La langue française

Antiturc

Sommaire

  • Phonétique de « antiturc »
  • Évolution historique de l’usage du mot « antiturc »
  • Citations contenant le mot « antiturc »
  • Traductions du mot « antiturc »

Phonétique du mot « antiturc »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
antiturc ɑ̃tityrk

Évolution historique de l’usage du mot « antiturc »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « antiturc »

  • Malgré son ascension dans les années 1990, le PKK subit le ralliement des factions nationalistes kurdes, le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) et sa scission, l’Union patriotique du Kurdistan (UPK), à Ankara. La Turquie compte sur les « protecteurs de villages », des Kurdes qu’elle subventionne pour combattre le PKK. Cette concurrence entre le PKK et d’autres organisations kurdes a émergé avec la guerre civile en 1994. Il appuya l’UPK antiturc et socialiste, contre le PDK. Ce dernier entretient une relation cordiale avec Ankara. Le Gouvernement régional du Kurdistan (GRK), basé à Erbil, est dirigé par la dynastie Barzani, fondatrice du PDK, considérant la cause kurde en Irak comme plus avancée que celle en Turquie. Le Journal International, Le Kurdistan irakien, faux œil du cyclone : l’éternel bourbier d’Ankara face à la réalité kurde - Le Journal International
  • Votre formulation est ambiguë ! Cela pose le délicat problème de la ‘’nation kurde’’. Existe-t-il une seule et unique politique kurde ? Jusqu’à présent la réponse était non. Ainsi l’on doit reconnaitre à la Turquie, en tant qu'état souverain, le droit de protéger ses frontières et de se défendre contre des mouvements manifestement terroristes. Parmi les Kurdes, il y a eu et il existe toujours un groupe puissant, le PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan), marxiste et autonomiste sinon séparatiste. Depuis 1984, le PKK a mené de nombreuses opérations, parfois en effet terroristes car visant des civils. Le PKK est même reconnu par de nombreux Etats démocratiques comme une organisation terroriste. Seulement, dans le Rojava, cette plaine frontalière entre le nord de la Syrie et le sud de la Turquie, les éléments du PKK sont manifestement très minoritaires et, dans plusieurs zones, absents. Par conséquent, au nord de l'Irak ces dernières années, lorsque l'armée turque se permettait de bombarder des massifs contrôlés par des groupes kurdes (violant ainsi la souveraineté de l’Irak !) qui n'appartenaient pas au PKK mais aux YPG (libérales et/ou nationalistes) créées pour défendre les populations civiles kurdes, Ankara était déjà hors de son droit. Idem aujourd’hui en Syrie, où les Kurdes ne menacent pas sérieusement le puissant État turc. Faire de tout Kurde un terroriste antiturc en puissance, cela relève du déni le plus total du droit international et à certains égards, du droit humanitaire. Atlantico.fr, Attaque sur les Kurdes : ces questions épineuses qui paralysent l’Europe face à Erdogan | Atlantico.fr
  • Pour lui, ces derniers temps, l’UE «s’est transformée en instrument de mouvement antiturc», et ladite décision du Conseil des relations étrangères de l'UE en est un exemple éclatant». , «L’attitude hostile de l’UE face à la Turquie ne donnera rien sinon un regain de tension entre Ankara et Bruxelles» - Sputnik France
  • Les gouvernements arabes ont encouragé en parallèle la réalisation de séries télévisées historiques pour soutenir leur agenda antiturc. Dans cette course au leadership politico-médiatique dans le monde arabe et musulman, la superproduction télévisée émiratie Mamalik Al-Nar (Royaumes du feu) a vu le jour avec un budget de 40 millions de dollars (36 millions d’euros). La série est coécrite par les Égyptiens Mohamed Abd Al-Malik et Ahmad Nada et réalisée par le duo anglo-péruvien Peter Webber et Alejandro Toledo, avec l’assistance d’un personnel de techniciens internationaux. Orient XXI, Les séries télévisées, nouveau terrain d'affrontement entre Turcs et Arabes
