La langue française

Antitype

Sommaire

  • Définitions du mot antitype
  • Étymologie de « antitype »
  • Phonétique de « antitype »
  • Évolution historique de l’usage du mot « antitype »
  • Citations contenant le mot « antitype »
  • Traductions du mot « antitype »
  • Synonymes de « antitype »

Définitions du mot « antitype »

Trésor de la Langue Française informatisé

ANTI(-)TYPE,(ANTI TYPE, ANTI-TYPE) subst. masc.

Rare. Personne ou chose dont le type s'oppose à un type donné :
1. Les étrangers, nos anti-types, comme disait MmeAbel, les Anglais tenaces et les lourds Allemands, nous considèrent et nous considéreront jusqu'à la fin des siècles, avec un certain étonnement mêlé de mépris. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, L'Homme-fille, 1883, p. 612.
2. L'ermite est seul devant Dieu. La hutte de l'ermite est l'antitype du monastère. Bachelard, La Poétique de l'espace,1957, p. 46.
Rem. 1. Attesté uniquement ds Littré. 2. Pour le sens relig., cf. infra hist. Il s'agit en fait d'un autre mot (cf. étymol.).
PRONONC. ET ORTH. − Dernière transcription ds Littré : an-ti-ti-p'. Les dict. écrivent le mot sans trait d'union.
ÉTYMOL. ET HIST. I.− 1704 relig. (Trév. : Antitype. Mot grec qui est la même chose que type ou figure [...]. Ce même mot d'antitype, signifie dans les anciens Peres Grecs et dans la Liturgie Greque de S. Basile les symboles du pain et du vin dans l'Eucharistie); subsiste ds les dict. jusqu'à Lar. encyclop. II.− 1877 l'opposé d'un type (H. Blaze de Bury, Rev. des Deux-Mondes, 15 mars 1877, p. 265 ds Littré : Lucrèce connut-elle à cette époque l'ami futur de cette noble Victoria Colenna, son antitype?). I empr. au gr. eccl. (τ ο ̀) α ̓ ν τ ι ́ τ υ π ο ν (composé de τ υ ̀ π ο ς « figure » et α ̓ ν τ ι ́- « qui est à la place de ») « représentation, image, en parlant des Saintes Espèces qui voilent le corps et le sang du Christ » (G. de Nazianze, ives., 1, 809, Migne ds Bailly); empr. par le lat. antitypum « id. » (Didasc. apost., 78, 18 ds Blaise); II dér. de type*; préf. anti-* « qui est opposé ».
STAT. − Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Bible 1912. − Foi t. 1 1968.

Wiktionnaire

Nom commun

antitype \ɑ̃.ti.tip\ masculin

  1. Type opposé ou contraire.
    • En fait, le surhomme apparait comme l’antitype de l’homme démocratique. — (Marcel Gauchet, La Crise du libéralisme, NRF, 2007, page 41)
    • Je ne voulais pas être amoureuse de mon mari, et j’ai résolu de prendre mon antitype ; moi qui aime les gars, j’ai pris un homme mièvre. — (Charles Virmaître, Les Flagellants et les flagellés de Paris, Charles Carrington, 1902, page 261)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ANTITYPE, s. m. (Théol.) du grec ἀντίτυπος formé de la préposition ἀντὶ, pour, au lieu, & de τύπος, figure, nom qui dans sa propre signification veut dire ce que l’on met à la place d’un type, d’une figure. Voyez Type.

On trouve dans le nouveau Testament deux endroits, où le mot ἀντίτυπος est employé, & dont le sens a donné lieu à bien des controverses : 1°. dans l’épitre aux Hébreux, chap. jx. vers. 24. Non in manufacta sancta Jesus introivit, exemplaria (Græcè, ἀντίτυπα) verorum, sed in ipsum cælum, ut appareat nunc vultui Dei pro nobis, Or τύπος signifie le modele sur lequel une autre chose est faite, & Dieu avoit ordonné à Moyse de faire le tabernacle & tout ce qu’il contenoit, conformément au modele qui lui avoit été montré sur la montagne, &c. fac secundum exemplar quod tibi in monte monstratum est, Exod. xxv. vers. 40. d’où il s’ensuit que le tabernacle construit par Moyse, étoit antitype par rapport à celui dont Dieu lui avoit tracé le modele, & type ou figure du ciel, où Jesus-Christ devoit entrer pour intercéder en notre faveur, comme le grand-Prêtre des Juifs n’entroit qu’une seule fois chaque année dans le Saint des Saints, afin d’y prier pour le peuple. Une même chose peut donc être à différens égards, type & antitype ; ce qui pourtant ne conclut rien contre le sacrement de l’Eucharistie, qui est quelquefois appelle antitype par les PP. Grecs, comme on le verra dans l’article suivant.

