La langue française

Ananas

Sommaire

  • Définitions du mot ananas
  • Étymologie de « ananas »
  • Phonétique de « ananas »
  • Évolution historique de l’usage du mot « ananas »
  • Citations contenant le mot « ananas »
  • Images d'illustration du mot « ananas »
  • Traductions du mot « ananas »

Définitions du mot « ananas »

Trésor de la Langue Française informatisé

ANANAS, subst. masc.

A.− BOTANIQUE
1. Plante monocotylédone de la famille des Broméliacées, croissant dans les contrées chaudes de l'Asie, de l'Afrique, de l'Amérique, à feuilles radicales et pointues, bordées d'épines, ressemblant à celles de l'aloès :
1. Lui [ce genre épineux de végétaux] seul pourrait suffire aux principaux besoins de l'homme; car il lui donne des espèces de figues dans les pommes de raquettes, un fruit délicieux dans l'ananas, qui semble être une espèce d'aloès, et des fils de pite très forts dans les feuilles de l'aloès de la grande espèce. Ce genre est très répandu dans l'Amérique. J.-H. Bernardin de Saint-Pierre, Harmonies de la nature,1814, p. 71.
2. L'Ananas est très-commun; cette plante croît avec une rapidité extraordinaire; elle n'est pas indigène, elle a été apportée de Java; les ananas de la côte de Bornéo sont d'un goût bien plus agréable que ceux de Java. J.-S.-C. Dumont d'Urville, Voyage au Pôle Sud, t. 7, 1844, p. 124.
3. Les plantes grasses les plus invraisemblables fleurissaient en pleine terre. Les ananas et les goyaves mûrissaient auprès des oranges. Les colibris et les oiseaux de paradis étalaient en plein air les richesses de leur plumage. Enfin, la température même était aussi tropicale que la végétation. J. Verne, Les Cinq cents millions de la Bégum,1879, p. 109.
4. La Broméliacée la plus importante est l'Ananas sativa, très cultivé aux Antilles et dans les îles Hawaï. Sa tige, haute de 50 cm, porte de longues feuilles raides, piquantes, et se termine par un épi de fleurs, placées chacune à l'aisselle d'une bractée violacée. L'ovaire y est infère et devient une baie. Toutes les baies de l'épi se soudent entre elles et aux bractées voisines en une masse charnue, succulente, sucrée, savoureuse, que surmonte un bouquet de petites feuilles. Cette masse pulpeuse est consommée sous le nom d'ananas. Botanique,1960, p. 1189 (encyclopédie de la Pléiade).
2. P. ext. et plus fréq. Nom du fruit de cette plante, appelé encore pomme d'ananas ou pain de sucre, de forme conique, de couleur jaune orangé, très estimé pour sa chair utilisée en gastronomie (fraîche ou conservée, dans des salades, en confitures ou dans des pâtisseries) et pour son suc acidulé qui sert de boisson rafraîchissante :
5. ... des serviteurs attentifs arrivent chargés de ces vases consacrés à Bacchus, où un froid artificiel fait glacer à la fois le madère, le suc de la fraise et de l'ananas, liqueurs délicieuses, préparations divines, qui font couler dans les veines une fraîcheur ravissante, et portent dans tous les sens un bien-être inconnu aux profanes. J.-A. Brillat-Savarin, Physiologie du goût,1825, p. 184.