  • Je désapprouve Macron car les deux motifs de sa diatribe sur la « mort cérébrale » de l’Otan sont erronés : 1/RETRAIT US DE SYRIE. Macron a tort de dénoncer le départ des troupes US de Syrie vu qu’il n’existe aucune résolution du Conseil de sécurité de l’ONU autorisant un quelconque pays à y envoyer ses soldats. C’est en toute illégalité que les USA d’Obama puis de Trump a depuis juillet 2014 déployé des militaires dans ce pays en violation de sa souveraineté nationale, et aussi illégalement la France de Hollande puis de Macron. 2/ SOUTIEN AUX YPG. Au plan du droit international, Macron a tort de prendre le parti de la faction kurde YPG formant l’ossature des FDS -Forces Démocratiques Syriennes, visée par l’offensive turque d’octobre 2019. Cette milice YPG -Yekîneyên Parastina Gel est une des branches armées du PKK antiturc -Parti des Travailleurs Kurdes classée terroriste par la communauté internationale (USA et de nombreux autres pays) ainsi que par tous les Etats de l’Union européenne dont la France. Donc, en appuyant les YPG, Macron défend ouvertement une mouvance classée terroriste par les instances mondiales. Macron n’a donc vraiment aucune leçon à donner à qui que ce soit en matière de respect de la loi internationale. Je revendique mon droit de citoyen de me désolidariser des erreurs et écarts de ce président dont je considère qu’il porte atteinte au droit international et aux véritables intérêts à la France. L'Obs, Erdogan insulte Macron qu’il juge « en état de mort cérébrale »
  • Selon Mme Rori, « la politique révisionniste du président turc, Recep Tayyip Erdogan, face à la Grèce, Chypre et en mer Égée a pour objectif d’afficher l’émergence de la Turquie comme puissance régionale hégémonique ». Pour la Grèce, il s’agit de se montrer intransigeante quant à sa souveraineté ainsi que de « rassembler un certain électorat grec à propension nationaliste », précise Jean Marcou. « Le ministre grec de la Défense Pános Kamménos et leader du parti populiste d’extrême-droite Grecs indépendants, en coalition avec le parti Syrisa, n’a pas manqué de récupérer l’incident à des fins politiques en usant d’un discours agressif et antiturc », précise Mme Rori. « Les deux parties trouvent finalement leurs comptes dans leurs positions nationalistes », ajoute M. Marcou. C’est dans ce climat de revendications territoriales et populistes que de tels incidents prennent des proportions inquiétantes.  L'Orient-Le Jour, Entre la Grèce et la Turquie, une « paix électrique » - L'Orient-Le Jour
  • Parmi les acteurs les plus zélés de cette mouvance, on trouve un certain Harun Yahya, surnom d'un homme apparemment très aisé, Adnan Oktar, qui livre un combat acharné contre le darwinisme. Il a inondé toutes les centres de décision, les sites Internet et les médias (même la rédaction de L'Express) avec ses livres richement illustrés et des textes de propagande. Les racines de cet acharnement créationniste sont le fondamentalisme et la lecture littérale du Coran, la lutte entre chiites (pour qui l'interprétation est permise) et sunnites (chez lesquels elle est proscrite), la théorie du complot antiturc. Reste la vraie raison: dans ses écrits, Charles Darwin a évoqué "le danger que les autres nations européennes ont encouru, il y a à peine quelques siècles, d'être terrassées par les Turcs..." Le créationnisme est le refus de l'Histoire.  LExpress.fr, Aux origines de l'internationale créationniste - L'Express
  • Sous la domination turque, l’archevêque orthodoxe était le chef religieux des Chypriotes grecs, et, avec le titre d’ethnarque, leur représentant politique. Par la combinaison de la jalousie de la communauté musulmane et de la dégradation de l’administration, la situation des Chypriotes orthodoxes se détériora aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les exactions fiscales étaient monnaie courante, les famines se répétaient, engendrant des révoltes sévèrement réprimées et nombre de chrétiens émigrèrent vers la Crète, le Péloponnèse, Corfou, et même Venise. Au XIXe siècle, la population grecque de l’île, était instruite et ses élites suivaient les péripéties du mouvement des nationalités en Europe. Une partie de ses membres communiait dans la « Grande Idée » de se libérer du joug ottoman et de restaurer l’Empire byzantin. Par conséquent, le déclenchement de la guerre d’indépendance grecque provoqua, en 1821, une répression préventive de la part des autorités ottomanes, ainsi que l’abrogation des pouvoirs de l’Église. Le 9 juillet 1821, les principaux notables grecs — parmi lesquels l’archevêque, Cyprien — furent exécutés. Dès lors, animée d’un sentiment antiturc, une partie des Chypriotes revendiqua l’ enosis , le rattachement à la future Grèce libérée. L’île était désormais impliquée dans les rivalités qui tissaient la Question d’Orient. En 1832, lorsque l’Empire ottoman dut accepter l’indépendance de la Grèce par le traité de Constantinople (signé avec la France, la Grande-Bretagne et la Russie), Chypre en était exclue, malgré le panhellénisme affiché par une partie de sa population. Compensation partielle, la politique de réformes (Tanzimat) entreprise à partir de 1839 par le sultan Abdülmecid Ier marqua le début d’une amélioration dans l’administration de l’île. , Géopolitique de Chypre : un lieu de tensions en Méditerranée orientale
