La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « ancelle »

Ancelle

Définitions de « ancelle »

Trésor de la Langue Française informatisé

ANCELLE, ANCILLE, subst. fém.

A.− Vx. Servante :
1. Il a pris une ancelle, son ménage n'exigeant pas un Hercule féminin. S. Mercier, Néologie,t. 1, 1801, p. 35.
Rem. Attesté ds Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e.
P. plaisant. :
2. Réduit à la chasteté depuis des semaines il passa discrètement la main sur les fesses musclées de cette ancille quoique à la suite de sa dernière déception il eût renoncé à l'amour, à ses pompiers et à ses manœuvres et traficotât désormais sur le plan de la renonciation. R. Queneau, Loin de Rueil,1944, p. 145.
B.− RELIG. CHRÉT. Servante de Dieu, celle qui consacre sa vie au service de Dieu.
En partic. Titre donné à la Sainte Vierge qui s'était appliqué le nom de « servante de Dieu » quand l'ange lui annonça qu'elle deviendrait mère du Sauveur (Ecce Ancilla Domini) :
3. Chaque jour voyait éclore quelque légende plus merveilleuse, quelque nouvelle parure que la reconnaissance du monde offrait à celle qui lui avait rouvert les portes du ciel, qui avait repeuplé les rangs des anges, qui avait ôté aux hommes le droit de se plaindre du péché d'Eve; à l'humble ancelle couronnée par Dieu de la couronne que Michel avait arrachée à Lucifer, en le jetant dans les enfers. Ch. de Montalembert, Hist. de sainte Élisabeth de Hongrie,1836, p. CI.
Prononc. − Seule transcription ds Land. 1834 : ɑn-cèle.
Étymol. ET HIST. − 1. a) Mil. xiies. relig. fig. « servante (de Dieu) » (Livre des Psaumes, Cambridge, LXXXV, 16, Paris, Michel, 1876, p. 157 : dune ta force a tun serf, e salve le fil de ta ancele); nombreuses attest. à propos de la Vierge Marie, d'où b) 1544 emploi abs. pour désigner la Vierge Marie (Marot, Epistres, 25 ds Hug. : Si prie à Dieu et sa tresdoulce Ancelle, Que dans cent ans en santé excellent Vous puisse veoir); 2. 1160-1170 au propre « servante » (Wace, Rom. de Rou, II, 463, éd. F. Pluquet, Rouen, 1827 ds T.-L. : De Rou fu tost par France alee la nuvele Que il n'aveit merci de chaitif ne d'ancele); qualifié de vieilli dep. Trév. 1752. Empr. au lat. ancilla « servante » attesté au sens propre dep. Plaute (Pers., 341 ds TLL s.v., 27, 50 : utrum tu pro ancilla me habes an pro filia?), d'où lat. chrét. à l'emploi 1 a (Livre des Psaumes, Cambridge, loc. cit.).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 2.
BBG. − Dupin-Lab. 1846.

Wiktionnaire

Nom commun 2 - français

ancelle \ɑ̃.sɛl\ féminin

  1. (Alpes) Bardeau de bois.
    • Seul demeura le mode de couverture en ancelle jusqu'en 1656, date à laquelle il fut remplacé par des tavaillons à clavins. — (Jean-François Belhoste, La métallurgie comtoise, Éd. SPADEM, 1994)

Nom commun 1 - français

ancelle \ɑ̃.sɛl\ féminin

  1. (Désuet) Petite servante.
    • Tres haute et tres noble creature de laquelle la cognoiscence mest occulte puis quil vous plaist tant me honnourer que vostre servante et ancelle me daigniez appeller plaise vous me certefier doncques la propriete de vous ma venerable maistresse. — (Christine de Pizan, Livre de ladvision de Christine, Catholic University of America, 1932, p. 148)
    • Ce ne sont pas les aptitudes artistiques qui constituent des traits sexuels secondaires, comme l’ont prétendu certains charlatans et chamans ; c’est tout le contraire : le sexe n’est que l’ancelle de l’art. — (Nabokov, traduction de Maurice Couturier, Lolita, in Œuvres romanesques complètes, t. II, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2010, p. 1081)
  2. (Religion) Se disait en parlant de la Sainte Vierge, qui elle même s’appliqua le mot de servante, quand l’ange lui annonça qu’elle deviendrait mère du Sauveur (Ecce Ancilla Domini).
    • La très douce ancelle. L’ancelle du Tout-Puissant.
    • Fille de Dieu, mère et ancelle,
      Tantost fus nourrice et pucelle ;
      Quand l’ange te vint dire
      ave,
      Ce fut gracieuse nouvelle.
      — (Les livres du roy Modus et de la royne Ratio, édition de Henri de Ferrières, Gunnar Tilander, Société des anciens textes français, 1932, p. 224)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « ancelle »

(Nom commun 1) Du moyen français ancelle, lui-même de l’ancien français ancele, issu du latin ancilla[1].
(Nom commun 2) Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ancelle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ancelle ɑ̃sɛl
ancille ɑ̃sj

Évolution historique de l’usage du mot « ancelle »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ancelle »

  • ainsi sur l'importante question des fesses des serveuses, ancilles employées, que le petit commerce familial, c'est ça qui est commode, rend disponibles au fils du patron par un effet de marchandise, de soumission salariée et de boniches promiscuitaires ; Le Point, Passez votre week-end avec Raymond Queneau - Le Point

Images d'illustration du mot « ancelle »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ancelle »

Langue Traduction
Espagnol ancelle
Portugais ancelle
Source : Google Translate API

Ancelle

Retour au sommaire ➦

Partager