La langue française

Amict

Sommaire

Définitions du mot amict

Trésor de la Langue Française informatisé

AMICT, subst. masc.

A.− ANTIQ. ROMAINE. Vêtement de dessus de toute espèce.
B.− RELIG. CATHOL. Linge blanc, de forme carrée ou rectangulaire que le prêtre, le diacre et le sous-diacre placent sur leurs épaules avant de revêtir l'aube et les ornements sacrés pour dire ou servir la messe :
1. ... l'abbé Mouret avait pris l'amict. Il baisa la croix brodée au milieu, posa le linge un instant sur sa tête, puis, le rabattant sur le collet de sa soutane, il croisa et attacha les cordons, le droit par-dessus le gauche. Il passa ensuite l'aube, symbole de pureté, en commençant par le bras droit. É. Zola, La Faute de l'Abbé Mouret,1875, p. 1218.
2. ... dom Prévost se rendit à Amiens pour y être ordonné prêtre. Il s'avança vers l'autel vêtu de l'amict, de l'aube, de l'étole et du manipule, la chasuble pliée sur le bras gauche... A. France, Le Génie latin,1909, p. 186.
3. Après quoi l'évêque se rassit et recoiffa sa mitre afin de procéder à la tradition de l'amict qui symbolise la modération dans les paroles, du manipule qui symbolise les bonnes œuvres, de la tunique qui symbolise la joie. Ainsi revêtu et l'amict rabattu sur les épaules, je touchai de la main droite le livre des épîtres que l'archidiacre avait baisé : « Reçois le livre des épîtres avec le pouvoir de lire dans la Sainte Église pour les vivants comme pour les morts. Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit... ». J'étais sous-diacre, j'étais définitivement engagé au service de Dieu! A. Billy, Introïbo,1939, p. 137.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. et graph. : [ami]. Fér. 1768 et Fér. Crit. t. 1 1787 indiquent une var. graph. amit (avec renvoi à Trév.). Ac. Compl. 1842 n'a que amit (avec la mention ,,V. lang.``). Le caractère muet de -ct (ou -t) final est confirmé par Lab. 1881, Mart. Comment prononce 1913, Rouss.-Lacl. 1927, Fouché. Prononc. 1959, Kamm. 1964. 2. Homon. : ami.
Étymol. ET HIST. − 1160-1170 liturg. cath. emit (G. de Saint-Pair, 1225 ds Gdf. Compl. : Rocheit, braies, cauces, sçandales, Albe et emit, pareiz de pailes); 1erquart xiiies. amit (Renclus de Moiliens, Carité, LXXIV, 1 ibid. : Prestre ke t'aprent tes amis Quant tu l'as desus ton kief mis?). Empr. au lat. chrét. (liturg.) amictus, attesté au même sens ds le Missale mixtum secundum regulam beati Isidori, Migne, LXXXV, c. 523 B ds Blaise. Lat. class. amictus attesté au sens de « manière de se vêtir, mise » dep. Titinius, Com., 9 ds TLL s.v., 1899, 49 : itum, gestum, amictum qui videbant ejus; d'où p. méton. « vêtement » dep. Laevius, Carm. frg., 24, ibid., 1899, 70 : nocte ut opertus amictu latibulet; et plus spécialement « bandeau, diadème dont se revêt l'officiant pour célébrer un sacrifice » : Virgile, Aen., 3, 545, ibid., 1900, 84 : capita ante aras Phrygio velamur amictu − d'où l'emploi en lat. liturg.; nombreuses attest. de lat. médiév., relatives à la forme, l'ornementation, le port et le symbolisme de l'amict ds Cabrol-Leclercq, Dict. archéol. chrét. et lit., I, 1907, pp. 1598-1599.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 7.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Bél. 1957. − Bouillet 1859. − Boiss.8. − Cost. 1899. − Fér. 1768. − Gay t. 1 1967 [1887]. − Lav. Diffic. 1846. − Leloir 1961. − Marcel 1938. − Mots rares 1965.

Wiktionnaire

Nom commun

amict \a.mi\ masculin

  1. (Religion) Linge béni que le prêtre met sur ses épaules avant de revêtir son aube pour dire la messe.
    • Faut-il vous rappeler maintenant que la liturgie assigne à tous les vêtements, à tous les ornements de l’Eglise, un sens différent, selon leur usage et selon leur forme ?
      C’est ainsi, par exemple, que le surplis et l’aube signalent l’innocence ; […]; l’amict : la pureté du corps et du cœur, le casque de salut dont parle Saint Paul ; […].
      — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Dans le tohu-bohu de la sacristie m’échoyai l'honneur d'aider le prêtre à se vêtir des ornements. Je présentais l’amict, l’aube, l’étole. Je veillais à la pose de la chasuble. — (Yanny Hureaux, Bille de chêne: Une enfance forestière, Jean-Claude Lattès, 1996)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AMICT. (Ni le C ni le T ne se prononcent.) n. m.
Linge bénit dont le prêtre catholique s'enveloppe le cou et les épaules quand il s'habille pour dire la messe.

Littré (1872-1877)

AMICT (a-mi. Le ct ne se prononce jamais, même devant une voyelle) s. m.
  • Linge bénit que le prêtre met sur ses épaules pour dire la messe.

HISTORIQUE

XIIIe s. Au plus tost que il pot venir, S'ala des vestemenz vestir, L'aube et l'amist tot sanz dangier, Et Renart li curut aidier, Ren. 3377.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AMICT, s. m. (Hist. mod.) du Latin amictus, venant du verbe amicire, vêtir, couvrir ; c’est un des six ornemens que porte le Prêtre à l’autel : il consiste en une piece quarrée de toile blanche, à deux coins de laquelle sont attachés deux rubans ou cordons : on le passe à l’entour du cou, disent les anciens rituels, ne inde ad linguam transeat mendacium ; & on en fait ensuite revenir les bouts sur la poitrine & sur le cœur ; enfin on l’arrête en noüant les rubans derriere le dos. Dans presque toutes les églises les Prêtres séculiers le portent sous l’aube ; dans d’autres, & en particulier dans celle de Paris, cette coûtume n’a lieu qu’en été. Pendant l’hyver l’amict sert à couvrir la tête, & forme une espece de capuce ou de camail, qu’ils laissent tomber sur les épaules depuis la préface jusqu’après la communion. Les Réguliers en couvrent en tout tems leur capuchon. La rubrique porte qu’on ne doit point mettre d’aube sans amict. Voyez Aube. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « amict »

Amictus, d'amicire, couvrir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Emprunt au latin chrétien amictus de sens identique, lui même du latin classique amictus (« manière de se vêtir, mise ») participe de amicire (« couvrir, voiler, vêtir, revêtir, habiller, envelopper ») composé de amb et jacere (« jeter, répandre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « amict »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
amict ami

Évolution historique de l’usage du mot « amict »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « amict »

  • « C’est une hypothèse personnelle, avance l’auteur, mais je vois dans l’amict (rectangle de toile fine muni de deux cordons qu’un prêtre catholique ou tout autre ministre peut passer autour du cou avant de revêtir son aube, ndlr), un héritier direct du talit, le châle de prière juif. » Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Les multiples racines juives insoupçonnées de la liturgie catholique

Traductions du mot « amict »

Langue Traduction
Anglais amice
Italien amitto
Source : Google Translate API
Partager