La langue française

Antiseigneurial

Sommaire

  • Définitions du mot antiseigneurial
  • Étymologie de « antiseigneurial »
  • Phonétique de « antiseigneurial »
  • Évolution historique de l’usage du mot « antiseigneurial »
  • Citations contenant le mot « antiseigneurial »
  • Traductions du mot « antiseigneurial »

Définitions du mot « antiseigneurial »

Wiktionnaire

Adjectif

antiseigneurial \ɑ̃.ti.sɛ.ɲœ.ʁjal\

  1. Qui s’oppose au seigneur.
    • Antiseigneuriale à certains égards, la révolte des Bonnets rouges de Bretagne n’était pas antinobiliaire : ils souhaitaient que les filles nobles se choisissent des maris « de condition commune » et les anoblissent. — (Jean Delumeau, La Peur en Occident, 1978, Fayard, page 169.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « antiseigneurial »

(Date à préciser)  Dérivé de seigneurial avec le préfixe anti-. Référence nécessaire
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « antiseigneurial »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
antiseigneurial ɑ̃tisɛnjœrjal

Évolution historique de l’usage du mot « antiseigneurial »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « antiseigneurial »

  • Ces violences antiseigneuriales de juillet 1789 attisent la crainte d’une sauvagerie populaire qui ne semble plus vouloir s’arrêter. A l’Assemblée, dans la nuit du 4 au 5 août, les députés choisissent de renoncer à leurs privilèges pour apaiser la colère du peuple. Le Monde.fr, Nuit du 4-Août : « L’enthousiasme saisit toutes les âmes »
  • Cette situation, où l’aristocratie s’enrichit en exploitant les musulmans et où les musulmans tolèrent cette exploitation en échange de la protection de leur religion, suscite toutefois la colère des prêtres chrétiens. À la paysannerie chrétienne, ces prêtres décrivent les musulmans comme des privilégiés qui jouissent des faveurs des seigneurs. Dans les territoires de la Couronne d’Aragon, en particulier, toute rancœur antiseigneuriale chez les chrétiens les plus humbles risquait par conséquent de se traduire en critique des musulmans [5]. , Quand la monarchie espagnole expulsait les musulmans | Agence Science-Presse
  • Le couvre-chef, fabriqué par l’entreprise Armor-Lux, est devenu le signe de ralliement de la contestation. Le symbole est bien trouvé. La révolte des Bonnets rouges enflamma la Bretagne à l’été 1675, alors que Louis XIV venait d’assommer le pays d’impôts nouveaux pour financer la guerre de Hollande. Les principaux foyers insurrectionnels se concentraient en basse Bretagne, notamment dans la région de Carhaix. La fronde fut antifiscale et antiseigneuriale, exigeant l’abolition des redevances, avec l’adoption d’un code paysan. Le Monde diplomatique, Malaise français, colère bretonne, par Jean-Arnault Dérens & Laurent Geslin (Le Monde diplomatique, février 2014)
  • En quelques années, la guerre de Cent Ans, les «bandes» et les épidémies de peste noire vont voir les villages se désertifier. Il faudra attendre le début du XVIe siècle pour que la France se ressaisisse et retrouve les vingt millions de sujets qui resteront son niveau normal jusqu'au siècle des Lumières, après les famines du «Grand Règne» (1693 et 1710)… Le court XVIIIe siècle, de 1715 à 1789, marque un moment relativement privilégié. On retiendra, parmi mille détails proposés dans ce livre, ce processus de civilisation qui tend à la pacification de la vie. Le Roy Ladurie évoque «la décroissance de la violence», «considérable et spectaculaire», ajoute-t-il, «se traduisant de 1700 à 1800 par un véritable adoucissement des mœurs». Et l'auteur d'insister: «Notre époque, multiplicatrice de violence, pourrait peut-être s'inspirer des simples leçons que donnait ainsi le XVIIIe siècle.» Voilà qui déplaira aux spécialistes du déni qui, pour relativiser l'essor contemporain de la violence, insistent sur le fait que «c'était bien pire au Moyen Âge»! Ils devraient songer au siècle des Lumières, même s'il fut loin d'être idyllique. Le Roy Ladurie rappelle les luttes agraires, notamment autour de la modernisation de la seigneurie. La «réaction seigneuriale» est souvent une modernisation capitaliste contre laquelle se dresse le fermier. «Le paysan pouvait ainsi se payer le luxe d'être simultanément anticapitaliste et antiseigneurial.» Ce que lui reprochera étrangement Jean Jaurès, dans son Histoire socialiste de la Révolution française, dénonçant ce «communisme de quasi-mendicité et de somnolente routine que voulaient maintenir les pauvres»… Agréable promenade dans un monde aujourd'hui totalement exotique (ce n'était pas encore vrai voilà un demi-siècle), cette histoire des paysans se résume à l'ambition affichée par l'auteur: dévoiler, «au terme d'une écriture plus brève, plus dense (…), moins lourde», cinq siècles d'histoire rurale. On est très loin des livres boursouflés et couverts de notes qui effrayent à juste titre le lecteur moyen (pour ne pas dire «l'honnête homme» s'il en reste encore). Il complète le magnifique livre de Marc Bloch, Caractères originaux de l'histoire rurale française, paru en 1931. Le Figaro.fr, Le Roy Ladurie : portrait des campagnes de France
  • Répression. La France entière est alors marquée par des jacqueries antiseigneuriales mais une forme originale de brigandage politique se développe surtout dans le Midi. Cette région plus que d’autres est, dès l’été 1790, une «terre de contrastes et de violences», écrit Valérie Sottocasa, opposant une Révolution enthousiaste à un Midi blanc contre-révolutionnaire. L’inquiétude ressentie devant la menace des menées royalistes conduit à différentes actions de répression brutale, en particulier en 1790-1791, les massacres de Montauban, Nîmes et Avignon, orchestrés par des troupes armées engagées du côté de la Révolution. Pour certains témoins hostiles à la Révolution, ce ne peut être que le fait de «brigands», ce qui conduit à dénier toute signification politique à des actions qui apparaissent au contraire légitimes à d’autres, lesquels utilisent le qualificatif de «patriotes» pour définir les meneurs. Le brigandage patriote disparaît des sources au cours de la Terreur, pour être remplacé, après la chute de Robespierre en 1795, par le «brigandage royaliste». Libération.fr, Le brigand du Midi, militant ou délinquant - Culture / Next

Traductions du mot « antiseigneurial »

Langue Traduction
Anglais antiseigneurial
Espagnol antiseigneurial
Italien antiseigneurial
Allemand antiseigneurial
Chinois 反殖民主义的
Arabe مضاد للأورام
Portugais anti-senhorial
Russe antiseigneurial
Japonais 抗ウイルス薬
Basque antiseigneurial
Corse antiseigneuriale
Source : Google Translate API
Partager