La langue française

Anamnestique

Définitions du mot « anamnestique »

Wiktionnaire

Adjectif

anamnestique \a.nam.nɛs.tik\ masculin et féminin identiques

  1. (Psychologie) Relatif à l’anamnèse, au passé psychologique d’un patient.
    • Leur travail comporte une étude clinique anamnestique et une étude fondée sur des tests psychologiques. — (Société française de médecine psychosomatique, Revue de médecine psychosomatique : Volume 8, 1966)
    • Elle pleura longtemps en me donnant encore des informations anamnestiques qui venaient confirmer mon hypothèse, à la seule différence près que c’était elle qui les élaborait : elle avait compris le système dans lequel elle s’était enfermée : la soumission. — (Danièle Zucker, Penser la crise : L’émergence du soi, De Boeck Supérieur, coll. « Oxalis », Bruxelles, 2012, page 117)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ANAMNESTIQUE (a-na-mnè-sti-k') adj.
  • Terme de médecine. Qui rappelle le souvenir. Signes anamnestiques ou commémoratifs, signes à l'aide desquels on découvre ce qui a précédé.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « anamnestique »

Ἀναμνηστιϰὸς, de ἀνὰ, derechef, et μνῆσις, mémoire (voy. MÉMOIRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du grec ancien ἀναμνηστικός, anamnestikos (« capable de se souvenir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « anamnestique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
anamnestique anamnɛstik

Évolution historique de l’usage du mot « anamnestique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « anamnestique »