6. − Vois un peu ces poissons, reprit Marcel (...). − Et là-bas, ces gros fruits dorés à cône, dont le feuillage ressemble à une panoplie de sabres sauvages, on appelle ça des ananas, c'est la pomme de reinette des tropiques. H. Murger, Scènes de la vie de Bohème,1851, pp. 283-284.
7. Ma mère comptait beaucoup sur la salade d'ananas et de truffes. Mais l'ambassadeur, après avoir exercé un instant sur le mets la pénétration de son regard d'observateur, la mangea en restant entouré de discrétion diplomatique et ne nous livra pas sa pensée. M. Proust, À la recherche du temps perdu,À l'ombre des jeunes filles en fleurs, 1918, p. 459.
8. C'est un goût délicieux d'ananas frais, un jeune goût un peu gai, enfantin, il mâche l'ananas, il broie sa douce élasticité fibreuse, quand est-ce que j'en ai mangé pour la dernière fois? J'ai aimé l'ananas, c'était comme du bois sans défense, écorcé; il mâche. Le jeune goût jaune de bois tendre remonte doucement du fond de sa gorge comme le lever hésitant du soleil, il s'épanouit sur la langue, il veut dire quelque chose, qu'est-ce qu'il veut dire, ce sirop de soleil? J.-P. Sartre, La Mort dans l'âme,1949, p. 233.
B.− Au fig.
1. [Dans des expr.]
a) BOT. Ananas des bois. Nom vulgaire de la tillandsia (famille des Broméliacées) aux Antilles.
Rem. Attesté ds Besch. 1845, Bouillet 1859, Lar. 19e, Gde Encyclop., Guérin 1892, Nouv. Lar. ill.
b) HORTIC. Fraise ananas ou absol. ananas. Variété de fraise cultivée, caractérisée par sa grosse taille et son parfum prononcé rappelant celui de l'ananas.
Rem. Attesté ds Besch. 1845, Bouillet 1859, Lar. 19e, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., DG, Lar. encyclop., Quillet 1965.
c) PALÉONT. Ananas fossile. Fossile ayant quelque ressemblance avec l'ananas et considéré comme provenant d'une tête d'encrine.
Rem. Attesté ds Besch. 1845, Lar. 19e, Guérin 1892.
d) ZOOL. Ananas de mer. Nom vulgaire d'une espèce d'astrée.
Rem. Attesté ds Besch. 1845, Bouillet 1859, Lar. 19e,
2. [Dans des emplois où des inanimés ou des pers. présentent une anal. avec l'ananas fruit (exostisme, fraîcheur, saveur, etc.) et plus rarement plante (ex. 10)] :
9. L'indienne versoit, en prononçant ces mots, des larmes religieuses, semblable à un délicieux ananas qui a perdu sa couronne, et dont le cœur exposé aux pluies se fond et s'écoule en eau. F.-R. de Chateaubriand, Les Natchez,1826, p. 394.
10. Taine soutient que tous les hommes de talent sont des produits de leur milieu. Gautier et nous, soutenons le contraire, qu'ils sont des exceptions : « Où trouvez-vous la racine de l'exotique de Chateaubriand? C'est un ananas poussé dans une caserne! » E. et J. de Goncourt, Journal,janv. 1866, pp. 237-238.
11. Quelle que soit l'affectivité qui colore un espace, qu'elle soit triste ou lourde, dès qu'elle est exprimée, poétiquement exprimée, la tristesse se tempère, la lourdeur s'allège. (...) Une preuve en passant : quand le poète me dit : « Je sais une tristesse à l'odeur d'ananas » je suis moins triste, je suis plus doucement triste. G. Bachelard, La Poétique de l'espace,1957, p. 183.
