « comment est-il possible de croire en la médecine, comme nous l’entendons aujourd’hui, dans un monde où tout est décidé par les dieux ? » Cette communication montre la vitalité de l’histoire de la médecine pour l’assyriologie en France. , Les premiers médecins en Mésopotamie, l'exemple de Mari
  • Je fais partie d’un syndicat d’experts depuis plus de 32 ans. L’égyptologie, c’est vraiment ce que je préfère parce que je trouve que les objets sont encore plus beaux, et le mot « encore » est important. Après c’est comme tout choix esthétique, il est personnel. Mais je vais aussi dans les congrès d’assyriologie, je vends beaucoup de livres de documentation sur l’histoire de la Mésopotamie et son écriture cunéiforme, je m’intéresse aussi aux Hittites qui vivaient dans l’actuelle Turquie. J’ai plus de 23 000 titres de livres référencés, j’aime aller dans les congrès internationaux écouter les conférences, voir ce qui a été découvert. Être expert c’est magique ! Un jour quelqu’un vous appelle à la suite d’une succession, la personne décédée collectionnait les objets d’archéologie et les enfants veulent les vendre. Pour moi c’est Noël, on se demande ce que l’on va découvrir ! L’objet d’archéo n’est pas un objet tape à l’œil, c’est un objet sensible. Ce ne sont pas obligatoirement des objets exceptionnels, mais moi je suis émue par tous les objets d’archéologie. L’objet du quotidien aussi est exceptionnel, de toute façon il a au moins 2 000 ans c’est exceptionnel d’avoir ces objets-là ! Le Telegramme, Le Télégramme - Brest - Le grand entretien. Brigitte Cordelle, expert en égyptologie
  • « Mon expérience de l’archéologie orientale a débuté par la fouille du temple du dieu Soleil, à Larsa, en 1974, à laquelle j’eus la chance d’être associé par Jean-Louis Huot, alors que je débutais mon année de maîtrise. Plus tard, je fus amené à m’intéresser de manière approfondie au grand sanctuaire d’Ur, dont j’étudiais le clergé dans ma thèse d’Etat. (…) Si j’ai décidé de consacrer aux temples mésopotamiens ma première année de cours au Collège de France, en 2014-2015, c’est avant tout parce qu’un tel thème me fournissait une occasion privilégiée d’aborder un aspect essentiel de la civilisation mésopotamienne de manière globale, en combinant les informations des textes avec les témoignages matériels des fouilles. Il convient en effet de « dépasser les frontières », selon le beau mot d’ordre du CNRS. Celles qui séparent les archéologues, des épigraphistes, n’est d’ailleurs pas la seule : à l’intérieur même de l’assyriologie, les spécialistes de la littérature ne voient pas toujours ce que les documents d’archives peuvent apporter, et la nécessaire spécialisation coupe trop souvent la sumérologie du reste du domaine cunéiforme. (…)  France Culture, Histoire des fouilles et des publications - Ép. 1/10 - La ville d'Ur à l'époque paléo-babylonienne
  • Lorsqu’on me demande quel est mon métier, j’évite de répondre que je suis « assyriologue » pour ne pas mettre mon interlocuteur dans l’embarras. Quand je le fais, on me répond parfois : « Ah oui, vous travaillez sur les hiéroglyphes. » Eh non, l’assyriologue n’est pas un égyptologue. Il est vrai que le mot assyriologue a été forgé par Ernest Renan en 1859 sur le modèle d’égyptologue. Au contraire de l’égyptologue, l’assyriologue n’était donc pas, ipso facto, un archéologue. L’assyriologue s’occupait de déchiffrer les textes en langue assyrienne découverts en quantité dans le nord de l’Irak actuel, l’ancienne Assyrie, à partir de 1843. On s’aperçut peu après que, outre l’assyrien, l’écriture cunéiforme avait servi pour une langue-sœur, le babylonien : babylonien et assyrien avaient divergé vers 2000 avant notre ère à partir de leur ancêtre, une langue sémitique que leurs locuteurs eux-mêmes désignaient comme « akkadien ». Par ailleurs, à partir de 1877, les fouilles de Tello montrèrent que, avant l’akkadien, le cunéiforme avait servi à écrire une langue complètement différente, le sumérien. La sumérologie devint donc peu à peu une branche particulière de l’assyriologie au sens large. Et la suite des recherches montra qu’au cours du IIe millénaire avant notre ère, l’écriture cunéiforme avait aussi été employée pour noter d’autres langues, (comme le hourrite, le hittite ou l’élamite). Dès lors, le terme assyriologue est devenu ambigu : dans son acception large, il désigne toute personne qui étudie des textes notés dans l’écriture cunéiforme. Mais ces textes, écrits dans des langues très différentes, relèvent de civilisations distinctes, même si elles ont été en contact suffisamment étroit pour partager une même écriture.  France Culture, La formation des scribes et le problème de la littéracie - Ép. 9/10 - La ville d'Ur à l'époque paléo-babylonienne

Traductions du mot « assyriologie »

Langue Traduction
Anglais assyriology
Espagnol asiriología
Italien assiriologia
Allemand assyriologie
Chinois 骨科
Arabe علم الآشوريات
Portugais assiriologia
Russe ассириология
Japonais アッシリア学
Basque assyriology
Corse assiriolugia
Source : Google Translate API

Synonymes de « assyriologie »

Source : synonymes de assyriologie sur lebonsynonyme.fr

Assyriologie

Retour au sommaire ➦

Partager