  • La vaccination se déroule habituellement en deux temps : la primovaccination, qui permet le développement en 2 à 3 semaines d'une réponse immunitaire spécifique de l'antigène administré, et la vaccination de rappel, qui permet de mobiliser rapidement les lymphocytes spécifiques de l'antigène sélectionné et stimulés lors de la primovaccination. Cette réponse dite "anamnestique" se caractérise par une production d'anticorps plus importante et plus rapide par rapport à la primovaccination, et par une meilleure affinité de ces anticorps pour l'antigène contre lequel ils sont dirigés.  Non-répondeurs à la vaccination contre l'hépatite B : définition et conduite à tenir, Non-répondeurs à la vaccination contre l'hépatite ... - MesVaccins.net
  • Afin de déterminer si une dose de rappel du vaccin VLA15 pourrait provoquer une réponse anamnestique[1], Valneva a modifié son protocole d’étude de Phase 1 au cours de l’année 2018 pour ajouter un rappel dans une sous-cohorte de la population de Phase 1. En parallèle, l’intégralité des participants à l’étude de Phase 1 a fait l’objet d’un suivi pendant un an pour toutes les doses du vaccin testées, permettant ainsi d’obtenir des résultats finaux de Phase 1. , » Valneva : des résultats positifs pour son vaccin contre la maladie de Lyme MyPharma Editions | L'Info Industrie & Politique de Santé
  • Aucune réponse anamnestique n'a été observée suite à cette re-vaccination, qu’elle ait été effectuée à 6 ou 12 mois, démontrant ainsi qu'une seule injection de VLA1553 suffit à induire la formation de quantités élevées d’anticorps neutralisants et durables. Tous les sujets ayant reçus une deuxième injection du vaccin (à 6 ou 12 mois) ont été protégés contre la virémie induite par le vaccin et n’ont pas montré de symptômes cliniques associés à cette re-vaccination, donnant ainsi des premières indications sur l’efficacité du vaccin. , Valneva : Valneva publie d'excellents résultats finaux de Phase 1 pour son candidat vaccin contre le chikungunya | Zone bourse
  • Un sous-groupe de sujets a été revacciné six mois après l’injection initiale. Chez ces sujets, aucune réponse anamnestique9 n'a été observée, démontrant ainsi qu'une seule injection de VLA1553 suffit à induire la formation de quantités élevées d’anticorps neutralisants et durables. Les sujets ont été protégés contre la virémie induite par le vaccin. , Valneva : révise en hausse sa prévision de croissance des ventes de produits pour 2019 suite à de bons résultats sur les neuf premiers mois de l'exercice, et confirme la bonne exécution de ses programmes de R&D | Zone bourse
  • Un sous-groupe de sujets a été revacciné six mois après l’injection initiale. Chez ces sujets, aucune réponse anamnestique n'a été observée, démontrant ainsi qu'une seule injection de VLA1553 suffit à induire la formation de quantités élevées d’anticorps neutralisants et durables. Les sujets ont été protégés contre la virémie induite par le vaccin. , Valneva: résultats financiers du S1 2019 soutenus par une forte performance opérationnelle et des avancées majeures | Zone bourse
  • Chaque sérotype du pneumocoque est caractérisé par une composition spécifique d'une structure entourant la bactérie : la capsule. Or cette capsule, composée de sucres (polyosides), joue un rôle majeur à la fois dans la virulence du pneumocoque et dans la défense immunitaire de l'homme contre cette bactérie. Une protection acquise contre un sérotype donné (c'est à dire contre un polyoside donné) ne garantit pas une protection contre d'autres sérotypes du pneumocoque. C'est pourquoi les vaccins contre le pneumocoque incluent le plus grand nombre possible de sérotypes. Par ailleurs, un vaccin polyosidique contre le pneumocoque est plus efficace lorsqu'il est couplé à une protéine (on emploie alors le terme de vaccin conjugué). Le monde étant fait de compromis, il est plus difficile d'inclure un grand nombre de sérotypes dans un vaccin pneumococcique conjugué... Les vaccins polyosidiques non conjugués sont bien tolérés mais ils sont peu immunogènes chez les enfants âgés de moins de deux ans et sont incapables d'induire une réponse anamnestique (le fameux effet rappel, qui permet d'accroître quantitativement et qualitativement les anticorps produits après chaque dose de rappel). Avis de l’Organisation mondiale de la santé sur les vaccins contre le pneumocoque, Avis de l’Organisation mondiale de la santé sur le... - MesVaccins.net
  • Idéalement, il faudrait toujours pouvoir prendre le temps d’essayer de saisir les enjeux profonds qui motivent une consultation, de rencontrer véritablement l’enfant et ses parents, en tentant de se défaire de ses préjugés, de ses conceptions théoriques prêtes-à-penser, ou de ses routines pratiques. Prendre le temps d’analyser ses contre-attitudes, ses irritations, et ses tâches aveugles. Prendre le temps de s’immerger dans une réalité douloureuse, d’appréhender les ressentis partagés, sans se précipiter pour imposer un schème explicatif univoque, qu’il soit d’orientation psychanalytique, cognitiviste, ou autre. Prendre le temps d’errer, d’accepter les incertitudes et les complexités, d’être dérouté et affecté, sans avoir besoin d’ériger des jugements défensifs et expéditifs. Il faut aussi se connaitre : on n’est pas toujours complètement disponible, on a nos propres failles, nos soucis, nos zones de sensibilité. Parfois, on ressent de la colère, du désarroi, de l’abattement, de l’hostilité, etc. ; cela participe des éléments cliniques à intégrer. On a aussi nos ritournelles, nos paresses et nos stratégies inconscientes de fonctionnement. Certaines familles nous bousculent davantage, nous renvoient plus directement à nos propres ombres et au besoin de s’en protéger. La « neutralité affective », si tant est qu’elle soit souhaitable, n’est sans doute qu’un fantasme. Dès lors, il faudrait avant tout essayer de comprendre les dynamiques émotionnelles impliquées, de mobiliser ses dispositions empathiques plutôt que de se rigidifier, dans le silence ou le remplissage…Tout cela constitue évidemment un idéal, inatteignable en dépit des efforts mobilisés pour analyser son « contre-transfert », pour maintenir une posture d’ouverture et d’accueil, pour laisser immerger de la singularité et être à l’écoute d’un désarroi partagé. Cela se travaille, sans cesse ; c’est une exigence de chaque instant, parfois difficile à soutenir. Nous avançons aussi à tâtons, en commettant des erreurs, en déviant et en se réajustant. Ce qui suppose tout de même d’avoir un cap, d’énoncer des perspectives. On ne peut pas naviguer complètement à vue, les familles ont besoin de repères et de balises. C’est un impératif tant éthique que clinique. Ainsi, il convient non seulement de se laisser imprégner par ce qui se joue dans le contact avec un enfant singulier, mais aussi de faire émerger une mise en sens et en forme, une analyse des faits observés, des éléments rapportés, des éprouvés ressentis. Ceci suppose une véritable rigueur dans l’analyse sémiologique, dans le recueil anamnestique, ainsi que la mobilisation tant de son expérience de clinicien que des connaissances scientifiques les plus actualisées. L’objectif doit effectivement être d’aboutir à la formulation d’hypothèses diagnostiques, à l’indication d’évaluations complémentaires si besoin, à la définition de stratégies thérapeutiques ; qu’il est évidemment nécessaire de partager avec la famille, en adaptant ses explications pour les rendre aussi compréhensibles que possible. Politis.fr, La pédopsychiatrie au banc des accusés 2 : les griefs des familles par Docteur BB | Politis
  • L'existence d'une mémoire immunitaire contre l'hépatite B a été montrée par le développement d'une réponse anamnestique (intensification de la réponse immunitaire après l'administration d'une dose de rappel) chez 93 % des vaccinés, après l'administration d'une dose supplémentaire de vaccin contre l'hépatite B à l'âge de 9 ans ; la moyenne géométrique des titres observée après ce rappel vaccinal était élevée (3.692 UI/l). Persistance de la réponse immunitaire après vaccination des nourrissons par le vaccin hexavalent Hexyon, Persistance de la réponse immunitaire après vaccin... - MesVaccins.net
  • Les signes cliniques décrits ci-dessus ainsi qu'un interrogatoire anamnestique soigneux suffiront bien souvent au diagnostic. Pour conforter le diagnostic, on pourra avoir recours à différents examens complémentaires : - Un scanner cérébral qui par sa normalité orientera vers une pathologie périphérique. - Une ponction lombaire avec examen cytobactériologique du LCR (liquide céphalo rachidien) qui sera normal dans le botulisme mais anormal dans beaucoup d'autres affections du système nerveux central. - L'électromyographie ou EMG avec stimulations répétitives (blocage de la neurotransmission avec augmentation du nombre des potentiels d'action et diminution de leur intensité). Elle a un intérêt diagnostique et pronostique en montrant le bloc neuromusculaire présynaptique et son intensité. La confirmation biologique du diagnostic est possible par : - isolement de la toxine botulique dans le sérum (toxinémie positive dans 75% des cas et le reste pendant 15 à 30 jours parfois plus) ou du germe (longue, laborieuse et tardive dans l'aliment en cause et dans les selles ou les vomissements de malades). - le cas échéant, les prélèvements bactériologiques d'une plaie mettant en évidence le germe en culture sont également très en faveur du diagnostic. , Le botulisme

Traductions du mot « anamnestique »

Langue Traduction
Anglais anamnestic
Espagnol anamnésica
Italien anamnestica
Allemand anamnestisch
Portugais anamnéstica
Source : Google Translate API

Anamnestique

Retour au sommaire ➦

Partager