La langue française

Anthropisation

Définitions du mot « anthropisation »

Wiktionnaire

Nom commun

anthropisation \ɑ̃.tʁɔ.pi.za.sjɔ̃\ féminin

  1. (Écologie, géographie) Transformation du milieu naturel par l’action de l’homme.
    • Les recherches portant sur l'apparition des premiers indices d’anthropisation et l’évolution du signal anthropique sur le territoire français se sont particulièrement multipliées au cours de ces dernières années […]. — (Émilie Gauthier, Forêts et agriculteurs du Jura: les quatre derniers millénaires, Presses universitaires franc-comtoises, 2004, page 31)
    • Bien qu’une dégradation du climat soit souvent proposée à cette époque, l’anthropisation des sols joue assurément un rôle dans l’augmentation de l’humidité en plaine. — (L’identité de l’Auvergne, mythe ou réalité historique historique, éditions Créer, 2002)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « anthropisation »

Mot dérivé de anthropiser avec le suffixe -ation. Issu du grec ancien ἄνθρωπος anthrôpos (« être humain »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « anthropisation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
anthropisation ɑ̃trɔpisasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « anthropisation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « anthropisation »

  • Le dernier rapport du GIEC, en septembre 2019, a achevé de convaincre les derniers (climato) sceptiques. Si on laisse filer les émissions, 80 % des glaciers des Alpes auront disparu à la fin du siècle. Et à peine une petite vingtaine de stations offrira du ski en France, grâce aux enneigeurs. Si les Alpes transpirent, c’est un peu à cause de l’anthropisation de ses piémonts mais surtout d’une économie mondiale débridée, carburant de la montée du mercure. L’activité - donc la vie - en montagne n’en est pas directement la cause, mais elle doit se mettre en cohérence. Voilà vingt ans que la question de la durabilité des sports d’hiver se pose. Petites et moyennes stations doivent réduire leur dépendance à l’or blanc. D’ici 2050, quoi qu’on fasse, l’enneigement naturel baissera de 10 à 40 %. Et si les canons aideront les trois quarts des sites à passer le cap, il faudra que le monde divise par deux ses émissions pour envisager ensuite un avenir aux sports d’hiver. , Sport | Les stations à l’heure de la transition
  • On est presque étonné de voir que la réduction de la population mondiale ne figure pas au rang des priorités de cette convention. Les mesures proposées, si elles étaient appliquées et universalisées, génèreraient en effet un appauvrissement si lourd que les effectifs de l’humanité ne pourraient se maintenir en l’état. Mais peut-être est-ce l’objectif inavoué des écologistes? Après tout, l’économiste décroissant Nicholas Georgescu-Roegen suggérait en 1975 que l’humanité devrait diminuer progressivement sa population jusqu’à un niveau où une agriculture biologique suffirait à la nourrir convenablement. Et s’il s’empressait d’ajouter que la mode du bio n’était aujourd’hui pas liée à des considérations malthusiennes, on est en droit de questionner les intentions de ceux qui sont pressés de généraliser une agriculture paysanne dans un contexte de croissance démographique mondiale en ignorant la question des rendements. On se demande d’ailleurs où se trouve la cohérence dans l’attitude qui consiste à diaboliser l’agriculture intensive tout en voulant protéger un maximum «d’espaces sauvages» (pour peu qu’ils n’aient pas déjà été transformés par l’anthropisation du monde amorcée des millénaires plus tôt). Toutes choses égales par ailleurs, une agriculture caractérisée par de plus faibles rendements à l’hectare consomme plus d’espace… Le Figaro.fr, «La convention citoyenne sur le climat traduit le retour des vieilles lunes malthusiennes»
  • «Mais, a-t-on recadré la problématique, dans un contexte de contraintes environnementales ? A-t-on abordé l’anthropisation avec une ingénierie qui introduit une révision des rapports humains dans la nature, pour un scénario de durabilité ?», s’interroge notre expert. El Watan, Le pari risqué de l’agriculture saharienne | El Watan
  • La nature revêt une multiplicité de significations : espaces ayant échappé à l’anthropisation, êtres dépourvus de conscience et de langage, principe d’existence et d’identité d’un organisme ou encore domaine de régularités indépendant des actions humaines. De ce fait, la nature a longtemps formé le pôle principal d’une série d’oppositions conceptuelles constitutive de la pensée européenne : nature/culture, nature/art, nature/esprit, nature/surnature, nature/histoire. Or, « toutes ces acceptions contrastives qui donnaient à la nature sa mystérieuse unité » (Ph. Descola, Introduction, p. 8) ont été remises en cause ces dernières décennies par de nombreuses études qui ont alors contribué à jeter un doute sur la pertinence et la généralité de ces catégories. C’est le « grand partage » entre nature et culture, où la première signifiait une régularité nomologique universelle et la seconde une contingence des usages du monde, qui disparaît. , La nature n’a plus de contraire - La Vie des idées
  • C’est très porteur d’espoir. Je suis toujours ravi quand je vois une plante folle entre des pavés ou de voir un renard en ville. Cela dit, les conditions que nous avons imposées par le réchauffement climatique, vont profondément transformer la capacité régénératrice des milieux. L’un des effets du réchauffement global sera un appauvrissement de la biodiversité considérable. L’anthropisation continue de la planète depuis que Homo sapiens exerce sa sapiens sur la Terre a franchi un point de bascule avec le développement des énergies fossiles et le réchauffement climatique qu’il engendre. On n’est plus du tout dans le même registre que l’anthropisation de la forêt amazonienne ou que la transformation de l’Australie centrale par les feux de brousse des aborigènes. Reporterre, le quotidien de l'écologie, Philippe Descola : « La nature, ça n’existe pas »

Traductions du mot « anthropisation »

Langue Traduction
Anglais anthropization
Espagnol antropización
Italien antropizzazione
Portugais antropização
Source : Google Translate API

Anthropisation

Retour au sommaire ➦

Partager