La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « assir »

Assir

Définitions de « assir »

Wiktionnaire

Verbe - français

assir \a.siʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. (Canada) (Acadie) Mettre quelqu’un sur un siège ou sur quelque chose qui tient lieu de siège.
    • V’nez vous assir icitte, l’pér.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « assir »

une des trois versions du verbe asseoir : outre celles où on dit "assoyez-vous" ou "asseyez-vous", il y avait à Paris une conjugaison qui donnait "assisez-vous", qui a survécu au Québec et ailleurs en Amérique du Nord, sans toutefois être reconnue officiellement. Cependant, la BDL de l'OQLF, outre un article sur les conjugaisons en "assoyez" et "asseyez"[1], a aussi un article sur "asseoir" expliquant "assir", mais l'écrit "assire", attesté dans des textes en MF et dont la finale en "-re" contracté à partir du latin "assidere".[2] Si aujourd'hui on écrit "assir", c'est peut-être que c'est par l'oral que ce verbe a été préservé et que -ir/-ire sont des terminaisons homophones parmi lesquelles des gens ont choisi la plus fréquente en français pour reconstituer l'écrit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Évolution historique de l’usage du mot « assir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « assir »

  • Plusieurs partisans du cheikh salafiste jihadiste, Ahmad el-Assir, ont manifesté après la prière du vendredi à Saïda, pour réclamer la libération du prédicateur sunnite, arrêté en 2015 suite à des combats meurtriers contre l'armée libanaise au Liban-Sud, rapporte notre correspondant dans la région, Mountasser Abdallah. L'Orient-Le Jour, Des partisans du cheikh salafiste Assir manifestent pour réclamer sa libération - L'Orient-Le Jour
  • La déclamation des xassidas a été assurée tour à tour par les dahiras Tayssirul Assir, Touba Tawféx et enfin clôturer le tout le Dahira Nourou  Darayni Sicap Rue 10, qui assure la déclamation depuis le début. Teranga News, Récital du Coran, déclamation des Khassaides, Zikrullah et Berndé, le Ngontu Qacida fait son retour en 2022 - Teranga News
  • Le cheikh salafiste jihadiste Ahmad el-Assir. Photo d'archives ANI L'Orient-Le Jour, Ahmad el-Assir condamné à 20 ans de travaux forcés pour les affrontements de Bhanine en 2014 - L'Orient-Le Jour
  • Konm zot i oi nou la pou kontinyé noute batkaré dann bande provèrb péi Haïti. Provèrb-la lé sinp si i rogarde son sanss prop ki di konmsa : avan grinpe dsi in pyé d’boi vèye bien si ou va gingn ardsann apré. Toute saké tan pti la grinpe dsi pyé d’boi i konpran amwin mi panss. In prékossion bien nésséssèr. Mé dsi lo poinnvizé lo sanss figuiré sanm pou mwin lo sanss pli zénéral sé kan wi angaz aou dann in prozé i fo assir aou wi koné bien lo détaye, konm k’i diré lo tonan é lo zaboutissan. Sansa lé riskab ariv aou kékshoz ou i atann pa. An atandan, mi souète zot i roflésjhi bien kozman-la pars sa i pé rande azot bien sèrviss. Témoignages.RE - https://www.temoignages.re, « Avan grinp dsi pyédboi, assir aou bien ou va gingn ardéssann » - Oté - Témoignages
  • Traqué par l’ensemble des services de sécurité libanais, l’imam salafiste Ahmad al-Assir a été arrêté le 15 août dans l’aéroport de Beyrouth. Accusé d’avoir provoqué la mort de soldats libanais, il risque la peine de mort. Portrait. France 24, La chute du salafiste Ahmad al-Assir, hors-la-loi le plus recherché du Liban
  • A gauche, le cheikh salafiste Ahmad el-Assir, à droite le chanteur devenu salafiste Fadl Chaker. REUTERS/Jamal Saidi L'Orient-Le Jour, Affrontements de Abra : Ahmad el-Assir condamné à mort - L'Orient-Le Jour
  • Son nom complet est Abdul Rahman Salaheddine El-Assir. Né le 26 avril 1950 à Beyrouth, il fait partie d'une caste très fermée : celle des vendeurs d'armes. Par commodité, on dit plutôt "intermédiaires", c'est moins péjoratif. [...] Sous le gouvernement d'Edouard Balladur (1993-1995), Abdul Rahman El-Assir réussit une prouesse. Il est choisi par les autorités françaises pour être l'intermédiaire dans les deux plus gros marchés d'armement du moment. Le premier est le contrat des sous-marins Agosta destinés au Pakistan, signé le 21 septembre 1994. Le second, dit "Sawari II", porte sur les frégates Lafayette vendues à l'Arabie saoudite, et signé le 19 novembre 1994. La DCN, constructeur des sous-marins et des frégates, est en première ligne sur les deux opérations, qui dépassent au total les 3,7 milliards d'euros.  LExpress.fr, Abdul Rahman El-Assir et Ziad Takieddine: les "intermédiaires" de l'affaire Karachi - L'Express

Assir

Retour au sommaire ➦

Partager