La langue française

Amimique

Sommaire

  • Définitions du mot amimique
  • Étymologie de « amimique »
  • Phonétique de « amimique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « amimique »
  • Citations contenant le mot « amimique »
  • Images d'illustration du mot « amimique »
  • Traductions du mot « amimique »

Définitions du mot « amimique »

Wiktionnaire

Adjectif

amimique \a.mi.mik\ masculin et féminin identiques

  1. (Médecine) Atteint d’amimie.
    • Non seulement il était aphasique, mais encore amimique, c’est-à-dire qu’il se trouvait dans l’impossibilité d’exécuter des mouvements pour se faire comprendre ; cependant il pouvait imiter ceux qu’on lui montrait. — (Léon Gallez, La trépanation du crâne, Georges Carré, 1893, page 344)
    • La jeune femme, âgée de 32 ans, est blême, figée, amimique, seul son regard vient dire la profondeur de sa douleur. — (Jean-Marie Delassus, ‎Véronique Boureau-Louvet et ‎Laurence Carlier, L’aide-mémoire de maternologie, Dunod, 2010, page 285)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « amimique »

(1893) Dérivé de amimie avec le suffixe -ique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « amimique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
amimique amɛ̃ik

Évolution historique de l’usage du mot « amimique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « amimique »

  • Le premier symptôme de cette maladie, qui restera d’ailleurs tout au long de cette dernière, est l’amnésie, plus ou moins prononcée selon l’avancement de la maladie. Cette amnésie va tout d’abord toucher les souvenirs récents, comme par exemple ce que la personne a fait durant sa matinée ou l’oubli d’aller faire des courses. Les souvenirs anciens, eux, sont plus ou moins bien conservés. C’est en quelque sorte là que réside le problème dans les soins avec un malade Alzheimer : il affirmera gérer son traitement lui-même car, en effet, il y a 30 ans, il pouvait avoir un traitement qu’il gérait. C’est le fruit de ce que l’on appelle l’anosognosie : le patient oublie qu’il oublie. Puis les plaques myéloïdes et la dégénérescence fibrillaire se propagent petit à petit dans d’autres zones du cerveau, ce qui va toucher la mémoire sémantique du langage, ainsi que la mémoire culturelle et provoquer une altération de la mémoire prospective, celle qui nous permet d’organiser le futur et la méta-mémoire. Puis, d’autres symptômes comportementaux et psychologiques n’étant pas liés à la mémoire vont apparaître, tel que des troubles affectifs, des troubles comportementaux (agitations, agressivité, compulsions) et des troubles des instincts. Les symptômes comportementaux incluent cette fameuse non-reconnaissance des personnes. En fait, on se retrouve devant un malade qui pense qu’il est en bonne santé. Pourtant, le patient devient apathique, agnosique (ne plus reconnaître les gens et ne plus se reconnaître), amimique, aphasique avec une perte sévère du jugement (refus de consulter un médecin en cas de problème par exemple), une errance très marquée et une recherche permanente d’activités à faire pour donner un sens à sa vie, qu’il n’a finalement plus, et pour garder un certain contrôle sur son environnement (une ancienne femme au foyer va, d’un coup, se mettre à ranger les objets après les avoir dérangés, mais d’une manière totalement coupée de la réalité). Selon l’évolution des zones du cerveau touchées par les plaques amyloïdes et la dégénérescence neurofibrillaire, on peut distinguer trois stades évolutifs de la maladie : Le stade précoce, le stade avancé et le stade sévère. Au stade précoce, on trouve des troubles du geste ou de la mémoire procédurale (perte de l’appellation des objets, ne plus utiliser l’objet selon sa fonction primaire), des troubles de la reconnaissance des proches et des troubles de l’abstraction (les malades ont du mal à imaginer des notions abstraites et futures). Au stade avancé, on trouve, en plus de tous les symptômes du stade précoce, une agressivité verbale ou physique. Enfin, au stade sévère, et à nouveau en plus des autres symptômes déjà énumérés, on trouve de la nervosité, de l’agitation, de la déambulation et de l’errance (ce qui est important : elle permet au patient de chercher du sens à son environnement ou exprimer son désarroi), des fausses accusations (très fréquentes, ces dernières servent au patient à maintenir une estime de lui-même), de l’indifférence, de l’apathie et l’apparition d’une dépression. AgoraVox, Alzheimer et soins palliatifs : un grand défi - AgoraVox le média citoyen

Images d'illustration du mot « amimique »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « amimique »

Langue Traduction
Anglais friendly
Espagnol amistoso
Italien amichevole
Allemand freundlich
Chinois 友好
Arabe ودود
Portugais amigáveis
Russe дружелюбный
Japonais フレンドリー
Basque errespetatzen
Corse amichevule
Source : Google Translate API
Partager