Spéc., emploi adj. Qui présente une couleur semblable à celle de l'ananas, c'est-à-dire un jaune orangé ou doré :
12. ... nous avons à citer l'écharpe en tricot ananas, celle en barrège cachemire à raies turques encadrées d'un filet d'or (...) et celle bleu-ciel uni, brodée d'or et terminée par des pointes chinoises. L'Observateur des modes,31 janv. 1823, p. 48.
Prononc. − 1. Forme phon. : [anana] ou [-nas]. Passy 1914 accepte, pour la dernière syllabe de ce mot, la possibilité d'une prononc. avec [a] ant. et avec [ɑ] post. : [-na] et [-nɑ]; Barbeau-Rodhe 1930 : [-nɑ]; Warn. 1968 : [-na] (cf. aussi Fouché Prononc. 1959, p. 60, pour cette dernière transcription). Harrap's 1963 signale la possibilité d'une prononc. : [-nɑ] et [-nɑ:s]; Dub., Pt Rob. et Pt Lar. 1968 : [-na] ou [-nas]. 2. − Hist. − L'ensemble des dict. du xixes. transcrivent la syllabe finale de ce mot sans [s] et avec [ɑ] (cf. Gattel 1841, Fél. 1851, Littré et DG.)
Étymol. ET HIST. − 1. 1544 amanat « fruit d'une plante de la famille des broméliacées » (Fonteneau, Cosmographie, éd. G. Musset, Paris, 1904, p. 413 ds Arv. 1963, p. 51 : Aussi y a eu icelle coste [du Brésil] ... une maniere d'aultres fruictz qui semblent a artichaulx, ung peu plus grandz, et s'appellent amanatz, et sentent si bon quant ilz sont murs, que la maison en sent toute); 2. 1555 nana (N. Barré, Copie de quelques lettres sur la navigation du chevalier de Villegagnon es terres de l'Amérique..., éd. Ternaux-Compans, Paris, 1840-41, pp. 109-110 ibid. : Oultre il y a deux sortes de fruicts merveilleusement bons : l'un qu'ils appellent Nana [au Brésil]...); 3. 1578 ananas (J. de Lery, Hist. d'un Voy. fait en la terre du Brésil ..., p. 120 ibid.. Semblablement la figure du fruict qu'ils nomment Ananas); 4. 1586 ananas (R. de Laudonnière, L'Hist. notable de la Floride, éd. P. Jannet, Paris, 1853, p. 63 ibid., p. 52 : ... quelques autres plus indiscrets s'estoient amusez a cueillir des ananas, par les iardinages des Indiens [à l'Ile Dominique]...). 1, 2 et 3 sont empr. au tupi-guarani naná, ananá, mais 1 a dû l'être par l'intermédiaire du port., Fonteneau ayant empr. d'autres mots au port. (voir almadie) et n'étant pas lui-même un colon. En raison de la localisation géogr., 4 est empr. au caraïbe anana. Voir Fried. 1960 p. 51; FEW t. 20, p. 56, s.v. anânâ; König 1939, pp. 14-15; Arv. 1963, pp. 50-54.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 80.
BBG. − Ac. Gastr. 1962. − Arv. 1963, pp. 50-54. − Bél. 1957. − Boiss.8. − Bouillet 1859. − Boulan 1934, p. 116. − Brard 1838. − Colin 1971. − Comm. t. 1 1837. − Dumas 1965 [1873]. − Duval 1959. − Fromh.-King 1968. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 101. − Hanse 1949. − Jourdain (É.). Le Vocabulaire du parler créole de la Martinique. Paris, 1956, p. 298. − Lar. comm. 1930. − Lar. mén. 1926. − Lasnet 1970. − Littré-Robin 1865. − Mont. 1967. − Nysten 1824. − Prév. 1755. − Privat-Foc. 1870. − Thomas 1956.