2°. Dans la premiere épitre de S. Pierre, chap. III. vers. 21. le baptême est comparé à l’arche de Noé, qui préserva du déluge universel ce Patriarche & sa famille ; il est appellé dans le grec ἀντίτυπον, ce que la vulgate rend par similis formæ. L’arche étoit le type ou la figure, le baptême est l’antitype, ou l’accomplissement de la figure. (G)

Antitype, ἀντίτυπος, ἀντίτυπα, mots qui se trouvent fréquemment dans les ouvrages des PP. Grecs, & dans la liturgie de leur église, pour exprimer l’Eucharistie, même après la consécration ; d’où les Protestans ont conclu que ce sacrement n’étoit que la figure du corps de Jesus-Christ.

Il est vrai que ce mot se prend pour figure ou type, & c’est en ce sens que Marc d’Ephese, le Patriarche Jérémie, & plusieurs autres Grecs, disent que dans la liturgie de S. Basile, le pain & le vin sont appellés antitypes avant la consécration. Le docteur Smith a remarqué que même après la consécration, les Grecs nomment les especes eucharistiques antitypes, & ne croyent point la consécration achevée par les paroles de Jesus-Christ, hoc est corpus meum, mais après la priere qui les suit, & qu’ils appellent invocation du S. Esprit. M. Simon lui a répondu qu’on voit manifestement par la déclaration des Grecs au concile de Florence, qu’ils reconnoissoient que Jesus-Christ étoit réellement dans l’Eucharistie après la consécration, & que leur différend avec les Latins consistoit seulement à savoir, si après la consécration, les symboles devoient être encore appellés antitypes : mais en revenant à la propre signification du mot antitype, cette difficulté disparoît ; car antitype étant ce qu’on met à la place d’une figure, c’est-à-dire, la réalité, il s’ensuit que les symboles, même après la consécration, contiennent cette réalité ; ce que S. Chrysostome insinue clairement par ces paroles : stat sacerdos, typum adimplens & illa verba fundens, virtus autem & gratia Dei est : dicit, hoc est corpus meum. Hoc verbo proposita consecrantur. D’ailleurs S. Jean Damascene, & les Diacres Jean & Epiphane, expliquant dans le VII. Concile général quelle avoit été sur ce sujet la pensée des anciens liturgistes Grecs, disent que ces auteurs, en nommant l’Eucharistie antitype, avoient égard au tems qui avoit précédé, & non à celui qui suivoit la consécration, ensorte que ces expressions προθέντες ἀντίτυπα, que les sacramentaires rendent par celles-ci, proponentes antitypa, qui marquent le tems présent, doivent être rendues par ces mots : nos qui proposuimus antitypa, qui désignent le tems passé, & par conséquent celui qui a précédé la consécration. Simon, Hist. critiq. de la créance des nat. du Levant. Tourneli, trait. de l’Eucharist. Wuitasse, trait. de l’Euchar. part. II. quæst. IV. art. 2. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « antitype »

Mot dérivé de type avec le préfixe anti-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « antitype »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
antitype ɑ̃titip

Évolution historique de l’usage du mot « antitype »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « antitype »

  • 8Pierre Pénisson se propose d'examiner l'altérité de l'œuvre du point de vue son auteur. Le texte « L’œuvre d’auteur et son antitype dans l’Allemagne classique » part du paradoxe suivant : « l'auteur de l'œuvre en est peut-être l'origine, mais aussi il l'oblitère. Mauvaise altérité donc. Celle-ci étant dénoncée, est-il possible de dégager une autre altérité – positive – de l'œuvre ? » (p. 49) Cette étude porte sur quelques exemples notoires de l'Allemagne classique : Gœthe, Schiller et Herder. Pierre Pénisson analyse également le spectre sémantique des notions allemandes qui se rattachent au concept d'œuvre : Werk, Wirkung, Wirklichkeit. Chercher l'autre de l'œuvre signifie prendre en considération les hypothèses suivantes : l'autre de l'œuvre c'est le peuple (pour la période de l'Allemagne des années 1765-1770), l'autre de l'œuvre c'est le génie (voir l'esthétique du mouvement Sturm-und-Drang), l'autre de l'œuvre se définit en rapport avec la nation (le discours de l'écrivain ne fait que nommer et ex-primer ce 'peuple') (p. 53) ou l'autre de l'œuvre est son archi-œuvre ou l'Œuvre. La conclusion de l'auteur est que « L'autre de l'œuvre, c'est le tout ce qu'elle exprime » (p. 55), où œuvre, nature et auteur coïncident, comme dans le cas des productions littéraires de Shakespeare, à la fois grandioses et monstrueuses (ungeheueur) (p. 54). , L’altérité, modes d’emploi (Acta Fabula)

Traductions du mot « antitype »

Langue Traduction
Anglais antitype
Espagnol antitipo
Portugais antítipo
Source : Google Translate API

Synonymes de « antitype »

Source : synonymes de antitype sur lebonsynonyme.fr
Partager