La langue française

Arpège

Définitions du mot « arpège »

Trésor de la Langue Française informatisé

ARPÈGE, subst. masc.

A.− MUS., CHANT
1. [Principalement dans l'exercice du piano, du violon, de la harpe, de la guitare et de certains instruments à vent] Ensemble des notes d'un accord jouées ou chantées successivement et rapidement du grave à l'aigu (arpège ascendant) et de l'aigu au grave (arpège descendant). Faire des arpèges :
1. L'orgue roule, perdu en modulations amollissantes, tour à tour tendre et grave, parfois avec de légers arpéges qui voltigent comme un essaim d'abeilles lumineuses éparpillées dans l'éther serein. Taine, Notes sur Paris,Vie et opinions de M. F.-T. Graindorge, 1867, p. 194.
2. ... d'autres cherchaient querelle au musicien sur son esthétique, sur son « réalisme grossier » dont l'arpège ascendant du thème de Louise leur semblait le symbole. R. Dumesnil, Hist. ill. du théâtre lyrique,1953, p. 201.
Rem. Dans les instruments à cordes, l'exécution des notes en arpège prend aussi le nom de batterie (cf. Gevaert, Traité d'harmonie, 1885, p. 54).
P. méton. ,,Leçon notée pour apprendre à faire des arpèges. Recueil d'arpèges et de solfèges.`` (Besch. 1845).
2. P. ext. Notes d'un accord exécutées ou chantées dans une succession rapide :
3. MmeArnoux, se croyant seule, s'amusait à chanter. Elle faisait des gammes, des trilles, des arpèges. Il y avait de longues notes qui semblaient se tenir suspendues; d'autres tombaient précipitées, comme les gouttelettes d'une cascade; et sa voix, passant par la jalousie, coupait le grand silence, et montait vers le ciel bleu. Flaubert, L'Éducation sentimentale,t. 1, 1869, p. 104.
P. anal. [S'appliquant aux oiseaux] Succession de petites notes rapides et sifflées (cf. Amiel, Journal intime, 1866, p. 313).
3. Loc. En arpège(s)
a) MUS. [En parlant d'une écriture ou d'une interprétation musicale] :
4. Mille chats qui miaulent dans la nuit (...) n'existent pas et comptent pour rien par rapport à un piano dont toutes les cordes se rompent d'un coup en faisant éclater le ventre de la caisse de résonance et miaulent en arpège toutes les notes, du grave à l'aigu et de l'aigu au grave. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 266.
b) CHANT. Vocalises en arpèges. Vocalises sur la base d'un accord.
P. anal. De manière arpégée. La trompe d'une auto sonna en arpège (L'Enseign. en France, L'Enseign. de la mus. et l'éduc. musicale, 1, 1950, p. 18).
B.− Emplois anal. et métaph. [S'appliquant à certains bruits rappelant les sons d'un arpège ou d'une suite d'arpèges] Les arpèges du vent, des essieux de la charrette :
5. L'eau s'égouttant des rames faisait de petits arpèges, des notes chromatiques. R. Rolland, Jean-Christophe,Le Matin, 1904, p. 120.
C.− Au fig.
1. [S'appliquant à la lumière] Déploiement, assortiment ou succession de signaux lumineux évoquant les notes d'un accord :
6. ... Ou les cygnes royaux sur ses bords d'ouvrir l'aile, Graduel déploiement d'un plumage inégal Qui mire dans l'eau plane un arpège de plumes! Rodenbach, Le Règne du silence,Le cœur de l'eau, 1891, p. 59.
2. [S'appliquant aux sentiments] Au plur. Aspects successifs et nuancés d'un même sentiment :
7. La douleur est chose très musicale, on peut presque en parler en termes de musique. Il y a des douleurs graves et d'aiguës, des andante et des furioso, des notes prolongées, points d'orgue, et des arpèges, des progressions − de brusques silences, etc... Valéry, Monsieur Teste,1895, p. 134.
PRONONC. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [aʀpε:ʒ]. 2. Hist. : Ac. écrit arpège avec è accent grave à partir de l'éd. de 1878; Ac. 1835 écrit arpège ou arpègement (cf. aussi Gattel 1841). Nod. 1844, Fél. 1851 et Littré transcrivent le mot avec [e] fermé et l'écrivent avec é accent aigu. Pour cette graph. cf. aussi Besch. 1845 et Lar. 19e.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1751 (Encyclop. Arpeggio, Arpège ou Arpégement, manière de faire entendre successivement & rapidement les divers sons d'un accord, au lieu de les frapper tous à la fois. [...] Arpeggio est un mot Italien que nous avons francisé par celui d'arpége; il vient du mot arpa, à cause que c'est du jeu de la harpe qu'on a tiré l'idée de l'arpégement); 2. 1907 arpeggio « signe commandant un arpège » (Lar.). 1. Empr. à l'ital. arpeggio (Gohin, 327; Brunot VI, 1236; Nyrop I, § 67; Kohlm. 29) mus. « id. » attesté dep. fin xviie-début xviiies. (Salvini [1653-1729], Discorsi academici V, 30 ds Batt.), déverbal de arpeggiare, xviie-xviiies. Note al Malmantile, ibid., lui-même dér. de arpa (harpe*); 2 nouvel empr. à l'italien.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 56.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Bouillet 1859.

Wiktionnaire

Nom commun

arpège \aʁ.pɛʒ\ masculin

  1. (Musique) Accord dont on fait entendre successivement les notes, au lieu de les frapper toutes à la fois comme dans l’accord plaqué.
    • Le diable musique, ce démon qui secoue un trousseau étincelant de strettes, de trilles et d’arpèges, se fut emparé du pauvre sourd. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • Monk appuie souvent ses solos sur des arpèges, c’est-à-dire sur des notes constitutives d’accords, égrenés l’une à la suite de l’autre, et non sur les fameuses gammes et phrases bebop qui font maintenant irruption dans l’improvisation. — (Laurent de Wilde, Monk, 1996, collection Folio, page 182)
    • Jamais on n’attrapera Monk à faire ces arpèges en guimauve dont les pianistes sont si friands, qui se finissent à l’extrémité du clavier, et qui les transforment momentanément en harpistes. — (Laurent de Wilde, Monk, 1996, collection Folio, page 230)
  2. (Par extension) Suite musicale de sons arrangés.
    • Nous voulions l’arpège. Le chant. Le gazouillis des mots. — (Manoel de Barros, L’enfant des bois, poésie brésilienne traduite du portugais par Max de Carvalho)

Forme de verbe

arpège \aʁ.pɛʒ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe arpéger.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe arpéger.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe arpéger.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe arpéger.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe arpéger.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ARPÈGE. n. m.
T. de Musique. Accord dont on fait entendre successivement et rapidement les notes, au lieu de les frapper toutes à la fois comme dans l'accord plaqué. Faire des arpèges.

Étymologie de « arpège »

De l’italien arpeggiare (« jouer de la harpe »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « arpège »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
arpège arpɛʒ

Évolution historique de l’usage du mot « arpège »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « arpège »

Langue Traduction
Anglais arpeggio
Espagnol arpegiar
Italien arpeggio
Allemand arpeggio
Chinois 琶音
Arabe صوت تتابعي
Portugais arpejo
Russe арпеджио
Japonais アルペジオ
Basque arpeggio
Corse arpeggio
Source : Google Translate API

Arpège

Retour au sommaire ➦

Partager