Wiktionnaire

Nom commun

ananas \a.na.nɑ\ ou \a.na.nas\ masculin, singulier et pluriel identiques

  1. (Botanique) Plante tropicale originaire de l’Amérique du Sud, qu’on cultive en Europe dans des serres chaudes, dont les tiges courtes portent une rosette de feuilles épaisses, sessiles, étroitement imbriquées et munies de piquants parfois acérés.
  2. Faux-fruit comestible de cette plante de forme conique à la peau écailleuse et épaisse et à la chair jaune et sucrée.
    • S’il restait encore un doute sur la supériorité de l’Inde, par rapport à ses fruits, l’ananas seul ferait pencher la balance en faveur de son heureuse patrie : il réunit toutes les bonnes qualités et tous les agrémens épars çà et là dans les autres : élégance de la forme, parfum fin et délicat, saveur exquise, suc abondant et distribué également dans tout le fruit, la nature a versé sur lui tous ses trésors. — (Père M. Perrin, Voyage dans l’Indostan, 1807)
    • L’ananas est essentiellement cultivé pour son fruit consommé au naturel ou mis en conserve (tranches, morceaux, jus). Les feuilles peuvent être utilisées pour leurs fibres et dans l’alimentation du bétail. La plante entière peut être réduite en farine pour le bétail. On en extrait de l’amidon et de la broméline, mélange d’enzymes utilisé dans l’industrie pharmaceutique. — (Cirad/Gret/MAE, Mémento de l’agronome, Cirad/Gret/Ministère des Affaires étrangères, Paris, 2002, page 945)
    • Quand je tombe sur une goyave, une mangue, un ananas, c’est comme je les mangeais enfant que je les veux : verts et avec du sel et du piment. — (Françoise Vergès, À vos mangues !, traduction de Dominique Malaquais, dans Politique africaine, 2005/4, n° 100, p. 319)
  3. (Militaire) (Argot des tranchées) Mine explosive de fabrication britannique, pendant la Première Guerre mondiale.
    • En réponse, je piquai dans la tranchée anglaise quelques « ananas », c’est-à-dire des mines qui faisaient songer par leur forme à ce fruit exquis. — (Ernst Jünger, Orages d’acier, 1961 ; traduit de l’allemand par Henri Plard, 1970, p. 88)

Nom commun

ananas \Prononciation ?\

  1. Ananas.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ANANAS. n. m.
Plante originaire des Indes, qu'on élève en Europe dans des serres chaudes. Il désigne aussi le Fruit de cette plante.

Littré (1872-1877)

ANANAS (a-na-nâ) s. m.
  • 1Plante de l'Inde et de l'Amérique méridionale, qui produit le fruit délicieux et rafraîchissant appelé aussi ananas.
  • 2Espèce de grosse fraise très parfumée.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ANANAS. - ÉTYM. Au lieu de péruvien, lisez brésilien.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ANANAS, (Hist. nat.) genre de plante observé par le P. Plumier : sa fleur est monopétale, faite en forme d’entonnoir, divisée en trois parties, & posée sur les tubercules d’un embryon ; qui devient dans la suite un fruit charnu, plein de suc, & fait comme une pomme de pin. Voyez Planche XXVIII. fig. 5. il renferme de petites semences faites en forme de rein, & couvertes d’une coëffe. Tournefort, Inst. rei herb. app. Voyez Plante. (I)

* On en distingue six especes, selon Miller, où l’on peut voir leurs descriptions. La premiere qu’il appelle ananas aculeatus, fructu ovato, carne albidâ, est, selon lui, la plus commune en Europe : mais il ajoûte que l’ananas aculeatus, fructu pyramidato, carne aureâ, qui est la seconde espece, est préférable à la premiere, parce que son fruit est plus gros, & d’un meilleur goût, & que son suc est moins astringent. Cette espece pousse ordinairement de dessous son fruit six ou sept rejettons, ce qui la fait multiplier aisément, & peut la rendre, dit Miller, commune en peu d’années.

Les curieux cultivent la troisieme espece, ananas folio vix serrato, pour la variété seulement ; car le fruit n’en est pas si bon que celui des especes précédentes.

La cinquieme espece, ananas aculeatus, fructu pyramidato, virescente, carne aureâ, est maintenant fort rare en Europe ; elle passe pour la meilleure ; en Amérique les curieux la cultivent préférablement aux autres : on la peut faire venir des Barbades ou du Montferrat.

La sixieme qu’on appelle en Botanique, ananas, fructu ovato, ex luteo virescente, carne luteâ, est venue de la Jamaïque ; elle n’est pas encore commune en Angleterre, dit Miller ; ceux qui ont goûté de son fruit, assûrent qu’il a beaucoup de saveur. Mais comme elle est tardive, elle s’accommode plus difficilement de notre climat. Son fruit est un mois de plus à mûrir que le fruit des autres.

J’ai oüi parler, continue le même Botaniste, d’une autre espece d’ananas, dont la chair est jaune en dehors, & verte en dedans ; mais je ne l’ai jamais vûe.

