La langue française

Arrête-bœuf

Définitions du mot « arrête-bœuf »

Trésor de la Langue Française informatisé

ARRÊTE-BŒUF, subst. masc.

BOT. Nom vulgaire d'une plante légumineuse papilionacée épineuse, dont les racines très résistantes et faisant obstacle au soc de la charrue comptaient parmi les cinq racines apéritives mineures des Anciens. Synon. bugrane commune (épineuse) ou bugrande :
La brise, en soufflant par la brèche, faisait siffler une plante d'arrête-bœuf penchée en dehors de la muraille; et quelques gouttes d'eau, tombées du ciel devenu gris, annonçaient dès midi que la journée finirait mal. Amiel, Journal intime,1866, p. 411.
PRONONC. ET ORTH. : [aʀ εtbœf]. Barbeau-Rodhe 1930 donne également la possibilité de prononcer : aʀ εd-(sonorisation de [t] par [b] suivant). Plur. des arrête-bœuf (cf. Quillet 1965).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1545 (Guill. Gueroult, Hist. des Plantes, 44, cité par Delboulle ds R. Hist. litt. Fr., t. 2, p. 261 : Ononis ou arreste-bœuf croist en terre grasse cultivée, en terre glutineuse). Composé de la forme verbale arrête (arrêter*) ainsi dénommé parce que les racines de la plante arrêtent le bœuf traînant la charrue. Mot pop., issu des dial. (FEW t. 1, p. 146a) cf. bugrane.
BBG. − Alex. 1768. − Bouillet 1859. − Brard 1838. − Littré-Robin 1865. − Nysten 1824. − Privat-Foc. 1870. − Roll. Flore t. 4 1967, p. 111.

Wiktionnaire

Nom commun

arrête-bœuf masculin (orthographe traditionnelle) invariable

  1. (Botanique) Nom donné souvent aux bugranes (Papilionacées du genre Ononis), parce que leurs racines traçantes font obstacle à la charrue.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ARRÊTE-BŒUF. n. m.
T. de Botanique. Nom donné souvent à la bugrane, parce que ses racines traçantes font obstacle à la charrue.

Littré (1872-1877)

ARRÊTE-BŒUF (a-rê-te-beuf) s. m.
  • Nom vulgaire de l'ononis spinosa, plante indigène qui croît dans les terrains cultivés, et dont la racine est réputée diurétique.

HISTORIQUE

XVIe s. Arreste-bœuf, herbe cognuë du laboureur, par eux ainsi premierement appelée, pour l'empeschement que les racines lui donnent en labourant, jusques à arrester les bœufs ; elle est des Grecs ditte ononis, De Serres, 614.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

Arrête-bœuf, anonis, (Hist. nat. bot.) genre de plante à fleur papilionacée : il s’éleve du calice un pistil qui devient dans la suite une gousse renflée, plus longue dans quelques especes, plus courte dans d’autres. Elle est composée de deux cosses qui renferment quelques semences ordinairement de la figure d’un petit rein. Ajoûtez aux caracteres de ce genre que chaque pédicule porte trois feuilles ; cependant on en trouve quelques-uns qui n’en portent qu’une. Tournefort, Inst. rei herb. Voy. Plante. (I)

* Cette plante donne dans l’analyse chimique beaucoup d’huile, de sel acide, & de terre ; une quantité médiocre de sel fixe, & très-peu d’esprit urineux. Ces principes sont enveloppés par un suc visqueux, qui se détruit par le feu. Le suc de la bugrande, ou arrête-bœuf, rougit un peu le papier bleu. Ses feuilles ont une saveur de légume, sont fétides & gluantes : c’est ce qui a fait dire à M. Tournefort, que cette plante est composée d’un sel presque semblable au tartre vitriolé, enveloppé dans du phlegme, & dans beaucoup de terre & de soufre.

On compte communément sa racine parmi les cinq racines apéritives. En effet, elle résout puissamment les humeurs épaisses, elle est salutaire dans les obstructions rebelles du foie & de la jaunisse ; elle soulage dans la néphretique & les suppressions d’urine. S. Pauli la regarde comme un excellent remede au calcul des reins & de la vessie. Matthiole la recommande pour les excroissances charnues ; Ettmuller la croit utile pour le sarcocelle. Voyez Mat. Med. de Geoffroy, le reste du détail de ses propriétés, & les compositions qu’on en tire.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « arrête-bœuf »

Arrêter, bœuf.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Composé de arrêter et de bœuf.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « arrête-bœuf »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
arrête-bœuf

Évolution historique de l’usage du mot « arrête-bœuf »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « arrête-bœuf »

  • La bugrane épineuse, aussi appelée arrête-bœuf, tabouret du diable ou encore herbes aux ânes est une plante de la famille des Fabacées. Elle est originaire de l’Europe, mais se retrouve également en Asie et dans certaines régions de l’Afrique du Nord. Devenue rare, la bugrane épineuse pousse dans les sols calcaires, dans les terres sableuses  et les talus. Presse santé, Quels sont les usages thérapeutiques de la bugrane épineuse ?

Images d'illustration du mot « arrête-bœuf »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « arrête-bœuf »

Langue Traduction
Anglais beef stopper
Espagnol tapón de carne
Italien tappo di manzo
Allemand rindfleischstopper
Chinois 牛肉塞
Arabe سدادة لحم البقر
Portugais rolha de carne
Russe пробка для говядины
Japonais ビーフストッパー
Basque behi tapoia
Corse tappu di vittura
Source : Google Translate API

Arrête-bœuf

Retour au sommaire ➦

Partager