Antiroi : définition de antiroi

chevron_left
chevron_right

Antiroi : définition du Wiktionnaire

Nom commun

antiroi \ɑ̃.ti.ʁwa\ masculin

  1. (Noblesse) Roi qui est élu alors qu'un autre règne toujours.
    • Par ces moyens l’antiroi , comme les Allemands ont coutume de dire, ramassa une armée assez forte de croisés, avec laquelle il battit le 5 août 1246 le roi Conrad près de Francfort; […]. — (Maximilian Samson Friedrich Schöll, Cours d’histoire des états européens depuis le bouleversement de de l’Empire romain d’occident jusqu’en 1789, t.3, page 228, 1830)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Antiroi : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « antiroi » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « antiroi »

Étymologie de antiroi - Wiktionnaire

Composé du préfixe anti- et roi.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « antiroi »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
antiroi ɑ̃tirwa play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « antiroi »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « antiroi »

  • La partialité du représentant de l’État est éclatante à travers la série de délibérations qu’il a lui-même publiées au Journal Officiel de Wallis et Futuna (n° 415 du 3 juin 2016), prise de façon unilatérale. Il aurait été simplement de bon aloi et d’un savoir-vivre élémentaire, qu’il convoquât l’ancienne Grande chefferie officielle, encore légitime et souveraine aujourd’hui afin de lui signifier sa désapprobation. Son impuissance lui a valu de précipiter le cours des choses et de tomber de Charybde en Scylla, de sa partialité vers une crise institutionnelle, maculée de ses abus de pouvoir et de ses ingérences répétés, aspect gravissime qui incombe à sa fonction de personnage incarnant l’État français et la continuité de ses services administratifs. Au nom de quel droit s’est-il arrogé le pouvoir de démettre l’ancienne Grande chefferie ? Simplement parce que cette dernière avait eu l’humilité de mettre en œuvre un geste de paix et d’apaisement en soutenant un roi du nord et de décider officiellement que le titre de roi de 'Uvea n’était pas l’apanage du district de Hahake, ni celui de Mu’a, ni celui de Hihifo, encore moins celui d’un antiroi, mais que c’était un titre appartenant à l’île toute entière ? Ou encore que travailler avec cette dernière pour lui était quasi impossible car elle ne serait pas une mince affaire sur son parcours déjà tortueux, mais surtout car le représentant de l’État veut avoir affaire à des interlocuteurs aisément monnayables ? Le préfet n’est pas habilité en Conseil de circonscription à prendre des décisions mais ne fait que rendre exécutoire les décisions émanant du conseil. Par ailleurs, les titres de chefs sans exception existent de par la population que constituent les clans des royaumes qui sont producteurs des futurs chefs, par la population qui justifie leur existence sociale et coutumière,  mais aussi par la cérémonie de kava d’intronisation qui leur est réservé, sceau indéfectible de leur charge coutumière en liaison directe avec la terre. C’est ainsi que l’officialisation est une marque de reconnaissance de l’État français envers la personne du chef et non à la multitude. Il apparaît que les chefs qui ont été démis de leur fonction au Conseil de circonscriptionont fait l’objet tout simplement d’un abus pouvoir car en leur qualité de membres de ce conseil, énoncé par l’article 10 de la loi statutaire de 1961 (Légifrance, 1961), ces derniers se devaient de démissionner d’eux-mêmes, avant que le préfet n’officialise l’antiroi et sa grande chefferie. D’ailleurs, il annonce officiellement sur les ondes une contre-vérité lorsqu’il affirme observer un silence volontaire de dix jours, au nom de l'impartialité de l’administration et de la paix sociale, et officialise l’antiroi le lendemain de son intronisation, c’est-à-dire le lundi 18 avril. Force est de constater que les exactions trop nombreuses et flagrantes de l’Administrateur supérieur remettent sérieusement en cause la parole de l’État dans la collectivité de Wallis et Futuna. Club de Mediapart, Tentative de monnayage de l’essentia wallisien et futunien | Le Club de Mediapart

Traductions du mot « antiroi »

Langue Traduction
Anglais anti-king
Source : Google Translate API

Mots similaires