L’ananas, fruit dont la saveur surpasse celle de tous les fruits qui nous sont connus, est produit par une plante, dont la feuille ressemble à celle de l’aloès, pour l’ordinaire dentelée comme elle, mais moins épaisse & moins pleine de suc.

Elle a été apportée des établissemens des Indes orientales dans ceux des Indes occidentales, où elle est devenue très-commune & d’un excellent acabit. Il n’y a pas long-tems qu’on la cultive en Europe, & qu’elle y donne du fruit. M. le Cour de Leyde est le premier qui l’ait cultivée avec succès ; après plusieurs tentatives inutiles, il a enfin trouvé un degré de chaleur propre à lui faire porter un fruit, plus petit à la vérité qu’aux Indes occidentales, mais aussi bon, au jugement de personnes qui ont vécu long-tems dans l’une & l’autre contrée.

Le tems de la maturité des bons ananas est depuis le commencement de Juillet jusqu’au mois de Septembre. Ce fruit est mûr, lorsqu’il répand une odeur forte, & qu’il cede sous le doigt : il ne conserve son odeur sur la plante, que trois ou quatre jours ; & quand on le veut manger parfait, il ne faut pas le garder plus de vingt-quatre heures après l’avoir cueilli. Dict. de Miller.

On tire par expression de l’ananas un suc dont on fait un vin excellent, qui fortifie, arrête les nausées, réveille les esprits, provoque les urines, mais dont les femmes enceintes doivent s’abstenir. On confit les ananas, & cette confiture est bonne pour les personnes d’un tempérament foible. Lémery.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ananas »

Péruvien, nanas, nom du fruit.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1578) Du tupi-guarani naná. (1554) nana.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du portugais ananás.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ananas »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ananas ananas

Évolution historique de l’usage du mot « ananas »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ananas »

  • Marché mondial Pulpe d’ananas qui permet au consommateur d’évaluer la demande à long terme et d’estimer des implémentations particulières. La croissance croissante qui est vraiment attendue en fonction de l’analyse donne des informations complètes sur le marché mondial Pulpe d’ananas. Les moteurs et les contraintes se préparent après toute la prise de conscience de la croissance de l’industrie mondiale Pulpe d’ananas. boursomaniac, Global Pulpe d'ananas Marché Présentation, type de produit, applications, régions, état du marché et perspectives (2020-2029) - boursomaniac
  • Mélanger le beurre et la pulpe de vanille. Masser l’ananas avec le beurre et ajouter les miettes de bonbons. Enrouler le plumeau avec une feuille d’aluminium. Déposer l’ananas sur une feuille de papier aluminium, en forme de portefeuille pour pouvoir la replier. Commencer à plier les bords. Au dernier bord, verser le rhum. Déposer la papillote sur la plaque pâtissière. Enfourner 15 minutes. , Cyril Lignac partage sa recette de l'ananas confit au four à la bergamote et c'est à tomber
  • En matière de distanciation physique, certains Français compteraient en mètres, et d’autres plutôt en ananas. C’est en tous cas le sous-texte qu’on pouvait déduire d’une campagne pour les gestes barrières face à l’épidémie de Covid, qui a fait grand bruit à sa sortie, le 22 mai. France Culture, L'invention de "l'Outre-mer" : 75 ans, des "vieilles colonies" au goût âcre des ananas
  • Sous les climats à dominance aride, la culture de certaines plantes peut s’avérer difficile. Kam Rigne Laossi, entrepreneur et agronome, possède pourtant au Tchad une ferme de 20 hectares baptisée Nova Agrico, dans laquelle il pratique l’agroforesterie. On y retrouve des ananas, de la banane-plantain, du café, du cacao et toute une palette de denrées. Agence Ecofin, Au Tchad, un jeune entrepreneur rend possible la culture de l’ananas et du cacao

Images d'illustration du mot « ananas »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ananas »

Langue Traduction
Anglais pineapple
Espagnol piña
Italien ananas
Allemand ananas
Portugais ananás
Source : Google Translate API
Partager