La langue française

Anthropocentriste

Sommaire

  • Phonétique de « anthropocentriste »
  • Évolution historique de l’usage du mot « anthropocentriste »
  • Citations contenant le mot « anthropocentriste »
  • Traductions du mot « anthropocentriste »

Phonétique du mot « anthropocentriste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
anthropocentriste ɑ̃trɔpɔsɑ̃trist

Évolution historique de l’usage du mot « anthropocentriste »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « anthropocentriste »

  • Cette tentative de modernisation de l’anthropocentrisme soulève d’importantes questions : le cadre anthropocentriste permet-il de penser une autre conception de l’animal ou, solidaire d’un dualisme qui méconnaît l’animal, doit-il être abandonné ? Mais, bien que le fait même de suggérer cette possibilité soit stimulant, il est dommage qu’É. Bimbenet ne s’engage pas à proprement parler dans la discussion argumentée d’un tel anthropocentrisme. Car il ne fait malheureusement pas à ses adversaires l’honneur du débat rationnel, traitant les conceptions qu’il rassemble sous la catégorie de « zoocentrisme » comme des sentiments portés par l’époque et sans valeur théorique. Affect, démesure (« coup de force », p. 79), « mauvaise foi » (p. 182), illusion (« rêve les yeux ouverts », p. 143), « infantilis[me] » (p. 147), maladie (« inflammation intellectuelle », p. 146), folie (« affolement de la pensée », p. 21), etc. – tout au long du livre, il s’attache de manière systématique à décrédibiliser ses adversaires. Adoptant la posture du dévoilement et de la dénonciation, il se présente comme seul tenant de la « réflexion » (p. 23) et de la « lucidité » (p. 25) face à des contemporains aveuglés par leurs bons sentiments ou leurs obsessions. Décrédibiliser l’adversaire est une stratégie rhétorique éprouvée, mais ce n’est pas la voie d’un débat philosophique fructueux. C’est se donner une partie trop facile et tout simplement refuser le logos dont pourtant l’auteur fait grand cas. , La bête et l’homme - La Vie des idées
  • De même, on ne peut pas simplement affirmer qu’il y a, d’un côté, les anthropocentristes, qui ne reconnaîtraient à la nature de valeur qu’instrumentale ou d’usage, et, de l’autre, les pathocentristes qui, ignorant la distinction entre la considération morale et l’importance morale, mettraient sur le même plan nos rapports à nos semblables et nos rapports aux animaux, ou les écocentristes, qui ne penseraient qu’au tout et oublieraient les intérêts des individus. Ces approches simplificatrices, qui viennent souvent de connaissances de seconde main, passent à côté d’un problème essentiel qui est au cœur de toute réflexion sérieuse sur l’écologie. Ce problème porte sur le dualisme entre la nature et l’homme. Il caractérise certaines versions de l’anthropocentrisme et explique que, malgré leur intérêt, elles ne permettent pas de penser une éthique et une politique de la nature, comme cela apparaît avec l’existentialisme. Pour ce dernier, la liberté est pensée comme arrachement à la nature, laquelle est considérée comme un environnement, comme ce qui nous entoure et se réduit à un ensemble de ressources. De leur côté, les éthiques écocentristes ont souvent reconduit ce dualisme qu’elles condamnaient, ce qui explique leurs difficultés à offrir dans la pratique des solutions pertinentes à la crise environnementale. Au contraire, il importe de penser l’existence dans sa matérialité et donc de prendre en considération la Terre dont nous dépendons et qui devient ainsi un sujet (M. Serres) ou le milieu à la fois naturel, technologique et culturel où nous vivons (A. Berque et son éthique de l’écoumène). , Nature et pluralisme moral - La Vie des idées
  • Darwin, au contraire, précurseur des sciences modernes et inspirateur de Haeckel, propose à la fin du XIXe siècle sa théorie de l’évolution en rupture profonde avec l’idéologie anthropocentriste téléologique dominante et ses supports historiques, religieux et philosophiques. La sélection naturelle, processus aveugle et non-orienté, avantage les organismes les mieux adaptés à leur environnement, qui remplacent progressivement les autres. Sa vision est donc continuiste. Slate.fr, Il ne faut pas hiérarchiser les espèces animales | Slate.fr
  • Le naturel et l’artificiel, les microbes dotés d’un projet, les épidémies qui se reproduisent, la métaphysique scientiste, le matérialisme de la biosphère dialectique, la faillite prévisible de l’illusion anthropocentriste, l’interprétation du message anatomique, l’utilité démontrée du lavage des mains, les protocoles prophylactiques, l’ADN de l’esprit Semmelweis, rien n’y fera, Ignace Philippe n’arrivera pas à convaincre ses confrères médecins sceptiques. Freiné par l’inertie, la jalousie, des professionnels bien en place, Semmelweis sera interné dans un hôpital psychiatrique. La théorie des maladies microbiennes sera élaborée après sa mort. Quelques 150 ans plus tard, toujours en santé, les germes pathogènes de dernière mutation glissent à l’oreille des savants qui veulent bien entendre, « we will never surrender ». , We will never surrender | Agefi.com
  • Du coup surgit un doute : l’homme, couronnement de la création, vraiment ? Et si l’évolution darwinienne anthropocentriste était une involution, une dégradation ? Marianne, Ode aux végétaux, ces êtres innocents que les vegans dévorent sans pitié | Marianne

Traductions du mot « anthropocentriste »

Langue Traduction
Anglais anthropocentrist
Espagnol antropocentrista
Italien anthropocentrist
Allemand anthropozentrist
Chinois 人类中心主义者
Arabe الأنثروبوسنتري
Portugais antropocentista
Russe anthropocentrist
Japonais 人類学者
Basque anthropocentrist
Corse antropocentristu
Source : Google Translate API
Partager