La langue française

Apoprotéine

Sommaire

  • Définitions du mot apoprotéine
  • Étymologie de « apoprotéine »
  • Phonétique de « apoprotéine »
  • Évolution historique de l’usage du mot « apoprotéine »
  • Citations contenant le mot « apoprotéine »
  • Traductions du mot « apoprotéine »

Définitions du mot apoprotéine

Wiktionnaire

Nom commun

apoprotéine \a.pɔ.pʁɔ.te.in\ féminin

  1. (Biochimie) Protéine liée aux lipides dans le sang.
    • Si nous considérons nos résultats dans cette optique, il apparaît que l’apoprotéine doit être secrétée par le magnum. — (Centre national de la recherche scientifique: Annales de la nutrition et de l’alimentation, volume 19, 1965)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « apoprotéine »

(Date à préciser) Dérivé de protéine avec le préfixe apo-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « apoprotéine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
apoprotéine apɔprɔtein

Évolution historique de l’usage du mot « apoprotéine »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « apoprotéine »

  • Dans le sang, les lipides, insolubles en milieu aqueux, sont associés à des protéines spécifiques appelées apoprotéines, pour former de gros assemblages appelés lipoprotéines. Les lipoprotéines de basse densité (L.D.L. Low Density Lipoprotein) ont pour rôle d'apporter le cholestérol indispensable au bon fonctionnement des membranes cellulaires. Elles pénètrent donc dans la cellule grâce à un récepteur spécifique à leur apoprotéine. Sous l'effet des radicaux libres et du stress oxydatif cette apoprotéine est modifiée et ne peut plus être reconnue. Les LDL seront donc condamnées à continuer de circuler et à être de nouveau la proie du stress oxydatif. , Le stress oxydatif
  • À peine cinquante-quatre ans plus tard, en mai 2007, le génome d'un individu est pour la première fois entièrement séquencé. Et c'est celui de… James Watson. L'information, toutefois, ne sera publiée dans la revue Nature par deux laboratoires américains qu'en avril 2008. Maintenant, toutes les données recueillies doivent être interprétées. Notons seulement que Watson a refusé que son gène de l'apoprotéine E, dont certaines formes favorisent la maladie d'Al­zheimer, soit analysé : sa grand-mère est décédée de cette grave affection neurologique et il ne tient pas à connaître ses prédis­positions. En revanche, un de ses fils est schizophrène et il espère que le décryptage de son génome permettra de mieux comprendre l'ori­gine de cette maladie psychiatrique grave. Le Figaro.fr, Le génome du «père» de l'ADN dévoilé
  • Le célèbre biologiste américain James Watson, découvreur de la molécule d'ADN, support chimique du matériel génétique, a accepté l'an dernier, à l'âge de 79 ans, que soit séquencée et publiée dans la revue britannique Nature l'intégralité de ses propres gènes. Sauf un. Il a refusé que le gène de l'apoprotéine E, dont on sait qu'il peut prédisposer à la maladie d'Alzheimer, soit analysé : sa grand-mère étant morte de cette démence, il s'est vivement opposé à découvrir ses propres risques en la matière. Il savait pertinemment, au cas où il aurait été porteur de la forme délétère du gène, que la médecine ne lui serait d'aucun secours, faute de traitement préventif et curatif. Et qu'il risquait juste de se morfondre d'angoisse jusqu'à la fin de ses jours. Le Figaro.fr, Médecine prédictive,une arme à double tranchant
  • L’essai ILLUMINATE a montré que le dogme qui déclare un coup une molécule de cholestérol comme "gentille" (quand elle est accompagnée d’une apoprotéine A1) et un coup comme "vilaine" (quand elle est accompagnée d’apoprotéines B100) est un piège. , La saga du cholestérol - Atoute.org
  • Le diagnostic est effectué sur la base de tests neuropsychiques mettant en évidence l’association des troubles de la mémoire et d’autres troubles cognitifs (langage, difficulté à réaliser des activités motrices sans avoir de déficit moteur, à reconnaître des objets, etc.). Dans un cas pour mille, il existe une forme génétique familiale. Certains traits génétiques (posséder la forme « ε4 » du gène de l’apoprotéine E) représentent un facteur de risque de maladie d’Alzheimer. Le Monde.fr, Diagnostic, évolution, traitement : ce que l’on sait de la maladie d’Alzheimer

Traductions du mot « apoprotéine »

Langue Traduction
Anglais apoprotein
Espagnol apoproteína
Italien apoprotein
Allemand apoprotein
Chinois 载脂蛋白
Arabe أبوبروتين
Portugais apoproteína
Russe апопротеинового
Japonais アポタンパク質
Basque apoprotein
Corse apoproteina
Source : Google Translate API
Partager