La langue française

Androcratie

Définitions du mot « androcratie »

Wiktionnaire

Adjectif

androcratie \Prononciation ?\

  1. (Féminisme) Société fondé sur la suprématie masculine.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « androcratie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
androcratie ɑ̃drɔkrati

Évolution historique de l’usage du mot « androcratie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « androcratie »

  • Avant de s’intéresser à l’origine de l’androcratie par la royauté masculine, rappelons d’abord que dans l’âge primitif de l’humanité régnait la suprématie féminine.Celle-ci avait trois formes, donc trois aspects.Elle était religieuse (Théocratie) et représentée par la Déesse.Elle était familiale (matriarcat) et représentée par la Mère.Elle était sociale (gynécocratie) et représentée par la Maîtresse (Reine ou Déesse-Mère).C’est par la révolte contre le pouvoir gynécocratique et divin que commença l’anarchie ; mais la guerre commencée contre les femmes continua entre les hommes.Après avoir vaincu la Déesse, méconnu la Soffet, outragé la Sophia, l’homme fort écrasa l’homme faible, l’intellectuel, il nivela l’humanité en prenant pour étalon la bête humaine.C’est ce que nous enseigne la légende de Procuste qui raccourcit les étrangers pour les faire entrer dans son lit de fer.C’est que, le joug de la Femme brisé, il n’en restait pas d’autre. L’homme avait bien pu se soumettre à celle qu’il aimait, ou à celle qui avait été sa Mère, mais pourquoi se serait-il soumis à un autre homme ? La première autorité qu’il voulut prendre est celle que représente l’Etat. La Religion appartenait encore à la Femme. Par sa révolte, il créa la séparation des pouvoirs, il inaugura la séparation du trône et de l’autel. La révolution masculine amena une corruption générale qui, bientôt, fit des progrès effrayants dans toutes les classes de la Société. Du haut des trônes de l’Asie qu’elle avait d’abord envahis, elle se glissait dans les sanctuaires. La réaction des Femmes ne pouvait plus contenir le mouvement désorganisateur ; elles cherchaient néanmoins à en ralentir le progrès.L’esprit de l’homme errait dans les ténèbres qu’il s’était créées lui-même ; il cherchait à étouffer ses doutes, ses terreurs ou ses remords dans la jouissance à outrance et, au lieu d’un remède, il y trouvait une cause d’aggravation de son mal.Enfin l’instinct triompha... et l’homme alors se servit de sa puissance pour s’affranchir de tous devoirs et pour affermir sa volonté, à laquelle il prétendit soumettre les autres.Les mœurs qui résultèrent de cet état de choses furent caractérisées par une débauche à outrance et une guerre désordonnée, dans laquelle on cherchait, autant que des victoires, des satisfactions de l’instinct batailleur de l’homme. C’est que, lorsque sa force musculaire augmente, il a besoin de l’exercer, et c’est ce besoin qui le pousse au pugilat, à la lutte, à tous les exercices violents. C’est alors qu’il fit de la force une supériorité ; singulière logique, car avoir une chose en plus que les autres n’est pas un avantage si cette chose n’est pas une qualité qui élève. Si la force se développe aux dépens de l’intelligence, c’est une qualité négative, c’est-à-dire menant à un mal, non à un bien.Se glorifier d’avoir plus de force qu’un autre est aussi logique que si l’on se glorifiait d’avoir plus de laideur que les autres. Il y a des superlatifs qui infériorisent.Néanmoins la Force fut glorifiée ; les plus forts furent les plus honorés et les plus faibles furent méprisés. Les hommes s’étaient libérés du lien qui les attachait à la Femme, mais ce ne fut que pour tomber sous un autre joug : celui de la domination des hommes sur les hommes, c’est-à-dire l’exercice de la tyrannie de quelques-uns au préjudice de tous les autres.Ceux qui avaient le plus d’audace, le plus de résolution, le plus de cynisme, instituèrent la puissance du Mal, en prenant la direction des nations. Et les foules s’inclinèrent devant « la Force », et la « Force » se fit « autorité », et cette autorité devint la main de fer qui étrangla l’humanité.Il faut à l’homme un esclavage. Aussitôt qu’on lui supprime son esclavage naturel, celui qui l’asservit à la raison, il s’en, procure un autre.C’est dans le millénaire qui précéda le Christianisme que l’homme fit des lois.L’Androcratie devait être une époque de terreur et de misère, car l’homme qui règne, c’est l’homme qui prend, alors que le règne de la Mère avait été la Providence qui donne.La femme avait régné par l’Amour, l’homme va régner par la terreur.Partout, du reste, le pouvoir despotique donne de tristes résultats.Aussi, la France qui ne voulut pas de Reine paya finalement cette impiété par la Révolution qui, elle, ne voulut plus de rois.Cordialement. AgoraVox, Faut-il un roi pour les Français ? - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « androcratie »

Langue Traduction
Anglais androcracy
Espagnol androcracia
Italien androcracy
Allemand androkratie
Chinois 暴行
Arabe androcracy
Portugais androcracia
Russe androcracy
Japonais アンドロクラシー
Basque androcracy
Corse androcrazia
Source : Google Translate API

Androcratie

Retour au sommaire ➦

Partager