  • Des philosophes, religieux et auteurs notables de l’époque ont également traité de la Turcophobie et parlé même d’une guerre et d’une lutte totale contre les Turcs. L’initiative des personnes telles que Voltaire, Erasmus, John Calvin ou Martin Luther d’écrire des livres turcophobes et d’appeler leurs sociétés à faire la guerre contre les Turcs en employant des discours et actions antiturcs montre cette tendance. Par exemple Martin Luther, fondateur du protestantisme, a deux livres intitulés «Au sujet de la guerre avec les Turcs» et «Sermon à l’armée contre les Turcs». Ou bien tout comme Desiderius Erasmus qui est en réalité un philosophe-théologien néerlandais islamophobe et turcophobe. Théologiquement, les penseurs de l’époque ont œuvré à graver dans l’esprit des européens la compréhension selon laquelle les Turcs sont, pour les européens, un châtiment de Dieu.  , Occident : la montée de la Turcophobie et FETO | TRT Français
  • Certes, la révolution de 1989 à Sofia a été une simple révolution de palais, à l'issue de laquelle les anciens dirigeants communistes, aujourd'hui socialistes, se sont partagé les actifs du pays. Mais c'est exactement ce qui s'est passé à Bucarest et, dans une moindre mesure, à Budapest. Quant au nationalisme ethnique, dont tous les ex-communistes se sont servis pour masquer leur retournement de veste, il fut ici antiturc. Il est aujourd'hui un souvenir. Depuis 1989, musulmans et Turcs se sont vu attribuer les mêmes droits que les autres Bulgares. Alors, d'où provient l'ostracisme des Européens vis-à-vis des Bulgares ? J'ai compris en assistant au vernissage d'une exposition de bijoux italiens, dans un magasin à la mode de Sofia. Champagne français et caviar iranien. Des mannequins, longilignes et habillés par Dries Van Noten ou Dior, accueillent les invitées qui se font déposer par leurs chauffeurs. Leurs gardes du corps attendent dans le froid. Par la vitrine, ils regardent leurs «patronnes» embrasser leurs «meilleures amies», sous les flashs des photographes. C'est tout à fait l'ambiance des héritiers d'apparatchiks dans les lieux branchés de Moscou. Dans un pays où la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté, c'est également ce qui agace nos ambassadeurs. La Bulgarie fait partie de l'Union européenne, mais vit à la Russe. Cela ne passe pas. Le Figaro.fr, Sofia l'européenne, toujours sous influence russe
  • François Hollande ne pâtissant pas de l’image antiturc de son prédécesseur, il n’est pas surprenant que, presque du jour au lendemain, le discours officiel turc ait changé. Pourtant : , Perceptions turques de la France - Turquie Européenne
  • C’est normal, c’est la civilisation. Les plus fort gagnent. Les turcs étaient et sont des guerriers. Il ont combattu en asie, au moyen orient, en Europe et en Afrique. Ce n’est pas pour autant les méchants désigné. La population européenne à envahis et exterminé pratiquement toute les populations autochtones d’Amériques. Pourtant personnes ne va crier qu’il faut faire payer à tous les américains ce qui a été fait. Et en parlant américain ce sont les Européens qui sont aller là bas. Moi je trouve que cet article est profondément antiturcs mais ça c’est pas un soucis. On a appris à gérer avec. Non nous ne sommes pas des barbares. Mais nous saurons nous défendre jusqu’au dernier souffle. AgoraVox, Erdogan s'en va-t-en guerre ou l'histoire d'une raclée mémorable au Karabagh - AgoraVox le média citoyen
  • Malheureusement pour toi, il ne sert à rien de faire de la propagande antiturc. L’ êveque a été assassiné par son chauffeur qui était à son service depuis 4 ans. Il avait qu’à mieux choisir son chauffeur. AgoraVox, L'apéro géant « Saucisson et Pinard » interdit ! - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « antiturc »

Langue Traduction
Anglais anti-turkish
Source : Google Translate API
Partager